NO-crocos sans frontières

Forum d'information et d'échanges entre les supporters du Nîmes Olympique, quelque soit son lieu de résidence, afin de partager la passion pour ce club de football.


    LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Mer 6 Juin - 6:53

    Les crocos de la saison 2018-2019 / Ligue 1 Conforama

    Présentation de Hervé Lybohy défenseur central franco ivoirien.


    Hervé Lybohy est le nouveau défenseur central du Nîmes Olympique. Celui qui portera le numéro 27 a signé avec le club gardois promu en Ligue 1, pour un an jusqu'en juin 2019 (avec une année supplémentaire en option).

    Le défenseur central franco-ivoirien arrive du Paris FC (L2).
    L’imposant défenseur débarque dans le Gard avec humilité et impatience.

    Agé de 34 ans et libre de tout contrat après quatre saisons sous le maillot francilien, le défenseur (1,86m, 85 kg) est la première recrue du club nîmois.
    Auteur de trois buts lors de la saison 2017-2018, il a disputé 30 matches dont 29 fois comme titulaire.
    Après avoir disputé au total plus de 140 rencontres avec le PFC, le défenseur central quitte la capitale sur une saison réussie, puisqu'en compagnie de Frédéric Bong, il a formé l'une des charnières centrales les plus solides du championnat (36 buts encaissés, 3e meilleure défense).

    Passé auparavant notamment par Frejus St Raphaël et Amiens, sans avoir connu de centre de formation, il compte plus de 300 matches en Ligue 2 et en National.

    Seul point noir, il aura récolté quatre cartons rouges cette saison dont trois cartons rouges, en l'espace de seulement sept semaines ("dans le foot, il y a aussi des gens intelligents qui ne se sont pas arrêtés à mes cartons rouges" dit il).

    Pour l'anecdote, lors de sa présentation son tee-shirt noir affichait un écrasant requin.
    Regard de prédateur, museau en direction du ciel et mâchoire bien visible, à l’image de sa tenue, Hervé Lybohy est prêt certes à croquer -avec les crocodiles nîmois- la Ligue 1 Conforama …
    Pourtant, il est l'archétype de la force tranquille, comme le décrivait le Midi Libre lors de sa présentation à la presse.


    La déclaration d'Hervé Lybohi
    "J’étais en fin de contrat avec le Paris FC. J’ai eu plusieurs sollicitations, des pistes avec des clubs de Ligue 2 ou à l’étranger, mais quand Laurent Boissier m’a appelé, j’ai eu un très bon feeling. Le Club m’a très bien accueilli, je suis très content d’être là. On regardait souvent les résultats du Nîmes Olympique la saison passée, on bataillait avec eux. C’est une équipe très solide."
    "J’ai mon caractère sur le terrain, je n’aime pas me faire marcher dessus et je sais me faire respecter. Je me retrouve dans les valeurs du Club, le combat, l’abnégation. Je ressens certaines choses qui me correspondent".


    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Mer 6 Juin - 7:02

    Les crocos de la saison 2018-2019 / Ligue 1 Conforama

    Présentation de Florian Miguel, latéral gauche franco-portugais.


    Le défenseur latéral gauche franco-portugais Florian Miguel, qui évoluait à Tours en Ligue 2, a rejoint Nîmes, promu en Ligue 1 pour la saison 2018-2019, pour une durée de trois ans .

    Libre de tout contrat, Miguel, 1,80 m pour 70 kg, est la deuxième recrue nîmoise de l'intersaison après le défenseur central francilien Hervé Lybohy. Formé aux Girondins de Bordeaux, il jouait en Ligue 2 au Tours FC jusque là.

    A 21 ans et après avoir porté le maillot des Bleuets (U16, U17), Florian Miguel sort de quatre saisons passées sous le maillot de Tours où il a disputé 93 matches de Ligue 2 et inscrit 8 buts.

    Pour l'anecdote, ce joueur est bien connu du public nîmois pour sa fameuse célébration devant la tribune sud lors du Nîmes-Tours (1-1) du 10 février 2017.

    La déclaration de Florian Miguel :
    «C’est le club qui me correspondant, il sent vraiment le foot. Je connais très bien Bernard Blaquart, ça a pesé dans la balance. C’est une personne qui compte beaucoup pour moi, il m’a fait découvrir le Centre de Formation à Tours. Je l’apprécie beaucoup. J’ai intégré les Girondins de Bordeaux tout petit. J’ai fait toutes mes classes jeunes là-bas, mais ils ne m’ont pas conservé pour des raisons de taille. J’ai ensuite rejoint le Tours FC à l’âge de 15 ans. J’ai beaucoup progressé à Tours, mais je suis arrivé au bout de ce que je pouvais apprendre à Tours. Avec ma signature pour 3 ans ici, on s’inscrit sur le long terme. Je n’ai pas d’appréhension, je suis prêt à découvrir le haut niveau. J’ai hâte»
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Dim 17 Juin - 5:20

    LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 : Bernard Blaquart (coach du NO)


    Entretiens croisés de l'entraîneur croco Bernard Blaquart ici à droite avec son frère à gauche, Mg Jacques Blaquart, évêque d'Orleans.

    [b]« Évêque ou entraîneur, nous avons le même but ! »[/b]

    Source : La Croix.
    15/06/2018

    La Croix : Chez vous, le football est une histoire familiale : votre grand-père a fondé le club de Roumazières (Charente), votre père en a été dirigeant et toute la fratrie y a joué

    Mgr Jacques Blaquart : Nous avons grandi dans un village de 3 000 habitants à l’époque du baby-boom. Une petite cité industrielle, avec des familles venant de partout, où il n’y avait que le football. Tous les gamins y jouaient.

    Bernard Blaquart : Ce n’était pas un football de rue, mais un football de champs… On jouait tout le temps et n’importe où : derrière l’église en attentant le catéchisme, dans la cour d’école…

    Mgr J. B. : Notre frère aîné, Jean-Pierre, le plus passionné, nous a poussés. À la maison, je nous revois avec mes frères nettoyer nos chaussures le dimanche soir à la buanderie quand on rentrait du foot.

    Voyez-vous aujourd’hui des similitudes entre vos fonctions respectives d’évêque et d’entraîneur ?

    Mgr J. B. : On peut faire des parallèles : le sens du collectif, le don de soi. Ce que le football m’a appris me sert aujourd’hui. Chacun doit y donner le meilleur pour le bien de l’ensemble. Il faut « mouiller le maillot » comme on dit. On ne réussit que si on est vraiment en communion les uns avec les autres. Si dans une équipe chacun joue « perso », ça ne marche pas.

    B. B. : Oui, on retrouve aussi certaines valeurs : l’humilité, la tolérance. Au football, on s’adresse à des publics extrêmement divers, que ce soit chez les professionnels ou chez les jeunes. On transmet aussi des valeurs éducatives, dans les centres de formation notamment.

    Bernard, vous êtes-vous toujours senti une vocation d’entraîneur ?

    B. B. : J’ai arrêté ma carrière de joueur après un accident qui m’a obligé à arrêter et très vite, j’ai commencé à entraîner. J’ai toujours eu ce désir d’être éducateur pour transmettre à des enfants.

    Et vous, Monseigneur, auriez-vous pu entraîner ?

    Mgr J. B. : Je voulais être éducateur pour m’occuper des autres. Je le suis autrement aujourd’hui. C’est quelque chose que nous partageons avec Bernard mais aussi avec notre frère François (1). Avoir grandi dans une famille nombreuse où chacun doit prendre sa part et l’exemple de notre grand-père et de nos parents doit expliquer ce souci des autres. Notre chance, c’est aussi d’avoir grandi dans un village avec des gens qui viennent d’un peu partout. On retrouve cela dans le sport comme dans l’Église. Par nos racines, nous ne sommes pas dans l’entre-soi.

    Et vous Bernard, vous êtes-vous déjà imaginé prêtre ? Et quel regard vous portez sur la fonction de votre frère ?

    B. B. : Je ne me suis jamais posé cette question (rires). Moi, je me suis très vite orienté vers le football avant de devenir éducateur. Mais la fonction de mon frère m’interpelle. J’ai beaucoup d’admiration. J’aimerais davantage échanger avec lui. J’ai toujours envie de lui poser des tas de questions, ce que je ne fais jamais. Je constate son rayonnement. On sent quelqu’un qui est heureux. Je suis venu le voir pour son installation ici, c’est toujours très impressionnant.

    Mgr J. B. : Je suis aussi fier de mon frère. Il a connu quelques galères, mais je suis heureux de voir qu’il arrive finalement à atteindre une plénitude et une belle réussite.

    Bernard, vous avez dirigé des centres de formation, le football est-il toujours un lieu d’éducation ?

