NO-crocos sans frontières

Forum d'information et d'échanges entre les supporters du Nîmes Olympique, quelque soit son lieu de résidence, afin de partager la passion pour ce club de football.


    LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019

    Admin
    Admin
    Admin

    Messages : 4826
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 55

    LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019 - Page 2 Empty Re: LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019

    Message par Admin le Mar 12 Fév - 14:14

    Ligue 1 - Arbitrage
    Ligue 1 : les clubs veulent une commission de suivi de l'arbitrage


    Les clubs de Ligue 1, qui se plaignent depuis plusieurs semaines de l'utilisation du VAR et du manque d'homogénéité entre les arbitres, souhaitent la création d'une commission de suivi de l'arbitrage.

    En début de semaine dernière, les clubs de Ligue 1 se sont réunis pour évoquer différentes problématiques. Ils ont notamment abordé la question de l'arbitrage et de l'assistance vidéo. Mardi dernier, ils ont rencontré Pascal Garibian, le directeur technique de l'arbitrage, pour un point de situation après un peu plus de six mois d'application de l'aide vidéo en L1.
    Parallèlement, lors de leurs échanges, les dirigeants de L1 ont exprimé le souhait de voir la création d'une commission de suivi de l'arbitrage avec des membres du Conseil d'administration de la Ligue de football issus des indépendants ou des familles. Il n'y aurait pas de présidents dans cette nouvelle commission.
    Son but serait de suivre et de contrôler l'évolution de l'arbitrage et d'avoir un bilan autre que celui de la DTA, considérée comme juge et partie dans le dossier. Les clubs se plaignent, depuis plusieurs semaines, de l'utilisation de la VAR et du manque d'homogénéité entre les arbitres. Dimanche, notamment lors de Rennes - Saint-Etienne (3-0) cette problématique s'est posée.
    Admin
    Admin
    Admin

    Messages : 4826
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 55

    LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019 - Page 2 Empty Re: LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019

    Message par Admin le Mar 19 Fév - 9:53

    Le onze type des révélations selon l'Équipe

    Ligue 1

    L'Equipe a dévoilé  vendredi dernier son onze des révélations de Ligue 1, pour des joueurs qui découvrent la Ligue 1cette saison .

    Deux crocos figurent dans ce onze type : Anthony Briançon et Tégi Savanier !


    LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019 - Page 2 15c67233aed52b
    Admin
    Admin
    Admin

    Messages : 4826
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 55

    LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019 - Page 2 Empty Re: LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019

    Message par Admin le Lun 25 Fév - 17:21

    AUX BERCEAUX DE LA L1.

    LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019 - Page 2 Img_8860

    LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019 - Page 2 Img_8861

    Les 517 joueurs ayant joué cette saison en championnat de France sont né sur quatre continents, parfois dans la ville de leur club. Voyage aux origines de la L 1.

    Lorsqu'il est né en 1988 à Las Perdices, dans la province de Cordoba, les parents de Pablo Chavarria n'imaginaient sûrement pas que son destin ne le conduirait si loin.

    Sur les 517 joueurs ayant joué cette saison en Ligue 1, l'Argentin de Reims et celui qui évolue le plus loin de ses origines.

    À l'inverse, 27 d'entre porte les couleurs de leur ville de naissance notamment à Nîmes et, plus attendu, au PSG et l'OM (4 joueurs), les clubs au recrutement le plus local, avec Montpellier à l'échelle de l'Hérault (4).

    De leur côté, quatre clubs n'alignent aucun fils de leur département : Dijon, Monaco même en prenant en compte les Alpes-Maritimes, Strasbourg dont c'était la marque de fabrique il y a 40 ans  pour son titre et Lille dont aucun membre de l'effectif n'est même né dans les hauts de France ou la Belgique voisine.

    Si Paris et les grandes métropoles sont les plus représentées, la Réunion (6 des 15 joueurs des DOM-TOM) tire son épingle du jeu, comme le Cher, berceau de Mathieu Cafaro (Reims), Morgan Samson (OM) et Baptiste Santanaria (Angers).

