NO-crocos sans frontières

Forum d'information et d'échanges entre les supporters du Nîmes Olympique, quelque soit son lieu de résidence, afin de partager la passion pour ce club de football.


    MERCATO CROCO 2017-2018

    Partagez

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Mar 6 Juin - 13:00

    MERCATO
    Le meilleur buteur de National, Umut Bozok, première recrue du Nîmes Olympique ?



    C'est une information qui n'est pas encore confirmée officiellement par le Nîmes Olympique mais selon nos confrères de La Provence, Umut Bozok sera l'une des premières recrues du club nîmois pour la saison 2017-2018.
    L'attaquant marseillais 20 ans le 19 septembre 1996, qui a terminé meilleur buteur de National avec 17 buts, évoluera sous les couleurs de Nîmes la saison prochaine.
    Selon les informations du quotidien de Marseille, le montant du transfert s'élèverait à 130 000€.
    La signature devrait intervenir le 9 juin prochain à l'ouverture du mercato d'été.
    Contacté par Objectif Gard, la direction du Nîmes Olympique ne confirme pas mais nous précise toutefois : "Ce joueur nous intéresse."

    Umut Bozok : « Je suis un attaquant moderne »
    Arrivé du FC Metz (13 buts avec la CFA 2 du FC Metz) la saison dernière à Marseille Consolat , le joueur d’origine turque  se décrit ainsi :
    "Je me définis comme un attaquant moderne. J’aime bien être lancé en profondeur mais je prends aussi le ballon dans les pieds des défenseurs adverses. Je suis adroit, balle au pied et aussi buteur. La saison précédente (avant sa brillante saison à Marseille Consolat où il finit meilleur buteur de National avec 17 buts), j’ai inscrit treize buts sous les couleurs du FC Metz, en CFA 2. J’ai porté le maillot de la Turquie en U 17, en U 18 et en U 21. Je suis toujours suivi par la Fédération Turque. Tant que je ne joue pas avec les A, je peux choisir de jouer avec les sélections françaises ou les sélections turques."

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Mar 6 Juin - 13:15

    Interview de Umut Bozok (réalisé le 6 mai 2017)

    • Umut Bozok, vous faites partie des trois nommés pour le titre de meilleur joueur de National. Est-ce un objectif pour vous ? « Pourquoi pas, puisque je suis dans la liste. C’est sûr, c’est flatteur et ça fait plaisir, mais ce n’est pas forcément l’objectif principal. »

    • La montée occupe sans doute davantage vos pensées… « C’est ça l’objectif numéro 1. On n’est pas loin ! L’idée, maintenant, c’est de gagner le plus de matches possible. Il y a du monde pour prétendre à la Ligue 2, mais on a l’avantage de jouer des concurrents directs et les équipes qui nous devancent s’affrontent entre elles. C’est faisable. »(Marseille Consolat finira 4e de National)

    • Quid du trophée de meilleur buteur du championnat ? « J’y pense aussi, mais il faudrait que je marque quelques buts de plus ( il en a inscrit 18 ). Il ne faudrait pas que le deuxième du classement commence à en claquer beaucoup… »
    « Je me déciderai pendant les vacances »

    • Vous semblez justement plafonner aujourd’hui avec deux buts inscrits en deux mois. Comment l’expliquez-vous ? « Il y a plusieurs raisons. D’abord, ce n’est pas facile de marquer. Ensuite, les défenseurs commencent à me connaître et ils essaient de faire plus de prises à deux. Et puis, je joue un petit peu moins aussi… »

    • Savez-vous pourquoi ? « Non. Ce sont des choix. Je dois les respecter et travailler. »

    • Votre saison vous a, en tout cas, permis de renouer avec la sélection turque, du côté des U 21. « Oui et c’était mortel ( sourire ) ! J’ai été convoqué pour deux matches. Je n’ai pas disputé le premier et j’ai joué l’intégralité du second. Et j’ai marqué un doublé. Du coup, il est possible que je sois rappelé. »

    • La vie est belle, finalement, du côté d’Umut Bozok, non ? « Oui, mais elle sera encore plus belle si j’ai un contrat professionnel cet été. » (à Nîmes ?)