    B. B. : Dans les centres de formation, nos responsabilités sont très grandes car certains jeunes sont parfois déracinés, loin de leurs familles, en pleine adolescence, une période compliquée. Je me souviendrai toujours d’un gamin qui m’a dit : « Si je n’avais pas eu le foot, j’aurais été délinquant. » Ils sont venus pour jouer au football, mais ils poursuivent leur scolarité et apprennent aussi à respecter des règles de vie communes. Le but, c’est aussi de les former à devenir des hommes, de les préparer à la vie, car peu deviendront professionnels.

    Mondial 2018 : conjuguer amour de Dieu et amour du foot

    Mgr J. B. : Jean-Paul II, lui-même grand sportif, disait que le sport, c’est une école de vie. L’Église a créé les patronages parce qu’elle mesurait la force de l’adage “un esprit sain dans un corps sain”. Dans le sport et dans l’Église, nous travaillons pour la construction de l’homme. Toi, tu es heureux quand un jeune est bien dans sa peau, qu’il a acquis des règles, qu’il a appris à se dépasser et à vivre avec les autres. Nous avons le même but.

    Ce qui vous anime tous les deux, c’est l’esprit d’équipe ?

    B. B. : Au foot, le joueur aime se mettre en avant alors que la star, c’est l’équipe. Il faut réussir à les faire vivre ensemble, qu’ils s’acceptent malgré leurs différences. Pour bien jouer avec son partenaire, il faut aussi bien le connaître. Cela ne se fait pas du jour au lendemain. Un entraîneur est attentif à ça car on n’apprend plus à un joueur professionnel à taper dans un ballon. Cette aventure humaine, c’est ce qui reste finalement. Quand je suis distingué meilleur entraîneur de Ligue 2, je le vis comme une récompense pour tout le club.

    Mgr J. B. : Je ne suis rien non plus sans ceux qui travaillent avec moi. Je dirige plus que onze joueurs. Mon rôle, c’est de favoriser les liens, entre les prêtres notamment pour qu’ils prennent soin les uns des autres. L’important, ce sont les relations. Moi, je ne suis pas là pour des résultats, même si, bien sûr, je me donne des objectifs et je lance de nouveaux projets. Mais ce qui me rend heureux, c’est lorsque je sens une communion entre les gens et qu’ils forment un même corps, pour reprendre saint Paul.

    Le football est un sport où la foi s’affiche souvent sans complexe, qu’en pensez-vous ?

    B. B. : Il faut faire attention. Il m’est déjà arrivé de recadrer certains joueurs qui faisaient la prière dans le vestiaire. Je pense que la foi doit rester à la porte. Cela ne doit pas être une source de conflits. En revanche, il m’est arrivé d’en discuter par curiosité. Parce que je n’y connaissais rien, j’ai échangé avec des joueurs musulmans.

    Mgr J. B. : Moi aussi, j’ai envie de parler de ma foi, mais je dois le faire dans le respect de l’autre, sinon le dialogue n’est pas possible. Pendant les matchs, on aperçoit parfois un joueur en train de se signer, je me méfie de ce type de manifestation extérieure dans le football. Ce qui m’intéresse, c’est ce qui se vit après, comment la foi est vécue concrètement.

    Quel message, au-delà du football, peut délivrer le Mondial qui vient de s’ouvrir ?

    Mgr J. B. : Lorsqu’on parle du foot, il est rapidement question de corruption, de dopage, d’argent. Cela existe, mais ces dérives ne sont que le reflet de ce qui se passe dans la société. Mais n’oublions pas la dimension fédératrice de cet événement planétaire, regardé par des milliards de téléspectateurs. En 1998, j’étais curé de campagne et aumônier d’une communauté de l’Arche. Nous étions 60 à regarder la finale France-Brésil dans une ambiance extraordinaire. J’avais dit à mon sacristain qu’il pouvait sonner les cloches pendant un quart d’heure si la France gagnait.

    Patrick Mignon : « Le football, c’est plus que du sport »

    B. B. : Je me souviens qu’en 1998, nous étions dans la rue avec un monde fou. Si on a sans doute exagéré avec la France « black-blanc-beur », il est vrai qu’à ce moment, tout le monde était rassemblé. Sans tout gommer évidemment, le sport peut aussi apaiser, au moins momentanément, les tensions entre certains pays.

    Comment allez-vous suivre la compétition ?

    B. B. : Je vais regarder un grand nombre de matchs. Je veux voir du bon football et d’un point de vue professionnel, examiner les enseignements qu’il est possible de tirer. Je pense que toi, Jacques, tu en regarderas plus que deux ou trois…

    Mgr J. B. : Pas sûr, mais j’ai pris le temps de noter l’heure des matchs et de prévenir ma secrétaire de ne pas prévoir de réunion tel ou tel jour (rires). Si la France va loin, il est certain que je vais regarder les derniers matchs.


    LA PRESENTATION DES DEUX FRERES BERANARD ET JACQUES BLAQUART


    Deux frères, une même passion

    La rencontre a eu lieu à l’évêché, le mardi de Pentecôte. C’est à domicile que Mgr Jacques Blaquart a reçu son frère Bernard venu passé le week-end à Orléans avant de rentrer à Nîmes en voiture. Visiblement heureux de saisir l’occasion offerte par La Croix d’échanger sur leur passion commune, les deux hommes, détendus, affichent une belle complicité. Volubile, l’évêque écoute avec un plaisir non dissimulé son frère cadet.
    Pudique, ce dernier n’hésite toutefois pas à taquiner un peu son aîné.

    Qui sont-ils ?

    Mgr Jacques Blaquart, 66 ans, est évêque d’Orléans depuis 2010. Ordonné prêtre en 1982, il a été évêque auxiliaire de Bordeaux de 2006 à 2010. Mgr Jacques Blaquart est président du Conseil pour la solidarité de la Conférence des évêques de France. En décembre, il a lancé un synode diocésain qui doit s’achever à la Pentecôte 2019 sur le thème « Porter la joie de l’Évangile ».

    Bernard Blaquart, 60 ans, est, depuis novembre 2015, entraîneur du Nîmes Olympique qui va retrouver l’élite la saison prochaine pour la première fois depuis vingt-cinq ans. Il a d’abord connu une carrière de joueur professionnel, évoluant en première division à Bordeaux entre 1976 et 1981. Comme entraîneur, il a exercé au niveau amateur avant de s’occuper de l’équipe réserve de Grenoble puis du centre de formation du FC Tours. En 2013, il rejoint celui de Nîmes avant de devenir entraîneur des « Crocodiles » fin novembre 2015. Il a reçu le Trophée UNFP du meilleur entraîneur de Ligue 2 en 2017.

    (1) François Blaquart (l'autre frère) a été directeur technique national de la Fédération française de football de 2010 à 2017.


    Dernière édition par Admin le Lun 18 Juin - 13:20, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Lun 18 Juin - 9:26

    LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 : FETHI HAREK

    Nîmes : pour Fethi Harek "le plus dur commence"


    SOURCE : ERIC DELANZY - MIDI LIBRE


    Fethi Harek (à gauche) sur Sofiane Alakouch : “Il me fait penser à moi quand j’avais 20 ans !”

    Acteur majeur de la montée, Fethi Harek, qui a resigné mais ne sera peut-être plus capitaine des Crocos la saison prochaine, sait la difficulté de la tâche qui attend les promus nîmois.
    Avec Pierrick Valdivia, il est le seul Croco actuel à avoir été vraiment titulaire en Ligue 1, deux saisons avec Bastia (2012-2014) avant de signer à Nîmes. Il sait ce qui attend les Gardois. Il sait aussi d'où le club revient. Le capitaine écouté et respecté de NO s'est confié à Midi Libre. Sans langue de bois. Et peut-être bientôt sans brassard.


    La montée. “C'est beau pour le club, pour nos jeunes qui ont fait le boulot et qui le méritent. Les dernières années ont été compliquées, mais la complication n'est jamais venue de nous, les joueurs mais des anciens dirigeants ! Nous, on a facilité les choses, on s'est maintenu, on a créé un engouement, on a donné et pris du plaisir. Au bout de deux ou trois mois de championnat, j'ai senti qu'on allait le faire, même si on avait un effectif réduit. On en avait parlé avec Pierrick (Valdivia) et le coach, mais il ne fallait pas le dire aux jeunes (sourire) ! On avait un groupe extraordinaire, très respectueux, qui est sorti grandi d'une période difficile, avec des joueurs au-dessus du niveau de la Ligue 2 et une colonne vertébrale Briançon-Savanier-Bozok-Alioui de talent. Et Sofiane (Alakouch), il me fait penser à moi quand j'avais 20 ans ! Mais les uns sans les autres, on n'était rien. C'est une fierté d'avoir été le capitaine de cette équipe. On n'était pas prêt à monter mais aujourd'hui, on est un petit club qui doit grandir très vite...”