    Le pourcentage : 59,1%
    La part, sur 517 joueurs ayant évolué en L1 cette saison,
    de ceux nés en France.
    De 39,2% au FC Nantes à 85,7% à Nîmes Olympique.

    Source : L'Équipe
    Admin
    Admin
    Admin

    Messages : 4826
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 55

    LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019 - Page 2 Empty Re: LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019

    Message par Admin le Jeu 28 Fév - 12:58

    VAR - Nîmes - OM : quand l'arbitre du match et l'arbitre vidéo ne se comprennent pas.

    28/02/2019

    Canal+ a diffusé une vidéo dans son émission « Late Football Club » dans laquelle on assiste à une séquence incongrue entre Benoît Bastien, l'arbitre de Nîmes-OM, et Amaury Delerue, l'arbitre vidéo.

    LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019 - Page 2 97e6a
    Valère Germain en duel avec Moustapha Diallo lors du match Nîmes-OM en début de saison. (F. Mons/L'Équipe)

    Une séquence, datant du début de saison, a été remise en lumière dans l'émission Late Football Club, diffusée mercredi soir sur Canal+ Sport à l'occasion d'un bilan sur l'utilisation du VAR en Ligue 1.

    On y voit Amaury Delerue, l'arbitre vidéo de la rencontre Nîmes-OM (3-1, le 19 août, 2e journée), qui essaye de communiquer avec Benoît Bastien, l'arbitre central. Mais ce dernier ne l'entend pas au début, puis les deux hommes ne semblent pas bien se comprendre.

    Delerue voudrait que Bastien revoie les images mais celui-ci estime que l'attaquant marseillais Valère Germain a commis la faute en premier sur le Nîmois Anthony Briançon, qui le retient ensuite par le maillot. Bastien prend donc la décision de ne pas siffler de penalty en faveur du Marseillais.

    « En début de saison, il y a eu des décisions non corrigées en raison de process de communication, explique Pascal Garibian, le patron des arbitres français sur le plateau. Le VAR avait parfaitement fait son travail mais quand il (l'arbitre vidéo) annonce contrôle en cours, il appuie sur le bouton, l'arbitre et ses assistants sont en communication. Il y a eu des situations où la maîtrise derrière les écrans n'a pas été satisfaisante et le jeu a repris trop vite. »

    Source : l'Equipe
    Admin
    Admin
    Admin

    Messages : 4826
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 55

    LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019 - Page 2 Empty Re: LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019

    Message par Admin le Jeu 28 Fév - 14:43

    Ligue 1: quels clubs favoris pour descendre en L2 ?

    28 février 2019


    Guingamp, Caen et Dijon; trois candidats pour deux places de relégables. A douze journées de la fin de l’exercice 2018-2019, rien n’est encore décidé pour ces formations et chaque point risque d’être primordial dans la lutte pour le maintien. Décryptage.


    Guingamp, en bonne voie ?

    Avec sa victoire samedi dernier contre Angers, à la dernière minute, l’En Avant Guingamp a fait une belle opération dans la lutte pour le maintien. En effet, avec cette 4e victoire (seulement) cette saison, les Guingampais sont revenus à deux petits points des 19e et de la 18e places, détenues actuellement par le Dijon FCO (20 points) et le Stade Malherbe Caen (20 points également). Cette victoire, en plus du vent vertueux en provenance de leur qualification pour la finale de Coupe de la Ligue, devrait offrir une réelle motivation aux hommes de Jocelyn Gourvennec, bien décidés à maintenir l’EAG dans l’élite.


    Caen plus que jamais en délitement

    Dans le même temps, le Stade Malherbe Caen était proche de s’offrir une victoire qui aurait fait le plus grand bien. En grande difficulté ces derniers mois, les Normands flirtent avec la zone rouge depuis plusieurs saisons maintenant. Cette année, les Caennais sont dans le dur et ont fait appel il y a quelques jours à Rolland Courbis pour accompagner Fabien Mercadal, novice en Ligue 1. Le SMC est probablement l’équipe la moins sexy de L1 cette saison et propose le jeu le moins alléchant de l’hexagone. Pourtant, les Caennais sont dix-huitièmes, occupant en conséquence la place de barragiste. S’ils restent à la 18e position, ils disputeront les barrages à la fin de la saison face aux 3e, 4e ou 5e de Ligue 2.