    • Votre nom circule dans la gazette des transferts. Savez-vous de quoi votre avenir sera fait ? « Non, pas du tout. Ça commence à s’agiter mais il n’y a rien d’officiel. »

    • Quel serait le profil de club idéal à vos yeux ? « Un club qui a la possession du ballon. Parce que je ne suis pas grand, je n’ai pas le style d’un joueur qui va sauter pour garder le ballon de la tête et pour soulager une défense qui souffre. »

    • Ambitionnez-vous d’aller directement en Ligue 1 ? « Pourquoi pas ! On ne sait jamais… Je prendrai ma décision pendant les vacances, quand la saison sera terminée. »

    • Pour finir, avez-vous suivi le derby lorrain ? « Bien sûr. J’étais devant ma télé. C’était un beau match, un des plus importants de la saison. Metz a pris une belle avance pour le maintien. »

    • Vous gardez donc un œil sur le club qui ne vous a pas conservé (le FC Metz)… « Bah oui. Je ne suis pas méchant. »


    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Mar 6 Juin - 13:29

    Pianiste, karatéka, spécialiste des penalties, qui est Umut Bozok (Marseille Consolat), le meilleur buteur du National ? (France Football 24/02/2017)

    Joueur de piano, ceinture noire de karaté, mais aussi et surtout footballeur. FF est allé à la rencontre d'Umut Bozok, le meilleur buteur du National, qui fait les beaux jours de Marseille Consolat. Avant, pourquoi pas, de viser plus haut.