    La Ligue 1. “Il ne faut pas se voiler la face : ce sera très compliqué. Le plus dur commence. Ce groupe n'a encore jamais vécu les moments difficiles que l'on va vivre. Car partir avec moins 8 points, ce n'était pas de notre faute... On va passer à 20 victoires par saison à plus de défaites. C'est dans la difficulté que l'on va voir notre mental. Lors de ma première saison en L1, je ne savais pas ce que c'était, personne ne misait sur moi, et j'ai réussi à me mettre au niveau. A Nîmes, beaucoup ont la capacité d'y arriver. Peut-être pas tous... Il y aura une pression, médiatique, psychologique, supplémentaire. La clé, ce sera la sérénité du staff et la maîtrise de soi des joueurs. Et la régularité : il ne suffira pas d'être bon 15 journées pour se maintenir. Regardez Strasbourg, ils ont fait de belles perfs mais ils ont tremblé jusqu'au bout. En tout cas, si on se maintient en L1, on aura tout vécu avec ce groupe. On aura bouclé l'épopée. Il ne manquera que la Coupe d'Europe !”

    Sa prolongation de contrat. Le club n'a jamais officiellement communiqué sur le renouvellement de contrat de son capitaine. Peut-être parce que “j'ai été déçu de la prolongation proposée, avoue-t-il. Je l'ai vécu comme un manque de reconnaissance de la part du club. Je l'ai signée dès mars, à contrecœur... mais c'est le football. Aujourd'hui, je suis sous contrat avec Nîmes, mais on ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve. C'est peut-être ma dernière année. La porte de sortie n'est pas fermée...”

    Son rôle la saison prochaine. La position de Fethi Harek est d'autant plus inconfortable que “le club et le coach m'ont fait comprendre que je ne serai pas un atout majeur de l'équipe la saison prochaine. On verra... En tout cas, c'est honnête de leur part de me dire ça. Après, si la concurrence est saine et juste... L'été dernier, on m'avait dit que je serai n°1 bis comme axial gauche (avec Cadamuro, NDLR), et j'ai joué 31 matches. Je pense avoir prouvé à tous ceux qui pensaient qu'à 35 ans, on était “mort”, que je pouvais jouer et être performant. Le capitanat ? Assis sur le banc, ça ne sert pas à grand-chose... Mais je serai là à la reprise, et je serai bien physiquement !”
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Mer 20 Juin - 14:17

    NÎMES OLYMPIQUE : les crocos de la saison 2018-2019                              
    Briançon, Bozok, Valdivia… Qu’ont-ils fait de leurs vacances ?


    Avant la reprise de l'entraînement la semaine prochaine, petit tour d'horizon sur les réseaux sociaux des vacances de nos Crocos.

    Même pendant les vacances une bonne partie de l'équipe s'est retrouvée grâce à un heureux événement. Le mariage de Gaëtan Paquiez, célébré à Saint-Gilles.

    Une grande partie de l'effectif des Crocos était invitée au mariage de Gaëtan Paquiez
    Sur la photo, les désormais ex-crocos Yannick Boscagli et Romain Del Castillo posent avec Théo Valls, Anthony Briançon, Antonin Bobichon et Umut Bozok. Clément Despres était également de la fête, mais il devait se trouver au buffet au moment de la photo.

    Avant d'être des coéquipiers sur le terrain, Gaëtan et Anthony sont très bons amis dans la vie. Le défenseur central, témoin de mariage du latéral, a immortalisé leur séjour à Porto-Vecchio en Corse.  

    Attention aux coups de soleil, messieurs !

    Pas d'excentricité au niveau des destinations pour les Crocos : Théo Valls est parti en Grèce et Clément Desprès est en Sicile. Le maestro des Costières, Renaud Ripart, s'est lui aussi uni au cours du mois juin "pour le meilleur et pour le pire", selon la formule consacrée. Auparavant, il avait fêté son enterrement de vie de garçon le week-end de la Feria. Le vendredi, lors de la capéa de la presse, El Rips avait manié la muleta. Sa passion pour la tauromachie l'a amené à Las Ventas, les arènes de Madrid, où il a retrouvé le patron des lieux et visage connu à Nîmes, Simon Casas.
    Pour sa part, il a également pris du repos en Espagne, mais ni voyez aucun rapport avec sa future destination : Umut Bozok a ensuite choisi de rester enfermé chez lui et de jouer aux jeux vidéos. Une manière de ne pas répondre aux nombreuses sollicitations qui lui sont parvenues dans les premiers jours de ce mercato estival. "Fortnite" jeu très en vogue où il faut sauver le monde et "AO international Tennis" n'ont plus de secret pour le Franco-Turc.


    Le Thioub de l'été !
    On reste dans les joueurs offensifs avec Sada Thioub, qui a semble t-il fêté son anniversaire (1er juin) dans sa ville natale de Nanterre. Une belle photo souvenir au passage, où l'attaquant en profite pour lancer le défi du maillot à Sofiane Alakouch et Rachid Alioui.

    Vacances studieuses en revanche pour Pierrick Valdivia. Le milieu de terrain semble s'être remis très rapidement  de sa rupture des ligaments croisés subie le 24 avril dernier face à Lorient. Tel un gladiateur, il a travaillé de manière acharnée ces quinze derniers jours au CERS (Centre européen de rééducation du sportif) de Capbreton (Landes). Avec un suivi personnalisé, le joueur de 30 ans a même pu terminer son séjour en foulant la pelouse. Il sera donc prêt pour démarrer la préparation physique le 27 juin. Sur le terrain de la Bastide, cette fois-ci.


    Source : Objectif Gard
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Ven 22 Juin - 16:43



    Dernière édition par Admin le Mar 26 Juin - 8:39, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Mar 26 Juin - 8:33

    Nîmes : tout le monde se lève pour Umut Bozok

    01/07/2018 -

    L'année passée, Umut Bozok a crevé l'écran en Ligue 2, terminant meilleur buteur avec 24 réalisations. L'international Espoir turc a aussi permis au Nîmes Olympique de retrouver l'élite. Tous saluent son talent et son intégration, mais nul ne sait de quoi sera fait son avenir.

    En Ligue 2 cette saison, Nîmes a fait forte impression. Les Gardois ont réussi à terminer deuxièmes de la deuxième division française et ont donc gagné le droit de rejoindre la Ligue 1 l’année prochaine. Dans cette formation, un homme a aussi fait une excellente année. Il s’agit de l’avant-centre Umut Bozok. Voici deux ans maintenant, l’ancien attaquant du centre de formation du FC Metz avait fini meilleur buteur de National 1 avec Consolat Marseille. Lors de cette édition 2017-2018 du championnat de Ligue 2, le joueur de 21 ans a réédité la performance en marquant 24 buts.
    Pourtant rien n’a été facile pour celui qui a débarqué dans le Gard voici un an. « Umut Bozok, au début on a eu peur qu’avec Rachid Alioui, ça se passe mal. Qu’il voit arriver un rival pour marquer des buts à la pointe de l’attaque. Rachid a compris, même si ça n’a pas été facile au début, que la complémentarité allait servir aux deux. On termine aux deux premières places des meilleurs buteurs du championnat, je me demande si c’est déjà arrivé. A eux il marque 41 buts sur la saison. C’est incroyable. Umut n’aurait pas terminé meilleur buteur, s’il n’avait pas eu Alioui à ses côtés. Mais il le sait, c’est quelqu’un d’intelligent, ils s’entendent bien maintenant. Il sait ce qu’il lui apporte. Ils sont complémentaires, Rachid est peut-être plus technique, mais Umut est plus explosif, c’est un joueur de surface. J’espère qu’on gardera les deux parce que c’est ça qui fait leur force. Je pense qu’ils seraient moins fort l’un comme l’autre, seul », nous a expliqué Jean-Jacques Bourdin, le plus célèbre supporter des Crocos.

    Une version contemporaine de Delio Onnis ?

    Pour le journaliste de RMC et de BFM, c’est un joueur très complet qui a garni l’effectif nîmois cette saison, quelqu’un de très bien équilibré. « Il a moins de qualité que Germain, quoique. Il a trois qualités, il est puissant, il sent le placement dans la surface et il est très intelligent. Il comprend. Il analyse le déroulement de l’action et il sait se placer ou il faut se placer », a-t-il ainsi poursuivi tout en ciblant aussi les défauts de l’Espoir turc : « je ne le connais qu’en tant que relation professionnelle. Il est très respectueux, mais il a un défaut et il va devoir faire attention à ça. Il a tendance à un peu contester et à trop tomber. C’est son caractère. Il a tendance à attendre que l’arbitre siffle faute, il ne faut pas qu’il fasse ça. De toute façon, l’arbitre sifflera puisqu’on fera des fautes sur lui qu’il ne s’inquiète pas de ça. Il ne faut pas qu’il donne la sensation à l’arbitre ou aux joueurs adverses qu’il tombe pour un rien et qu’il cherche le coup franc ou le penalty. Après les réputations vous accompagnent et ce n’est pas bien ».
    En allant un peu plus loin, Bourdin ose même de belles comparaisons pour l’attaquant de son club de cœur. « Il faut qu’il soit comme Delio Onnis. Delio Onnis, c’était un joueur de surface très fort qui jouait à Monaco. Il a marqué énormément de buts, c’était un des meilleurs buteurs de Ligue 1. Umut lui ressemble beaucoup. Delio, il tombait beaucoup au début. Un temps les arbitres l’ont pris en grippe un peu. Il ne faut pas qu’Umut ce soit comme ça. Il proteste, il est sanguin, OK, mais il les aura les fautes. Il arrive un moment ou l’adversaire est obligé de commettre une faute », conclut-il.