    Dijon en suspens

    Dijon, de son côté, est en panne sèche depuis pas mal de temps. Après un bon début de championnat avec Olivier Dall’Oglio, les Dijonnais ont été rattrapés par la réalité. Résultat; le technicien a été limogé et remplacé par Antoine Kombouaré. Mais, pour le moment, la série négative n’a pas encore été endiguée. Dix-neuvièmes du championnat, les Dijonnais comptent pourtant des joueurs talentueux à l’image de Mehdi Abeid, Naïm Sliti ou encore Wesley Saïd et Julio Tavares.


    Du côté des chiffres

    Lors des dix dernières saisons de L1, en moyenne, la dernière équipe qui est descendue a compté 37.4 points. C’est une moyenne à un point par match environ puisqu’on dénombre 38 journées. Lors de huit des dix dernières saisons, il a fallu 40 points pour se sauver. Souvent, en L1, on évoque les 41 points synonymes du maintien. Les deux exceptions sont les saisons 2010/11 (quand Monaco est descendu avec 44 points) et 2013/14 (lorsque Sochaux a été relégué avec 40 points). Avec ces statistiques, les bookmakers n’hésitent pas à proposer des cotes pour parier sur les clubs qui vont descendre à l’issue de la saison. Chez le pronostiqueur Bwin par exemple, c’est l’EAG qui est favori à la descente avec une cote de 1.33. Caen, pourtant 18e, dispose de la même cote. Dijon, de son côté, peut nourrir un tout petit peu plus d’espoirs avec une cote de 1.72. Alors qu’on est souvent habitués à parier sur la victoires d’équipes, miser sur la descente pourrait s’avérer très prolifique, qui plus est à la vue de la cote d’Amiens (17e, 24 points) à 3.72. Décidément, le malheur des uns fait le bonheur des autres…

    Source : Au stade.fr
    Admin
    Admin
    Admin

    Messages : 4826
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 55

    LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019 - Page 2 Empty Re: LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019

    Message par Admin le Jeu 28 Fév - 14:46

    CrazyFan
    18/02/2019 - La LFP et J+1 recherchent le fan le plus dingue de Ligue 1 Conforama !

    La Ligue de Football Professionnel en partenariat avec l’émission J+1 sur Canal+ et en collaboration avec l’agence LAFOURMI, lance son programme de divertissement sportif : Le CrazyFan. Depuis hier et ce jusqu’au 4 mars 2019, le fan le plus dingue de Ligue 1 Conforama, celui qui est fou amoureux de son club, tatoué, collectionneur invétéré, supporter dévoué qui ne rate aucun déplacement, aucun entrainement peut candidater sur crazyfan.ligue1conforama.fr et prétendre au titre de CrazyFan 2019.
    Entre le 7 et 21 avril, les 3 finalistes sélectionnés défendront leurs couleurs chaque dimanche soir à 23h sur Canal+ dans l’émission J+1. Un reportage sera dédié à chacun des 3 candidats et leur permettra de démontrer qu’ils sont LE fan le plus inconditionnel de Ligue 1 Conforama. Entre le 21 et le 28 avril, soir de la grande Finale, le public pourra voter pour son candidat favori sur le site crazyfan.ligue1conforama.fr et sur le compte Twitter de la @Ligue1Conforama. Au cours de la Finale, le 28 avril, les 3 finalistes se défieront en direct sur le plateau de J+1 dans une émission spéciale pour élire le CrazyFan Ligue 1 Conforama 2019.
    A la clé, l’heureux élu remportera le CrazyPass ; 3 matchs de Ligue 1 Conforama à vivre en VIP avec un accès en bord terrain en avant-match, le transport depuis son domicile jusqu’au stade et l’hébergement, et tout cela avec la personne de son choix.
    Admin
    Admin
    Admin

    Messages : 4826
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 55

    LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019 - Page 2 Empty Re: LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019

    Message par Admin le Sam 2 Mar - 17:06

    Reports de matches : la grogne des diffuseurs.