    Il est le Alexandre Lacazette du National. Nom : Bozok. Prénom : Umut. Club : Marseille Consolat. Particularité : il a inscrit quatorze buts en Championnat cette saison (au 24 février), dont neuf penalties. Le voilà en tête du classement des buteurs de National. «René Malleville m'appelle le Lacazette du National, sourit Bozok. Mais je tire mon chapeau à Lacazette, c'est difficile de marquer tous ces penalties. Cette saison, on en a provoqué onze, j'en ai tiré neuf.»
    Le karaté et le piano dès l'enfance
    Mais n'allez pas croire que l'histoire s'arrête là. Umut Bozok, 20 ans, c'est l'itinéraire d'un gamin de Saint-Avold (Moselle, 57) qui n'a jamais vraiment pris le foot au sérieux. Du moins au début. «Le premier ballon qu'on m'acheté, c'était pour jouer au basket. Mais comme je ne faisais que de taper dedans avec mes pieds, on a fini par m'inscrire au foot, raconte l'attaquant aux origines turques. Mon grand-père suivait de très près le foot, il était un fan de Galatasaray. Le ballon, au départ, c'était un loisir pour m'amuser. Ça ne prenait pas vraiment beaucoup de place dans ma vie.» Surtout, pendant qu'il joue au foot, ses parents le poussent plutôt vers la musique. Notamment son père, musicien. Umut démarre le piano à sept ans. «Au début, il a commencé par la solfège, comme tout le monde, se rappelle Sati, la maman. Il se demandait ce qu'il faisait là, il n'était pas tellement motivé. Ensuite, il a fait la connaissance de sa prof de piano, avec qui ç'a été l'amour fou. Au fur et à mesure, il s'est mis à vraiment aimer ça.»
    Surpoids, PlayStation et coïncidence
    Au cœur d'une enfance décidément bien chargée, il se met également au karaté pendant près de neuf ans. Il décroche sa ceinture noire à seize piges. Mais c'est bien le foot qui devient de plus en plus important à ses yeux. «Je n'étais pas le plus doué, il faut dire que j'étais un peu gros. À treize ou quatorze ans, petit à petit, je me suis affiné, j'ai pris plus de plaisir, je me suis davantage investi en voyant que j'avais quelques qualités.»
    À Saint-Avold, il évolue en défense centrale jusqu'à ses treize ans. Avant de devenir attaquant pour une occasion particulière. «On disputait un match pour la montée face à Amnéville. Le coach m'a alors demandé d'aller devant. J'ai marqué un but et délivré deux passes décisives, on a gagné.» Le FC Metz, toujours intéressé par des jeunes talents issus de la région, le repère et vient à sa rencontre. «Un jour, je n'ai pas pu aller à l'école car il y avait trop de neige. Je jouais à la PlayStation. J'avais créé mon propre personnage et j'évoluais sous les couleurs du FC Metz. Le même matin, le club appelle ma mère pour leur dire qu'on pouvait les rencontrer l'après-midi même.»
    «Au bout d'un moment, je me suis dit que je pouvais dire adieu au foot»
    Quelques mois plus tard, il part pour l'internat du centre de formation des Grenats. «Là-bas, j'y ai passé mes meilleures années. Sur le terrain, je comprends vraiment que j'ai de bonnes qualités et qu'avec du boulot, je peux rêver d'un contrat pro.» À Metz, il côtoie Maxwel Cornet, aujourd'hui à l'OL, qui redescend parfois pour donner des coups de main («Il était au-dessus du lot, il a été un exemple pour moi»). Au bout de trois ans, son contrat apprenti se transforme en contrat stagiaire. Ses statistiques commencent à flamber. Trente buts la première année, vingt ensuite avec la CFA. Mais le début d'année 2016 ne va pas tellement lui sourire. Entre un accident de voiture qui l'a marqué, mais aussi ce que tout jeune footballeur redoute : l'échec. Metz refuse de lui accorder son premier contrat chez les pros. «Ç'a été le premier coup dur de ma carrière, explique-t-il, amer. Pourtant, j'avais l'impression que le club croyait en moi. Je me suis entraîné avec les pros et on me faisait comprendre que je ne devais pas m'inquiéter pour la suite à Metz. Ça m'a un peu dérangé. Mais ce sont les aléas du foot.»
    «Consolat, l'humilité, la solidarité»
    Puis vient la remise en question. Continuer à se battre ou se réorienter vers un autre métier. Muni d'un bac S, Umut Bozok n'est pas inquiet même s'il confesse : «Au bout d'un moment, je me suis dit que je pouvais dire adieu au foot.» Il ne baisse pourtant pas les bras. Olivier Davo, son agent, lui dégote des essais à Boulogne-sur-Mer et à Sedan. Ces deux clubs tardent à lui faire une proposition. En contacts réguliers avec Marseille Consolat, Davo pousse les dirigeants à tester son poulain. Un jour, un attaquant de CFA ne se présente pas pour un test avec le club marseillais, Bozok est (enfin) convié. En à peine trois jours, il convainc son nouveau club. «Nicolas Usai, le coach qui était là à mon arrivée, m'a dit que j'allais m'intégrer très facilement. Il n'a pas eu tort. Je ne pensais pas que ça allait si bien se passer. On n'a pas les infrastructures d'un club comme Boulogne, mais c'est du haut niveau. Il y a les valeurs d'un quartier, d'une ville. L'humilité, la solidarité. Et puis c'est un bon tremplin pour les jeunes.»
    «Avant les matches, j'écoute souvent de la musique classique»
    Déterminé, Bozok n'hésite pas à s'infliger plusieurs heures de travail personnel avec une structure mise à disposition par son entourage. Physique, mental, rien n'est négligé. Dans son quotidien et sur la route du professionnalisme, le piano et le karaté, ses passions d'enfance, lui servent encore aujourd'hui. «Le piano m'aide dans la relaxation avant les matches. C'est un instrument très utile pour le mental. Bon, ça ne remplace pas les siestes non plus, sourit-il. D'ailleurs, avant les matches, j'écoute souvent de la musique classique. Quant au karaté, c'est bon pour le self-control, pour me recentrer sur ma performance, faire mon autocritique. Question souplesse, pour les volées, les frappes, les ciseaux, c'est également un plus.»
    Avec sa baraka, Bozok, en tête du classement des buteurs, veut bien viser le titre de «Pichichi» au terme de l'exercice. Avant d'aller voir plus loin ? «Pourquoi pas dépasser le total de Fortuné la saison dernière (17 buts) avant, ensuite, d'avoir des propositions en Ligue 2. Mon objectif était surtout de faire absolument une saison complète en National.» ((A l'issue de la 34e et dernière journée, Umut Bozok a terminé en tête du classement des buteurs avec dix-sept réalisations dont 9 sur pénalty en 31 matches soit une moyenne de 0,55)                                                        
    Et quand on sait que les dix derniers meilleurs buteurs de National ont tous connu la Ligue 2 voire la Ligue 1 la saison suivante, il peut rêver à toucher enfin le monde pro dans un futur proche (à Nîmes ?)...