    Son avenir en question

    Dans une équipe qui comportait beaucoup de joueurs formés dans le Gard, Umut Bozok semble s’y être fait une belle place. « Je me souviens de tout. Il y a des pleurs. J’ai encore l’image d’Umut en pleurs. Ce n’est pas quelqu’un formé ici, mais il a l’amour du maillot, qui s’est bien intégré. Je pense qu’il aime ce club et qu’il l’a rendu sur le terrain toute la saison. Il a fait une saison exceptionnelle. Après, il y a tous les gens de la ville, le staff et les joueurs, tous sont euphoriques », nous dévoilait même Anthony Briançon dans un long reportage sur l’année nîmoise couronnée, comme vous le savez, par une montée en Ligue 1.
    Mais aujourd’hui, nul ne sait de quoi sera fait l’avenir de l’attaquant de 21 ans. L’entourage du joueur et Bozok, lui-même, ont refusé de discuter d’une prolongation au mois de janvier dernier, car ce n’était pas le moment idoine mais, depuis, selon nos informtations, les dirigeants des Crocos ne sont pas revenus vers le clan de leur attaquant. Et ce n’est pas les opportunités qui vont lui manquer. Des clubs en Espagne et en Allemagne, deux championnats qui ont ses faveurs, se sont déjà montrés intéressés, d’autant que le dernier meilleur buteur de Ligue 2 (24 réalisations) pourrait s’envoler pour une somme comprise aux alentours de 7 millions d’euros. Pour l’heure, selon nos informations, son entourage a déjà refusé des offres venant de Turquie et ce dossier pourrait tarder à se concrétiser. Que les fans du NO se rassurent, ils pourront probablement profiter de leur buteur pour les premières journées de ce retour en Ligue 1 tant attendu.


    UMUT BOZOK DANS LE FRANCE FOOTBALL DU 26 JUIN 2018




    (Merci à Gérard)


    Dernière édition par Admin le Dim 1 Juil - 19:00, édité 2 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Jeu 28 Juin - 9:21

    Les crocos de la saison 2018-2019 / Ligue 1 Conforama

    Présentation de Baptiste Guillaume, attaquant Belge


    Guillaume, attaquant de tout juste 23 ans, est prêté une saison par le SCO Angers avec, selon les informations du Midi libre, une option d'achat de 6,5 M€ que le NO sera libre de lever, ou pas.

    Il s'est engagé avec les crocos ce mercredi 27 juin.

    Il est la 3ème recrue nîmoise après Hervé Lybohy et Florian Miguel.

    Le Belge, qui tarde à confirmer ses promesses de début de carrière, vient dans le Gard pour se "relancer, et lancer définitivement ma carrière".

    Il portera le n° 25.

    Laurent Boissier, directeur sportif des Crocos, suivait depuis deux ans le joueur, passé par Lens où il a été formé, Lille, Strasbourg (en prêt) et Angers.

    Baptiste Guillaume, grand gabarit de 1,89 m plutôt véloce, généreux, capable de faire des efforts défensifs répétés, a le profil pour réussir chez le promu nîmois.

    « Il a pratiquement tout : il est grand, costaud, il va vite, il est puissant. Il est bon de la tête, il tire du droit, du gauche. C’est un attaquant moderne complet » disait de lui, son ex compère d'attaque au RC Strasbourg Khalid Boutaïb.  

    Il tentera dans un premier temps de faire oublier Alioui, blessé et qui ne reviendra pas avant cet automne.

    Pour l'anecdote, Baptiste Guillaume avait été recruté au LOSC à 20 ans, lors d'une arrivée controversée en 2015 en provenance de Lens, pour une importante somme aux alentours de quatre millions d’euros (bonus compris).

    La déclaration de Baptiste Guillaume
    "Je pense que je vais prendre mon pied à Nîmes. Quand on est attaquant, on ne peut que se régaler : quand un coach vous dit qu'ici, le jeu offensif est de rigueur et que vous allez jouer en 4-2-4..."
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Ven 29 Juin - 8:20

    Les crocos de la saison 2018-2019 / Ligue 1 Conforama

    Présentation de Loïck Landre , défenseur français


    Loïck Landre 26 ans, est la 4e recrue de la saison du Nîmes Olympique.

    Ce défenseur central de 26 ans, d'1,80 m, arrive de Genoa, le club italien de Gênes.

    Mercredi 27 juin en fin d'après-midi, le transfert, dont les négociations ont été visiblement longues, a eu lieu. Le joueur a signé pour trois ans.

    Laurent Boissier : "c'est un bon mec et un guerrier"

    Le directeur sportif Laurent Boissier : "C'est un garçon qui arrive avec une soif de revanche, une faim de terrain. Malheureusement pour lui ça ne s'est pas bien passé à Genoa. Mais heureusement pour nous.
    On a trouvé le bon endroit et le bon moment. Et puis on nous a dit "c'est un bon mec".
    C'est un joueurs qui a de la maturité. Et puis c'est un guerrier".

    Le joueur a confié que c'était sa seule sollicitation en Ligue 1.

    Pour l'anecdote, Loïck Landre qui a commencé au PSG à 13 ans et a signé pro à 19 ans, disputera son premier match contre l'OM.

    La déclaration de Loïck Landre
    "Pour mois c'est génial d'être ici. Là-bas, on avait une équipe étoffée. Après une liste a été faite, je n'étais pas dedans. Je n'étais pas dans le projet du club. C'était des moments compliqués mais je ne me suis jamais plaint. Quand tu te lèves le matin et que tu as envie de jouer et que tu peux pas... C'est sûr que maintenant j'ai faim de jouer, ça m'a rendu plus fort".
    [/size]


    Dernière édition par Admin le Mar 10 Juil - 8:13, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Lun 2 Juil - 21:01




    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Ven 6 Juil - 13:25

    Gard : Rani Assaf sort du classement Challenges des fortunes
    Rani Assaf, numéro 2 de Free et président du Nîmes Olympique, est sorti du classement. Archive

    06/07/2018  

    Le président de Nîmes Olympique, Rani Assaf, 412e en 2017 et la famille Bastide, 443e en 2017 sont sortis du classement. Le magazine Challenges a dévoilé son classement annuel des plus 500 grandes fortunes de France.

    La famille Bastide, classée 443e en 2017 avec 150 M€ n’est également plus répertoriée. Présent en 412e position avec un patrimoine estimé à 175 M€ en 2017, Rani Assaf n’apparaît plus.

    Le président de Nîmes Olympique, numéro de 2 de Free et actionnaire de “Iliad” groupe de Xavier Niel, affiche 112 M€ en 2018.

    En parallèle, le club nîmois a reçu le prix de “l’économie” lors de la soirée Place à l’entreprise de l’UPE 30...


    Source : Midi Libre
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Mar 10 Juil - 8:10

    Les crocos de la saison 2018-2019 / Ligue 1 Conforama

    Présentation de Paul Bernardoni, gardien français



    Récemment élu meilleur gardien de Domino's Ligue 2 avec Clermont, Paul Bernardoni est prêté à Nîmes pour la saison 2018-2019 sans option d’achat ! il est la 5ème recrue croco du mercato estival.

    Il est également le gardien de but de l'Equipe de France Espoirs.

    Il va débuter avec les crocos en match de préparation dès ce mercredi 11 juillet à Pierrelattes contre le RC Lens (Domino's Ligue 2)

    Il vient à Nîmes pour re découvrir la Ligue 1 Conforama,  à seulement 21 ans et en gardien n°1 du NO. il n'a plus en effet foulé les pelouses de Ligue 1 Conforama depuis mars 2016 et un derby de la Garonne perdu face à Toulouse avec Bordeaux 4-0 !

    Laurent Boissier en a profité lors de sa présentation à la presse ce lundi après midi pour lancer cette petite pique aux "mercenaires" : "Paul Bernardoni est un bon mec, les tordus on ne les aime pas ici."

    Pour l'anecdote, il a été présenté aux Côtières à la presse, en même temps que Gianluigi Buffon (40 ans) du côté du Parc des Princes, de 19 ans son cadet !