    Le mouvement des « gilets jaunes » a déjà conduit au report d'une quarantaine de matches de Ligue 1 et six de Ligue 2, une situation qui agace fortement les diffuseurs du championnat français, beIN Sports et Canal +, qui voient leurs programmes bouleversés.

    « Notre demande à la Ligue a été de reporter si possible les matches du “MultiLigue 1” (le samedi soir) au dimanche, à 15 heures, a expliqué Florent Houzot, le directeur de la rédaction des chaînes beIN Sports, au journal L'Équipe. Produire le dimanche, cela augmente le coût de match de plus de 30 %. Ce n'est pas négligeable. On étudie toutes les options quant à l'indemnisation des diffuseurs. »

    La colère est la même chez Canal +. « Quand le match reporté se retrouve le mardi à 18 ou 19 heures, l'effet n'est pas le même, indique la chaîne télé. Si on parle de valeur de case, c'est dommageable pour nous. D'autant que nous n'avons pas forcément un programme de sport en direct pour remplacer le match manquant. » Du côté de la Ligue, la LFP se défend en assurant que cela ne change rien aux montants touchés par les diffuseurs. « La LFP informe en temps réel les diffuseurs, Canal + et beIN, pour toute demande de décalage ou de report, assure Didier Quillot, le directeur général exécutif de la LFP. Par ailleurs, je rappelle qu'une modification du calendrier, pour quelque cause que ce soit, ne modifie en aucun cas les montants dus par tout attributaire à la LFP. »
    Admin
    Admin
    Admin

    Messages : 4826
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 55

    LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019 - Page 2 Empty Re: LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019

    Message par Admin le Jeu 4 Avr - 14:10

    Ligue 1 Entretien - Sacha Houlié (Député LREM) : "Il faut arrêter l’hypocrisie avec les fumigènes"

    Interrogé sur les relations entre les supporters et les autorités, le député de la Vienne déplore certaines réglementations trop rigides.

    Le 26 mars dernier, lors de la séance de questions au gouvernement, le député Sacha Houlié a interpellé l'Assemblée Nationale sur les conditions des supporters en France en 2019. Le député La République En Marche, élu dans la Vienne, a notamment insisté sur les questions de l'utilisation des fumigènes et les interdictions administratives de déplacements. Joint par Goal, il a accepté de se pencher sur les multiples sujets qui touchent les supporters tout en évoquant les mesures possibles afin de faire bouger les lignes.

    Goal : Vous êtes monté au créneau à l’Assemblée Nationale la semaine dernière face à la sévérité des autorités vis-à-vis des supporters, pourquoi cette prise de parole ?
    J’ai été alerté par le fait que le Premier ministre a fait état des lois de sécurité intérieure. Si je n’ai pas d’états d’âme pour les casseurs, on n’a pas fait l’état des lieux pour les supporters de football, avec toutes les interdictions administratives de stade et de déplacement. J’ai décidé de prêcher dans le désert car ce sont des questions connues des supporters mais très peu chez les politiques. Il y a une partie des parlementaires qui n’y connaissent rien, c’est vrai. La ministre des Sports a choisi d’ouvrir des groupes de travail pour voir ce que l’on peut modifier dans la législation, notamment des fumigènes, je pense que c’est une bonne avancée.

    On rappelle qu’à ce jour, les fumigènes sont justement interdits dans les stades…
    Je plaide pour que l’on puisse en faire usage dans un stade encadré et que les associations de supporters gèrent ça. Il faut que l’on arrête d’être hypocrite sur ce sujet. Il y a des fumigènes froids qui brûlent beaucoup moins par exemple. Il y aura malgré tout des gens qui le feront de manière libre, sans que ce soit régulé. Il faut s’occuper de ce contingent-là.