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Mar 6 Juin - 13:55

    Valdivia quitte Saint-Trond pour Nîmes ?



    Et si Valdivia était le milieu "patron" recherché par Nîmes ? Son agent ne dément pas...

    Pierrick Valdivia était arrivé l'été dernier à Sant-Trond (1ère division Belge) en provenance de Lens. Mais un an et 15 apparitions plus tard, le Français et le club trudonnaire ont décidé de mettre un terme à leur collaboration.
    Saint-Trond l'a annoncé sur son site officiel ce mardi, Pierrick Valdivia va quitter le club. Il faut dire que le Français de 29 ans n'a pas vraiment fait une grosse impression au Stayen.
    Le médian a disputé 15 apparitions pour 1.074 minutes de jeu. Le club trudonnaire indique que le joueur va retourner en Ligue 2 française sans préciser de club.
    Le NO ?

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Mer 7 Juin - 7:29

    Pierrick Valdivia discute avec plusieurs clubs de Ligue 2

    MERCATO : PIERRICK VALDIVIA POURRAIT REJOINDRE LES CROCOS ! A SUIVRE...  
    Pierrick Valdivia  joueur de St Trond en Jupiler League en Belgique, pourrait revenir en Ligue 2. L'ancien milieu Lensois serait en discussions avec Nîmes, Reims, Sochaux et Auxerre


    A l’issue de la saison 2015-2016, Pierrick Valdivia avait quitté le RC Lens pour le championnat belge (Jupiter league) , et Saint-Trond. Malheureusement, le milieu de terrain de 28 ans n’a pas connu l’exercice faste espéré. Ecarté du groupe par son entraîneur depuis cet hiver, il ne cache pas ses envies changer d’air cet été. Il semblerait que cela soit en passe de se faire, et en France.
    En effet, selon nos informations, l’ancien milieu de Sedan pourrait revenir en Ligue 2 cet été. Parmi les postulants, des formations qui joueront sans aucun doute le podium la saison prochaine. Nîmes, Reims, Sochaux et Auxerre seraient ainsi entrés en discussions avec l’ex-Sang et Or, qui compte 170 matchs de L2 au compteur (20 buts).


    Ma Ligue 2

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Mer 7 Juin - 14:15

    Mercato - Alioui, et les 10 bonnes pioches en Domino's Ligue 2

    Plusieurs clubs de Ligue 1 pourraient aller piocher en deuxième division pour se renforcer cet été. Goal vous propose 10 bonnes pioches en Ligue 2. Le mercato estival ouvre ses portes vendredi. À cette occasion, la rédaction de Goal a retenu 10 joueurs de Domino's Ligue 2 susceptibles d'intéresser les clubs de Ligue 1.  