    La déclaration de Paul Bernardoni
    "Dans ma tête c'était clair, je voulais jouer. Quand Nîmes est arrivé j'ai fermé toutes les autres portes, c'est ici que j'avais le plus de certitudes. J'avais des pistes à l'étranger et en Ligue 2".
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Mer 11 Juil - 8:50

    INTERVIEW Laurent Tourreau, le nouvel homme fort du Nîmes Olympique
    Abdel Samari 10 juillet 2018 - Objectif Gard


    Laurent Tourreau est le nouvel homme fort du Nîmes Olympique. Photo : AS/ObjectifGard

    Il a pris la tête de la direction des opérations au Nîmes Olympique depuis quelques semaines. Après de nombreuses années dans l'environnement notamment chez Suez, Laurent Tourreau a tourné le dos à son ancienne vie pour embrasser une nouvelle carrière, liée entièrement à sa passion, le Nîmes Olympique. Interview.

    Objectif Gard : Comment devient-on directeur des opérations au Nîmes Olympique ?
    Laurent Tourreau : Cela faisait 20 ans que j’exerçais dans l'environnement et mon dernier poste chez Suez Environnement - responsable du pôle administratif - me convenait parfaitement. J'étais par ailleurs membre actif du club des supporteurs Gladiators et c'est lors d'une rencontre avec la direction du club que j'ai rencontré Rani Assaf (le président du Nîmes Olympique). Je m'occupais par ailleurs du partenariat entre Suez et le club donc nous avions l'occasion de nous voir régulièrement. C'est lors de la rencontre face à Sochaux que les choses se sont précipitées. Rani Assaf m'a fait une proposition qu'il était difficile de refuser vue ma passion pour ce club. Le 1er juin j'ai donc pris mes nouvelles fonctions.

    En quoi consiste votre rôle en tant que directeur des opérations ?

    Dés mon arrivée, j'ai pris en charge le dossier de la licence club. La Ligue de Football pointe à travers cette licence toute l'infrastructure du club et confirme l'aspect financier à partir de barèmes. Ils nous fallait donc tout organiser et assurer pour répondre aux attentes. Je poursuis une dernière étape autour de l'éclairage mais je peux dire que nous sommes quasiment prêts. Sinon, mon job consiste à professionnaliser au maximum le club autour de multiples projets tant administratifs que commerciaux. La seule chose à laquelle je ne touche pas, c'est le volet sportif pris en main efficacement par Laurent Boissier.

    Quelles sont les nouveautés pour la saison 2018-2019 ?
    Des contrôles d'accès renforcés lors des matches, un nouvel éclairage, des vestiaires remis à neuf, une salle de conférence pour les journalistes plus adaptée, de meilleures conditions de travail pour les télévisions. Nous travaillons également sur une nouvelle boutique en ligne qui permettra à nos supporteurs d’accéder facilement aux maillots, écharpes, casquettes, goodies... Le site Internet sera retravaillé pour coller davantage aux attentes d'un club de Ligue 1. Enfin, nous avons signé un contrat avec Digitick, le leader de la billetterie en ligne. Ainsi, dès l’ouverture de la saison, le public pourra acheter ses places sur Internet.

    Un mot sur les abonnements qui ont fait grincer des dents les supporteurs ?
    Nous avons dû faire face à un nombre conséquent de demandes. Difficile de vous dire le nombre exact mais nous avons reçu des caisses entières de courriers. Notre premier travail aujourd'hui est de trier les arrivées d'abonnement entre les anciens d'abonnés, les abonnements groupés et les nouveaux abonnés. J'ai conscience que ce mode d'abonnement par voie postale n'était pas l'idéal mais il était impossible matériellement de faire différemment. Désormais, avec Digitick, nous allons pouvoir réfléchir à une meilleure organisation dans les mois qui viennent.


    Source : Propos recueillis par Abdel Samari (objectif Gard)
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Jeu 19 Juil - 14:46

    NÎMES OLYMPIQUE :Florian Miguel, timide et sans complexe

    Florian Miguel s’apprête à entrer de plain-pied dans la Ligue 1

    Le nouveau latéral gauche des Crocos n’est pas un grand bavard, mais il a hâte de découvrir la Ligue 1 avec Nîmes.


    Florian Miguel ne livre pas facilement. « Je suis réservé. J’ai du mal à aller vers les autres mais il ne faut pas le prendre mal. Je suis comme cela ». Et il prévient qu’il faut apprendre à le connaître pour en savoir plus sur lui. Mais cette timidité ne l’empêche pas de gravir les échelons du football français. C’est à Bruges (Gironde) que tout a commencé. Il y joue tout petit et il se fait vite repérer pas les Girondins de Bordeaux. En équipe de jeunes, il évolue aux postes de milieu gauche, défenseur-central avant de se fixer en arrière-gauche. « Mon père jouait au niveau amateur et c’est lui qui m’a donné l’envie de devenir footballeur », se souvient l’introverti défenseur.


    Florian Miguel portera le numéro 26 avec le Nîmes Olympique

    À 14 ans, il fait un passage de deux saisons à Mérignac-Arlac et il intègre le centre de formation du FC Tours, dont le directeur est à l'époque Bernard Blaquart. Au TFC, il fait toutes ses classes, des U17 aux pros. Il rêve alors des exploits de Raphaël Varane, Benjamin Mendy et des Brésiliens Marcelo et Maxwell.
    C’est en Touraine que Florian vit les premières émotions de sa jeune carrière. « Mon meilleur souvenir est le titre de champion de France U19 avec Tours, en 2014 ». C’est aussi là-bas qu’il fait ses débuts en professionnel, le 24 janvier 2015 lors d’un Valenciennes-Tours (1-2). Trois semaines plus tard, il gagne sa place de titulaire.

    « Nîmes est une ville qui aime le foot »

    La saison suivante, il participe à 28 matches de ligue 2 et il marque quatre buts, dont un aux Costières lors d’une houleuse rencontre. Ce soir-là, il égalise dans les arrêts de jeu, ce qui lui a valu les foudres de certains supporters Nîmois. En quatre saisons il cumule 93 matches de Ligue 2 dont 90 comme titulaire. C’est un des éléments qui ont amené le Nîmes Olympique à le recruter. « C’est un très jeune joueur qui a une sacrée expérience en Ligue 2. Il reste sur deux saisons difficiles à Tours. Il va falloir qu’il hausse son niveau pour jouer en Ligue 1 », souligne Bernard Blaquart.
    Miguel est désormais un Croco et il compte bien découvrir sa nouvelle région. « Je n’ai pas encore eu le temps de visiter la ville mais on m’en dit beaucoup de bien ». De ces premières semaines dans le Gard, certaines choses l’ont déjà séduites : « le cadre de vie, la tranquillité. Et Nîmes est une ville qui aime le foot ». L’ancien Tourangeau aura pour mission de faire oublier Olivier Boscagli, le titulaire au poste de latéral gauche la saison passée. Il sait ce que Nîmes attend de lui et il est prêt à relever le défi. « Je veux jouer le plus de matches en Ligue 1 et être le plus performant possible ». Timide dans la vie, Florian Miguel ne compte pas l’être sur le terrain.


    Norman Jardin, Objectif Gard
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Mar 24 Juil - 7:03

    Ligue 1 - Nîmes
    Paul Bernardoni (Nîmes) : «Devenir un vrai leader»



    Nouveau gardien du Nîmes Olympique, Paul Bernardoni espère s'imposer enfin dans la peau d'un numéro un en Ligue 1.

    «Qu'est-ce qui a fait pencher la balance en faveur de Nîmes ?
    Je suis venu pour le côté familial de ce club, mais surtout pour jouer. Je veux progresser. Le coach, l'entraîneur des gardiens, le directeur sportif... Tout le monde est sur la même longueur d'onde et a envie de m'apprendre des choses. J'ai envie de passer plein d'échelons ici.

    Que vous manque-t-il pour franchir un palier ?
    Beaucoup de choses. Par habitude, je suis dur avec moi. Le foot moderne demande beaucoup d'exigence par rapport au jeu au pied. Même si je pense avoir passé un gros, gros cap la saison passée avec Clermont, je cherche toujours à progresser à ce niveau-la. J'aimerais être encore plus décisif et devenir un vrai leader. Je pourrais en sortir des tonnes... Le parfait n'existe pas. Il y a toujours quelque chose à bosser et puis j'ai encore du temps devant moi.

    On oublie vite que vous n'avez que vingt et un ans. Vous avez trouvé les gens durs avec vous lors de votre période bordelaise ?
    J'ai un physique trompeur. J'en ai vingt et un mais j'en parais trente-cinq minimum... (Rires) Je me suis toujours dit : “Si on est dur avec toi, c'est qu'on croit en toi.” Donc, ça me fait plutôt plaisir. Je sais ce que c'est d'avoir vécu un mini déferlement médiatique contre moi. Au final, ça m'a permis d'apprendre beaucoup de choses et de mûrir.»


    Source : FF


    Dernière édition par Admin le Ven 27 Juil - 8:02, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Mar 24 Juil - 8:01

    Nîmes - Mercato : Bernardoni affiche ses ambitions avec le promu

    Analyse de l'interview de Paul Bernardoni dans France Football


    Paul Bernardoni, gardien de but de Bordeaux prêté à Nîmes.