    Les tribunes debout peuvent-elle signifier une avancée concrète pour une meilleure organisation dans les stades ?
    Il y a des expérimentations à Amiens, Lens, Sochaux et Saint-Étienne. On a eu les premiers résultats et ils sont plutôt bons. C’est du confort pour les supporters en virage car ces tribunes sont aménagées. Nous sommes à un état embryonnaire de ce dispositif. Tous les clubs ne sont pas intéressés. Ce n’est d’ailleurs pas autorisé en Coupe d’Europe, à part au Celtic Glasgow et dans certains stades allemands. Ces tribunes spécifiques relèvent de la responsabilité de chacun. Si on réussit, les pouvoirs publics auront encore plus envie de collaborer.

    Quelle vision doit-on avoir en France selon vous pour les supporters ?
    On doit commencer par les écouter. Il y a souvent des relations conflictuelles avec les directions des clubs, la LFP et les pouvoirs publics. Les épisodes de 2006 et 2010 au Parc des Princes ont marqué les esprits. Tout n’est pas permis, ce n’est pas la loi de la jungle mais ce n’est pas pour autant qu’il faut tout interdire.
    ________________________________________
    "Il y a eu une pacification des supporters, mais maintenant il faut organiser."
    ________________________________________

    Comment réconcilier selon vous les supporters, notamment les ultras avec les autorités ? Il faut plus de dialogue ?
    On a une instance qui doit fonctionner, c’est l’Instance nationale du supportérisme. Je ne peux présumer mais je pense que les choses bougent car il y a un cadre. Moi, je n’ai pas à dire en tant que député ce qu’il faut faire, par contre réunir et plaider des causes, ça oui. C’est ce que j’entends faire. Ce n’est pas évident car pour les préfets il y a eu une pacification des supporters, mais maintenant il faut organiser. C’est un peu ce qu’il s’est passé au PSG après le Plan Leproux. Le processus est assez lent et il faut plus d’éléments tolérés. On est à une période où tout avance.

    Les arrêtés préfectoraux n’ont pas cessé de se multiplier depuis plusieurs mois, pourquoi les supporters représentent-il autant d’attention?
    Il faut d’abord dire une chose qui inquiète le ministre de l’Intérieur et c’est un fait : il y a un épuisement des forces de polices à travers le mouvement des gilets jaunes. Cependant, quand on voit 10 à 50 personnes qui se déplacent, nous devons être capables de pouvoir encadrer un déplacement. Je ne comprends pas qu’en Angleterre et en Allemagne on puisse avoir plus de 5000 supporters qui se rendent à l’extérieur sans crainte. Il y a probablement là-dessus un défaut de culture du supportérisme en France. Les gens ne se déplacent pas pour faire suer la police mais bien pour encourager leur équipe.

    Il y a aussi l’histoire des chants homophobes qui a interpellé la ministre des Sports, Roxana Maracineanu...
    Politiquement on doit le condamner, tout ce qui est homophobe, raciste et antisémite ça ne peut pas exister. On peut par contre trouver des fausses réponses à des vrais problèmes. Si on verbalise tous ceux qui reprennent ces chants, on n’y arrivera pas. Il faut trouver des réponses convaincantes et que l’on peut appliquer.

    Êtes-vous optimiste pour l’avenir ?
    Je sens que ça bouge, que certaines personnes veulent avancer. Cela dépendra d’où on veut placer le curseur. Certains veulent tout supprimer, au prétexte que cela n’a pas fonctionné mais on prend le sujet à l’envers. Je sens que l’on tient le bon fil.


    Source : Goal
    Admin
    Admin
    Admin

    Messages : 4826
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 55

    LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019 - Page 2 Empty Re: LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019

    Message par Admin le Mer 24 Avr - 14:36

    L’arbitrage vidéo dans le football, réussite ou échec ?

    17 avril 2019

    Alors que la fin de saison approche, il est l’heure de faire le bilan d’une des grandes nouveautés de cette saison, l’arbitrage vidéo. Alors réussite ou échec ?

    Comme dans tous les grands championnats (sauf la Premier League), la VAR a fait son apparition dans le championnat de France en début de saison. Un arbitrage vidéo qui a réparé quelques erreurs d’arbitrage mais qui n’a pas stoppé les discussions envers l’arbitrage.