    Après une saison passée en prêt à Clermont Foot en Ligue 2, Paul Bernardoni a été encore prêté par Bordeaux. Le jeune gardien de but est envoyé, ce coup-ci, à Nîmes Olympique, fraichement promu en Ligue 1.

    Paul Bernardoni « aimerait être encore plus décisif et devenir un vrai leader ».

    Paul Bernardoni va évoluer cette saison en Ligue 1, après la dernière passée en Ligue 2, notamment à Clermont Foot. Il est de nouveau prêté par son club, Bordeaux, pour une saison, à Nîmes Olympique.

    Titulaire avec Clermont (38 matchs disputés sur 38 en 2017-2018), le portier de 21 ans espère l’être également avec le promu dans l’élite.

    « Je suis venu pour le côté familial de ce club, mais surtout pour jouer. Je veux progresser. Le coach, l'entraineur des gardiens, le directeur sportif... Tout le monde est sur la même longueur d'onde et a envie de m'apprendre des choses. J'ai envie de passer plein d'échelons ici », a-t-il justifié dans France Football.

    Interrogé par l’Hebdomadaire sur ce qui lui manque pour franchir un palier, Bernardoni a répondu : « beaucoup de choses. Par habitude, je suis dur avec moi. Le foot moderne demande beaucoup d'exigence par rapport au jeu au pied. Même si je pense avoir passé un gros cap la saison passée avec Clermont, je cherche toujours à progresser à ce niveau-là. J'aimerais être encore plus décisif et devenir un vrai leader ».

    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Jeu 26 Juil - 21:31

    NÎMES OLYMPIQUE - Laurent Boissier sur le départ ?

    Laurent Boissier, parti pour rester
    !


    Laurent Boissier devrait rester au NO
    Le directeur sportif du Nîmes Olympique Laurent Boissier a accepté de répondre à nos questions quelques semaines après la reprise officielle du groupe. L'occasion d'un point sur le recrutement et d'évoquer les rumeurs qui annoncent son éventuel départ vers un club de Ligue 1.

    Objectif Gard : Où en est le recrutement ? D'autres joueurs vont arriver ?

    Laurent Boissier : Aujourd'hui, nous avons pas mal avancé sur le recrutement avec l'arrivée de sept nouveaux joueurs. À trois semaines de notre premier match en Ligue 1, nous arrivons au bout. Mais c'est Bernard Blaquart, notre entraîneur, qui nous indiquera rapidement s'il souhaite une ou deux recrues complémentaires. Il aura une vision précise de son équipe d'ici la mi-août et nous serons en capacité de regarder de nouvelles opportunités.

    L'exploit de cette reprise est à mettre à votre crédit avec la conservation de l'ensemble des meilleurs joueurs de la saison dernière. Quelle est votre recette magique ?

    Je ne sais pas si l'on peut parler de recette magique. Je crois que les joueurs croient au projet du club, à l'ambition du président Rani Assaf. Et pourtant nous n'avons pas un gros budget, notre équipe est jeune et 80% des joueurs n'ont pas encore joué le haut niveau. Vous savez, les années précédentes, c'était beaucoup plus difficile d'attirer des joueurs à Nîmes. Aujourd'hui, les joueurs présents qui ont connu la montée ont envie d'accompagner le club en Ligue 1, c'est un état d'esprit tout simplement.

    Quelle est l'ambition du Nîmes Olympique pour cette première saison en Ligue 1 ?

    Quand j'attaque une saison, je joue la gagne, je suis comme cela. Je veux être efficace dans tout ce que j'entreprends. La réalité, c'est qu'il va falloir traverser des tempêtes, il y en aura. Nous ne sommes pas habitués à perdre depuis quelques années. On a vécu quelque chose d'exceptionnelle ces dernières saisons.

    Vous êtes convoités par plusieurs clubs de Ligue 1. Ces derniers veulent s'appuyer sur l'expertise et la touche Laurent Boissier. Etes-vous sur le départ ?

    Ce qu'il se passe depuis plusieurs mois est agréable. C'est pour moi, une vraie reconnaissance et je ne vais pas vous dire que cette reconnaissance n'est pas flatteuse. C'est le cas. Mais aujourd'hui, dans ma tête, je sais ce que je veux. Tant que Rani Assaf me fera confiance, tant qu'il fera appel à mes services, je resterais au Nîmes Olympique. C'est ma ville, mon club, ma passion. Après tant d'années, nous sommes enfin en Ligue 1 et vous croyez que je vais quitter Nîmes Olympique au meilleur moment ? Je ne suis pas carriériste, cela fait 15 ans que je suis au club, j'ai un président qui me laisse travailler, un entraîneur avec qui j'ai des relations extraordinaires, c'est difficile de vouloir autre chose. Je me suis engagé avec Rani Assaf il y a trois ans, je suis un homme de paroles. Et puis, j'ai envie de faire avancer le club, ma ville.

    Propos recueillis par Abdel Samari-Objectif Gard


    Dernière édition par Admin le Ven 27 Juil - 15:02, édité 1 fois
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Ven 27 Juil - 8:35

    Malik Hsissane : du chômage à la Ligue 1.Le milieu de terrain nîmois a tout connu avec les Crocos. Des hauts, des bas et bientôt la Ligue 1 !

    Hsissane se souvient avec bonheur des années passées dans le quartier des Jonquilles à Nîmes (Photo Norman Jardin / Objectif Gard)


    Ses débuts en mai 2011 font de lui le plus anciens des Crocos. Avec son club de cœur, il a connu toutes les émotions. Au chômage en octobre 2017, il va découvrir prochainement, la Ligue 1. Histoire d’un Nîmois fier de l’être.



    Dans quelques semaines, il affrontera peut-être le PSG. « Je m’imagine tacler Neymar. On en rigole avec les copains : fait attention il peut te ridiculiser. Attention, si tu le blesses, tu vas passer partout à la télé ». Mais, quoi qu’il arrive, il n’oubliera pas d’où il vient. C’est dans le quartier des Jonquilles que tout a commencé pour Malik. « C’est tranquille, ce n’est pas comme le Chemin-bas ou la Zup. On est plus proche de la ville. » Dans les années 1990, le petit Malik passe tout son temps sur le petit terrain qui longe le périphérique Nîmois. « Matin, midi, soir, après les cours et pendant les vacances. Sous la pluie et même la neige ». Ces souvenirs sont inoubliables pour le milieu de terrain des Crocos.



    « J’étais le Steven Gerrard des Jonquilles »



    À six ans, il joue déjà avec des joueurs plus vieux. Dans le quartier, il est au-dessus du lot. Les compétitions sont rudes mais Malik ne se défile jamais. « J’étais le Steven Gerrard des Jonquilles », se souvient-il. Le milieu de terrain de Liverpool fait parti de ses idoles, au même titre que Xabi Alonso, Patrick Viera et Claude Makélélé. Son premier club est le Nîmes Olympique qu’il intègre à l’âge de dix ans. L’ancienne vedette du quartier a les yeux qui brillent à l’évocation de cette période. « Quand j’ai reçu mon premier survêtement avec mon nom floqué dans le dos. C’était une fierté de fou, je suis Nîmois à 100%. » À 13 ans, il fait tout de même un passage d’une saison à l’Olympique d’Alès. Mais il revient aussitôt. 
                                                                                                                              
    Hsissane entouré de Merville et Nouri lors de la saison 2013-14 (Photo / DR)



    Aux fils des années, il est dirigé par Yannick Dumas, Thierry Lorenzo, Gregory Meilhac. Il a quelques touches avec Arles-Avignon et Clermont mais il préfère privilégier son club de cœur et reste de Nîmes. La récompense arrive le 10 mai 2011 quand Thierry Froger le fait entrer au stade de la Rabine, à Vannes lors d’un match de Ligue 2. Il remplace Mohamed Benyachou à un quart-d‘heure de la fin et Malik s’en rappelle comme si c’était hier. « Sur le coup, je ne réalise pas mais une fois que j’ai mis les pieds sur la pelouse, mon cœur battait à 2 000 à l’heure. L’adrénaline et les frissons. » Le Nîmes Olympique perd 3-1 et tombe en National.