    Des erreurs réparés

    Le premier objectif de la VAR était de corriger certaines erreurs non vues par l’arbitre dans quatre critères (pénalty, hors-jeu, mauvaise identité du joueur et exclusion directe). Cet objectif est plutôt bien respecté pour cette première saison. Selon Pascal Garibian, le Directeur Technique de l’Arbitrage, l’arbitrage vidéo a permis de corriger 55 erreurs sur les 82 recensés. Ce dernier est d’ailleurs très satisfait de cette utilisation.

       "Le bilan d’étape de la VAR depuis le début de la saison est positif et l’apport de la VAR est indéniable. Grâce à son utilisation, on a corrigé et divisé par trois le nombre d’erreurs."
       Pascal Garibian, le Directeur Technique de l’Arbitrage

    Quelques problèmes d’utilisation

    Depuis son arrivée dans le championnat de France, l’arbitrage a connu quelques problèmes techniques. Pour commencer, on peut recenser des coupures de fonctionnement en plein match. Cela avait été par exemple le cas dans la rencontre entre Monaco et Strasbourg (5-1 pour les Alsaciens). Ce problème avait eu don d’énerver particulièrement Thierry Henry après le match. Un pénalty évident pour les Monégasques d’une faute sur Rony Lopes n’avait en effet pas pu être revu.

    Un autre problème de la VAR est que celle-ci te tue tout plaisir après un but. Certains joueurs se voient en effet refuser un but après l’avoir célébré et d’autres sont dans l’expectative de la validation du but pour pouvoir le fêter. Et l’attente peut être très longue par moment. Il faut parfois plus d’une minute pour accepter ou non cette réalisation… Cela peut donc dénaturer le foot.

    Sans oublier que parfois les arbitres se trompent en regardant le ralenti d’une action. La VAR est donc loin d’être infaillible.

    Quelques actions litigieuses

    Certains buts sont annulés pour une position de hors-jeu de quelques centimètres. Le refus de valider le but dénature quelque peu le fait que le doute doit profiter à l’attaque. Voici quelques actions où le hors-jeu ne se joue à rien et dont le but a été refusé et d’autres dans la même situation où le but a été accepté. On vous laisse juger si vous auriez validé ou non les buts mais quoi qu’il en soit, ces décisions feront toujours débat.

    Un Reims-Lille qui fait polémique… des deux côtés

    L’arbitrage vidéo n’aura pas réglé tous les problèmes et de nombreuses erreurs peuvent subsister. Chaque week-end ou presque, entraîneurs, joueurs ou présidents se plaignent de la VAR. Les discussions d’après-match sur l’arbitrage sont alors aussi importantes, voire plus que par le passé. C’était l’un des axes que les instances voulaient changer au moment de l’instauration.

    Lors de la 31e journée, à l’issue du match entre Reims et Lille (score final : 1-1), le président rémois, Jean-Pierre Caillot a eu des mots très durs contre la VAR. Selon lui, son équipe s’est faite léser par l’arbitrage vidéo. Il a notamment pesté sur une main lilloise non sifflée par Jérôme Brisard à la toute fin du match :

       "Il y a deux sortes d’arbitrage en France. C’est inadmissible qu’il n’y ait pas un penalty sifflé là-dessus. Tout doucement, on vient de perdre quatre points contre Lille (Le LOSC avait en effet obtenu un pénalty litigieux à la 95ème minute du match aller et était parvenu à égaliser).
    Le Stade de Reims dérange à la place où il est. Laissons les nantis, les gros, et puis les petits clubs comme nous n’ont rien à faire dans le football, ça doit être à cause de ça !"
       Jean-Pierre Caillot (interview d’après-match)

    Le président de Reims a à la fois raison et tort. Raison tout d’abord puisque la vidéo leur a été plus souvent défavorable que favorable. Tort en revanche sur le fait que les gros sont avantagés. Si on regarde de plus près, Saint-Etienne, Monaco, Marseille, Paris et Lille ont eu affaire à un arbitrage vidéo plus défavorable.

    LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019 - Page 2 Recours-var
    Différence entre var favorable et défavorable pour les équipes de Ligue 1 (crédit Photo : l’Equipe)

    Ce qui est cocasse dans cet après-match est le fait que Christophe Galtier pense aussi que la VAR a été défavorable à Lille.

       "Tout le monde est en colère. Il faudra qu’on m’explique, aussi, comment Oudin n’est pas hors-jeu. J’ai revu les images, on se base sur les pieds de José Fonte, mais Oudin a tout son corps hors-jeu et ça l’avantage. Je pense que nous, on peut être plus en colère. Mais on la garde à l’intérieur."
       Christophe Galtier après le match de Lille à Reims 1-1, J 32 (interview d’après-match)

    De multiples plaintes contre l’arbitrage vidéo

    Mais les Rémois et les Lillois ne sont pas les seuls à se plaindre dans le championnat de France. Petit pèle-mêle des différentes critiques de l’arbitrage vidéo.

       "Il faut qu’on m’explique à quoi sert la VAR. Comment peut-on ne pas changer une décision quand on voit les images et que la faute – ou la non-faute pour prendre le cas de Barcelone – est évidente, flagrante et incontestable ?"
       Bruno Génésio après le match contre Montpellier en mars (conférence de presse)

       "J’étais un fervent adepte de la vidéo mais je pense que je vais rejoindre Monsieur Michel Platini, qui disait: ‘laissons arbitrer les hommes’. Parce que je trouve qu’il y a encore plus d’erreurs avec le VAR qu’il y en avait auparavant."
       Christophe Galthier après le match contre Reims en avril (conférence de presse)

       "On a bien compris que c’était quelque chose de nouveau et qui devait être améliorée. Sauf qu’on constate journée après journée et match après match que ça continue à être compliqué. Ça crée beaucoup de frustration car on en comprend pas commet cette VAR est utilisée."
       Frédéric Paquet en février (Le Progrès)

       "Je suis en colère car on est monté à Paris pour le VAR avec Rudi Garcia, on était deux, pour que l’on nous explique son fonctionnement et ce soir il y a des actions où l’arbitre doit regarder la vidéo, je ne comprends pas."
       Leonardo Jardim lors de la 32e journée (conférence de presse)

       "Personnellement, j’étais favorable au VAR, mais le bilan est quand même contrasté. Mais bon, ça fait partie du jeu…"
       Bernard Blaquart après le match de Nîmes à Marseille (2-1) (conférence de presse)


       "Depuis son introduction en Ligue 1 depuis le début de la saison, le VAR est loin de faire l’unanimité auprès des clubs français. Je rejoins Christophe Galtier. J’étais partisan du VAR au début mais je rejoins les rangs de Michel Platini. On ne peut pas continuer comme ça, il y a un problème de fond et il faut le régler."
       Olivier Létang le 10 avril dernier (conférence de presse)

    Et en Europe, comment ça se passe ?

    L’arbitrage vidéo connaît les mêmes problèmes qu’en France : longue attente avant la validation d’un but, quelques erreurs (penalty litigieux de Barcelone contre Lyon par exemple). Et on en a encore eu la preuve hier soir durant le match entre la Juventus et l’Ajax. La VAR a été utilisée trois fois pour confirmer deux buts et vérifier s’il y avait un penalty ou non. L’utilisation de l’arbitrage vidéo a alors bien pris trois minutes au total pour examiner ces actions.

    Donc que la Ligue 1 se rassure, il n’y a pas que le championnat de France où des problèmes peuvent survenir. Mais après seulement un an d’utilisation, il est normal que cet outil ne soit pas encore totalement fiable. Pour les prochaines saisons, l’objectif sera de le perfectionner en réduisant le temps de validation par exemple, pour qu’il devienne indispensable. Mais un facteur commun reste indépendant du progrès technologique, la capacité des hommes en noir à faire appliquer cet arbitrage vidéo. Car on l’a bien vu, il y aura beau avoir une aide à l’arbitrage pour les aider, si les arbitres eux-mêmes ne jugent pas correctement les actions, qui pourra régler les erreurs humaines…? "


    Source : Weplay

    Contenu sponsorisé

    LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019 - Page 2 Empty Re: LA LIGUE 1 CONFORAMA : SAISON 2018-2019

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 25 Mai - 11:26