    « Je suis le miraculé du Nîmes Olympique »



    Pour arriver là, le Croco s’appuie sur Nordine, son grand-frère, qui le suit depuis toujours. C’est un peu son guide. Aujourd’hui encore, c’est avec lui qu’il débriefe les après-matches. Depuis son intégration dans le groupe pro, Hsissane a connu X entraîneurs. Cavalli avec qui il avait des bonnes relations. Tosi, Froger qui est le premier à lui avoir donné sa chance. Avec Zvunka, les rapports sont « un peu électriques ». Il y a Benezet pour un intérim d’un match. René Marsiglia lui laisse un souvenir particulier, « un des meilleurs que j’ai connus ». Par la suite débarque Pasqualetti « qui n’était pas trop proches de ses joueurs ». Et maintenant Bernard Blaquart qui l’a remis en selle. Hsissane a eu sa traversée du désert, de 2015 à 2017. Une expérience ratée au Maroc puis une saison en National avec Lyon-La-Duchère. Une époque récente où il ne rêve même plus de Ligue 2. « Ça ouvre les yeux sur plein de choses. »
    Accompagné de Guillaume et Alakouch, Hsissane savoure sa renaissance (Photo Norman Jardin / Objectif Gard)





    Fin octobre 2017, il frappe à la porte de la réserve, juste pour pouvoir s’entrainer. Finalement il s’engage avec le club pour renforcer les réservistes. Au bénéfice d’une suspension de Savanier et d’un blessé, il se trouve sur le banc de l’équipe première contre Sochaux. Blaquart lui donne sa chance et il l’a saisi. « Je suis le miraculé du Nîmes Olympique ». C’est une renaissance. Maintenant il savoure. À 27 ans, il est le plus ancien Croco de l’effectif. Et peu importe s’il ne tacle pas Neymar, rien ne se sera jamais plus beau que les matches sur le petit terrain des Jonquilles.



    De Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire), Norman Jardin pour Objectif Gard.
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Ven 27 Juil - 9:55

    Les crocos de la saison 2018-2019 / Ligue 1 Conforama

    Présentation de Moustapha Diallo, milieu récupérateur Sénégalais

    Diallo à droite avec le Directeur spotif du NO, Laurent Boissier.

    Le joueur très apprécié pour son état d'esprit combattif irréprochable, a signé pour 2 saisons alors chez les crocos qu'il devait signer en Turquie avec une rémunération bien supérieure à celle du NO. L’ex guingampais devient le joueur du club le plus expérimenté en ligue 1 Conforama. En effet, l'international Sénégalais, Moustapha Diallo (4 sélections avec la Sélection du Sénégal) a disputé 144 matches dans l’élite du football Français dont 93 comme titulaire et il a marqué 43 buts. Il est capable d'évoluer à plusieurs postes et même à celui d'avant centre !Une arrivée de poids pour les crocos qui vont donc pouvoir s’appuyer sur un joueur qui a donc de l’expérience dans l’élite au poste de milieu défensif. En plus d’être milieu récupérateur, le joueur d’1,92m s’est déjà fait remarquer à plusieurs reprises pour ses buts décisifs. En 2014, il appartenait au groupe qui avait ramené une seconde Coupe de France dans les Côtes-d’Armor après une victoire face au voisin rennais (2-0).

    Pour l'anecdote, il a passé plus de 9 ans dans le même club de l'avant Guingamp où il était devenu le chouchou du Roudourou !Il faudra attendre la 37e journée (18 mai 2019) pour le revoir au Roudoudou sous le maillot des Crocodiles nîmois.

    La déclaration de Moustapha Diallo : « Guingamp m'a proposé quelque chose, mais c'est une histoire qui devait se finir, a expliqué sur le compte twitter de son nouveau club, l'un des chouchous du Roudourou, loué pour son esprit de guerrier. Maintenant c'est une nouvelle page qui se tourne après neuf ans passés à Guingamp. » Comme Guingamp, « un club familial »
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Ven 27 Juil - 10:29

    Les crocos de la saison 2018-2019 / Ligue 1 Conforama                                                                                                                                                                                                                                         

    Présentation de Paul Bernardoni, gardien international espoir français 
                                                                                                                                                                           
     Paul Bernardoni, lors de sa présentation


    Paul Bernardoni est un jeune gardien formé à l'ESTAC Troyes. Il est né à Evry le 18 avril 1997. Passé par l'AS Lieusaint et l'ESA Linas-Montlhéry, il termine sa formation à l'ESTAC Troyes, club dans lequel il arrive en 2013.
    Rapidement, il se fait remarquer et débute son premier match en tant que titulaire le 12 avril 2014 avec la réserve de l'ESTAC.
    Sa progression rapide continue puisqu'en juillet 2014, il signe son premier contrat professionnel avec l'équipe de Jean-Marc Furlan. Dans la foulée il jouera son premier match pro en Ligue 2 en mars 2015.
    Artisan de la montée de Troyes en Ligue 1, Paul Bernardoni disputera 14 matches de championnat avec l'ESTAC dans cette première partie de saison, dont son premier en Ligue 1 en août 2015 face au Gazélec d'Ajaccio.             


    Grand espoir français au poste de gardien, Paul Bernardoni et International espoir français, sa progression est également remarquable dans les équipes de France jeune. En effet, Paul est international U17, U18, U19 et U20. Cette évolution dans les catégories supérieures montre une vraie progression régulière. Dans ces trois catégories, il comptabilise déjà 17 sélections. Paul a aussi participé au tournoi élite avec l’Equipe de France U20 et il a été élu meilleur gardien de la compétition. Une vraie récompense pour le joueur des Girondins qui s’est durement entraîné tout au long de l’année. 
    Le gardien bordelais a été un joueur important de la réserve des Girondins en 2016/2017. il a fait également 7 apparition en L 1 avec les Girondins, ce qui prote son total parmi l'élite du football français à 21 matches.
    En effet, il a réalisé une grande partie de sa saison avec la CFA2 et a pu, par conséquent, acquérir de l’expérience. De l'expérience, Paul Bernardoni a pu en acquérir en Domino's Ligue 2 avec Clermont, jouant les 38 matches (sur 38) de la saison avec 14 clean-sheet et surtout un titre de meilleur gardien en ligue 2 aux trophées de l'UNFP (en terminant aussi meilleur gardien au classement des étoiles de France Football). La cinquième recrue des Crocos (prêt d'1 an, sans option d'achat)  va donc retrouver les pelouses de Ligue 1 Conforama, lui qui n’en a plus foulées depuis mars 2016 et un derby de la Garonne perdu face au TFC (4-0).

               

    Pour l'anecdote, Paul Bernardoni attend tout particulièrement la première à domicile : « L'ambiance aux Costières est extraordinaire, je sais qu'il y a un engouement ici. Des supporters n'ont jamais connu la Ligue 1 Conforama à Nîmes, on va tout faire pour leur faire honneur. J’ai envie de découvrir ce stade et ce public. » D’autant plus que cela se fera face à l’OM , et ce dès la 2e journée.     
                                                                                              
    La déclaration de Paul Bernardoni : « Je suis venu pour le côté familial de ce club, mais surtout pour jouer. Je veux progresser. Le coach, l'entraineur des gardiens, le directeur sportif... Tout le monde est sur la même longueur d'onde et a envie de m'apprendre des choses. J'ai envie de passer plein d'échelons ici ». Interrogé  sur ce qui lui manque pour franchir un palier, Bernardoni a répondu : « beaucoup de choses. Par habitude, je suis dur avec moi. Le foot moderne demande beaucoup d'exigence par rapport au jeu au pied. Même si je pense avoir passé un gros cap la saison passée avec Clermont, je cherche toujours à progresser à ce niveau-là. J'aimerais être encore plus décisif et devenir un vrai leader ».  

      
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Ven 27 Juil - 17:59

    Les crocos de la saison 2018-2019 / Ligue 1 Conforama

    Présentation de Denis Bouanga, attaquant international Gabonais

      Denis Bouanga 
                                       
    Le milieu offensif ou ailier du FC Lorient (L2) Denis Bouanga, 23 ans (1,80 m, 71 kg), a signé un contrat de trois ans avec Nîmes Le montant du transfert de l’international gabonais (9 sélections), qui était encore lié jusqu’en 2021 avec son club Bouanga a débuté au Mans, sa ville natale, avant de rejoindre en 2014 Lorient où il a découvert la L1 (5 apparitions). Prêté à Strasbourg en National (janvier-juin 2016, 18 matches, 5 buts) puis à Tours en Ligue 2 (2016/17, 36 matches, 16 buts), il a disputé la saison dernière avec les Merlus 34 matches, pour 4 passes et 9 buts. A Nîmes, Bouanga portera le n°10.

    Pour l'anecdote, le joueur est reconnaissant que son club lui donne la chance d'évoluer dans l'élite :  "Je remercie le FC Lorient, c'est eux qui m'ont donné la possibilité de connaitre le haut niveau. Je serai heureux pour eux s'ils retrouvent l'élite rapidement. Je suivrai leurs résultats la saison prochaine", a déclaré celui qui avait percé à Tours la saison précédente en inscrivant 16 buts en L2.

    La déclaration de Denis Bouanga

    « Je suis très heureux d’être là. On parlait avec le Club depuis plusieurs mois. J’avais l’intention de quitter Lorient pour jouer en Ligue 1. Le Nîmes Olympique me permet ça aujourd’hui. »
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Sam 28 Juil - 12:55

    NÎMES OLYMPIQUE Le club des sept Nîmois

    Le septuor Nîmois va découvrir la Ligue 1 avec gourmandise et la ferme intention de s'y maintenir.

    Norman Jardin - Objectif Gard


    Les vrais Nîmois, Alakouch, Depres, Valls, Arpinon, Hsissane, Ripart et Lombardo débarquent en Ligue 1 (Photo Norman Jardin / Objectif Gard)
    Cinq joueurs et deux membres du staff sont nés à Nîmes. À quelques jours du début de la saison, ils délivrent leurs sentiments sur la Ligue 1. Leur rêve devient enfin une réalité.

    Ce sont les Nîmois. Les vrais. Ceux qui sont nés à Nîmes. Pour eux cette saison en Ligue 1 sera particulière. Elle aura un coté émotionnel peut-être plus fort que pour les autres. Ils sont cinq joueurs dans ce cas, dont trois qui n’étaient pas nés quand le club a quitté, en 1993, ce qui s’appelait à l’époque la D1.

    Sofiane Alakouch fêtera ses 20 ans, ce dimanche. Il est au club depuis 12 ans, soit plus de la moitié de sa vie. Alors forcément, il a hâte que la ligue 1 débute. « Depuis tout petit, je rêve de jouer avec cette équipe en Ligue 1 ».


    Clément Depres rêve de marquer un but contre Paris SG au stade des Costières (Photo Norman Jardin / Objectif Gard)
    Renaud Ripart est né deux mois avant la chute des Crocos en D2. Avant d’être joueur, il était déjà supporter et il connait bien l’histoire du club. Le chouchou des Costières attend la Ligue 1 de pied ferme. « Pour l’instant, à part la couleur des ballons, rien n’a changé. » Il a encore en tête, les émotions de la montée décrochée le 4 mai dernier contre le Gazelec d'Ajaccio.

    Depres : « Thiago Silva sera au premier poteau et je sauterai plus haut que lui »

    L’attaquant Clément Dépres a en revanche une idée très précise de ce qu’il attend : « on va passer au Canal football club et à la télé partout ! ». Puis il imagine déjà le but qu’il marquera à Gianluigi Buffon, le gardien du PSG : « ce sera de la tête, sur un corner de Teji (Savanier) ou Bobich (Bobichon). Thiago Silva sera au premier poteau et je sauterai plus haut que lui. Ça sera beau. »

    Jérome Arpinon, l’entraîneur-adjoint est le seul à avoir des souvenirs de la D1. « Je me souviens des Cuciuffo, Vercruysse et Cantona. Nous les Nîmois, on a un peu plus de pression que les autres, car on connaît tout le monde, tous les supporters. On a plus de demandes aussi. »

    Lombardo : « On n'y va pas pour prendre des photos »

    Voir ou revoir le Nîmes Olympique en Ligue 1, c’est aussi un soulagement pour Malik Hsissane. « J’en avais marre de voir Montpellier et Toulouse en L1 et pas nous. On n’a rien à leur envier. »

    Dans le staff depuis neuf ans, le kiné Anthony Lombardo est ravi que le club change de statut. « Ça fait bizarre de se dire qu’on va jouer dans ces stades. Depuis que je suis à Nîmes, j’avais un peu l’impression d’avoir fait le tour au niveau des adversaires. » Pour autant, il prévient tout le monde : « on ne sera pas là pour prendre des photos. »


    Jérôme Arpinon est le seul Nîmois à conserver des souvenirs de des Crocos en D1 (Photo Norman Jardin / Objectif Gard)
    Théo Valls, qui a débuté à Redessan, est conscient du défi qui se présente à lui. Neymar, Cavani, Falcao, ça lui fait-il peur ? « Non ! Ils ont deux bras et deux jambes comme nous. Même si ça sera très difficile de les affronter, il va falloir s’accrocher ». Le milieu de terrain a vite envie d’en découdre. « Je compte les jours », avoue-t-il. Tous les Nîmois aussi.

    De Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire), Norman Jardin
    avatar
    Daniel-Elie

    Messages : 31
    Date d'inscription : 29/05/2018
    Age : 71
    Localisation : Villelaure (84) mais né à Nîmes et toujours croco

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Daniel-Elie le Sam 28 Juil - 15:39

    Je suis très fier de la réaction de nos Nîmois un grand BRAVO à eux
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Mar 31 Juil - 6:13

    BLAQUART LE CROCODILE MAGICIEN

    L'entraîneur de Nîmes Bernard Blaquart lors d'une séance d'entraînement le 27 juin 2018©️ AFP/Archives SYLVAIN THOMAS

    Formateur dans l’âme, entraîneur de l’équipe première sans l’avoir voulu, Bernard Blaquart a ramené Nîmes en Ligue 1 après 25 ans d’absence; il va continuer sa mission en promettant de jouer toujours l’attaque, comme il sied à des Crocodiles.


    En moins de trois saisons, Blaquart est devenu le “magicien nîmois”, comme on dit du côté des Costières. Plus discret que volubile, avec un petit côté pince-sans-rire, il est l’un des hommes du renouveau du club gardois, passé tout près du National en 2016, et sauvé malgré 8 points de pénalité dans la crise des soupçons de matches achetés!

    Directeur de son centre de formation (2013-nov. 2015), Blaquart a pris un peu à contre-cœur l’équipe première, alors en pleine crise, tout en gardant sa ligne d’éducateur: sens du collectif, valeurs humaines et football d’attaque.

    “Par son discours simple et efficace, il a apporte de la sérénité”, confie à l’AFP son capitaine, le défenseur Anthony Briançon. Voilà trois ans, il a amené un nouveau souffle et nous a redonné de la confiance“.

    Pour Blaquart lui-même, “c’est aussi beau d’avoir sauvé le club, il y a deux saisons, d’une relégation, après l’avoir vu moribond et véhiculer une image catastrophique, que cette accession au mois de mai en Ligue 1“.

    Celle-ci en poche, le boss du club, le Franco-Libanais Rani Assaf, n’a pas hésité à prolonger le contrat du Charentais (natif de Roumazières) jusqu’en 2023.

    Blaquart trouve même ce bail longue durée “incompréhensible, c’est une marque de confiance“, apprécie-t-il, les mains complètement libres pour relever le challenge du maintien.

    Football offensif

    Sa réussite à la tête de ses Crocodiles ne l’a pas départi de son humilité, ni de sa lucidité. A bientôt 61 ans, il va redécouvrir une Ligue 1 entraperçue pendant deux saisons à Bordeaux, il y a maintenant 40 ans, comme attaquant.

    Blaquart s’interroge sans langue de bois: “Quel est le plus compliqué, accéder à ce championnat ou s’y maintenir? Je ne sais pas. Sera-t-on capable de s’inscrire sur la durée en Ligue 1? Nous ne serons pas favoris dans ce championnat, mais cela tout le monde le sait. Aujourd’hui, notre objectif est de montrer que le club y a sa place“.

    “Nîmes Olympique n’a plus le lustre d’il y a 40 ans (vice-champion de France 1958, 1959, 1960, 1972, ndlr). Aujourd’hui, on est le Petit Poucet, avec le plus petit budget“, rappelle Blaquart.

    Il aurait “bien aimé recruter des joueurs avec une expérience de 150 matchs de L1, mais le club n’en avait pas les moyens“.

    Peu importe. Nîmes fera sans. Pour réussir le challenge du maintien, l’homme élu il y a deux saisons par l’UNFP meilleur entraîneur de Ligue 2 n’a pas prévu de rogner ses convictions ou de tout révolutionner.

    Fervent partisan d’un football offensif en 4-2-4, il assure de ne pas vouloir “renier son système de jeu“, même si la L1 est “un autre monde que celui de la L2“, et entend s’appuyer comme la saison dernière sur un groupe restreint.

    “Ce jeu tourné vers l’avant, très attractif, est depuis sa venue comme entraîneur, sa griffe, l’ADN du club, appuie Anthony Briançon. “C’est un football qui nécessite de ne pas calculer ses efforts, mais nous sommes prêts à souffrir avec, cette année encore, le plus petit effectif de joueurs professionnels”. Le plus petit, mais pas le moins mordant.
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3219
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Admin le Mar 31 Juil - 19:28

    Nîmes - Bernard Blaquart : "Un grand saut vers l'inconnu"

    31/07/2018

    Le technicien gardois a montré qu’il n’avait pas peur du vide en stage au Chambon. - PHOTO T. A.
    Prolongé jusqu’en 2023, l’entraîneur Nîmois Bernard Blaquart va découvrir la Ligue 1, tout comme son jeune groupe. Premier match le 11 août prochain à Angers pour "un grand saut dans l'inconnu".
    Deux mois après son accession à l’élite, Nîmes Olympique est sur le point de changer de dimension. Les exigences économiques, administratives, sportives et médiatiques sont décuplées et le club nîmois doit rapidement s’adapter.
    À dix jours de la reprise, Bernard Blaquart fait le point sur ce « grand saut vers l’inconnu ».


    Source : Midi Libre

    Contenu sponsorisé

    Re: LES CROCOS DE LA SAISON 2018-2019 / LIGUE 1 CONFORAMA

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 14 Nov - 22:24