    RACHID ALIOUI (Nîmes)
    Rachid Alioui n'est pas un inconnu à ce niveau. Passé par Guingamp, où il n'a pas réussi à se faire sa place, l'international marocain vient de marquer des points malgré une saison écourtée au début du mois de mars par une fracture de la cheville. Auteur de 13 buts en Ligue 2, un à la CAN, le joueur de 24 ans n'est pas passé loin de la montée en Ligue 1. Il devra emprunter un autre chemin.                                                                                                                                      

    Les autres bonnes  pioches de la Domino's Ligue 2 :  
    FERLAND MENDY (LE HAVRE) - ABDELLAH ZOUBIR (LENS)- DENIS BOUANGA (LORIENT)- YOANN COURT (GAZÉLEC AJACCIO)- JOHN BOSTOCK (LENS) - HAMARI TRAORÉ (REIMS)- MICKAËL ALPHONSE (SOCHAUX)- ZACHARIE BOUCHER (AUXERRE)- ZAKARIA DIALLO (BREST)

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Jeu 8 Juin - 8:39

    Mercato croco.

    Une conférence de presse est organisée ce vendredi à 14h30. Le NO présentera sa première recrue .
    Sans doute la signature officielle comme annoncée par le journal la Provence d'Umut Bozok (Marseille Consolat, meilleur buteur du national, la saison dernière)

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Jeu 8 Juin - 8:43

    Bozok présenté vendredi à Nîmes, Valdivia « attiré » ?

    Le Nîmes Olympique annoncera ce vendredi, à 14h30, le nom de sa première recrue. Umut Bozok et Pierrick Valdivia tiennent la corde. Même si le premier devrait être l’heureux élu, après le passage de la traditionnelle visite médicale dans la matinée. Selon nos confrères du Midi Libre, l’indemnité perçue par Marseille-Consolat sera supérieure à 100 000 €.
    Ce mardi, nous évoquions l’intérêt des Nîmois pour l’ancien milieu du RC Lens Pierrick Valdivia, qui a rompu son contrat à Saint-Trond (Belgique). « Nîmes est un club qui l’attire. On va peut-être finir par conclure. Mais d’autres clubs sont intéressés… » a avoué Gad Cohen, l’agent du joueur de 29 ans.
    Les autres ? Reims, Sochaux mais aussi Brest. Reste que selon le quotidien sudiste, le NO aurait la préférence de l’ex-Sedanais.


    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Jeu 8 Juin - 8:44

    Nîmes : Valdivia et Bozok en approche

    L'attaquant international espoir turc Umut Bozok, meilleur joueur de National cette saison et l'ancien milieu de terrain et capitaine de Lens pourraient très vite venir renforcer l'effectif croco.
    Après sa sixième place finale cette année (à 3 points seulement du champion Strasbourg), Nîmes Olympique veut construire une équipe capable de jouer à nouveau les premiers rôles la saison prochaine. Et cible des joueurs à fort potentiel et des éléments aguerris aux joutes de haut de tableau.
    Umut Bozok (attaquant, 20 ans, meilleur buteur et élu meilleur joueur de National avec Marseille Consolat) appartient à la première catégorie. Le Franco-Turc, international espoirs avec la Turquie, a choisi Nîmes alors qu'il était très sollicité. Il devrait être dans le Gard vendredi matin pour passer sa visite médicale, avant l'officialisation de son arrivée dans l'après-midi, le jour de l'ouverture du mercato (le 9 juin). Contre une indemnité qui, selon nos informations, sera supérieure à 100 000 €.
    Valdivia suivi depuis longtemps
    Pierrick Valdivia (milieu, 29 ans) fait partie de la seconde catégorie. Ce lundi, après la résiliation de son contrat rendue publique par son club, Saint-Trond (Belgique), son agent a confirmé à Midi Libre l'intérêt réciproque entre son joueur et NO : "Nîmes est un club qui l'attire, oui, confirme Gad Cohen. Depuis le temps que l'on se court après (José Pasqualetti nous avait confié en 2015 qu'il voulait Valdivia, mais que son salaire était inabordable, NDLR), on va peut-être finir par conclure. Mais d'autres clubs sont intéressés..." Selon nos sources, il s'agirait de Reims, Brest et Sochaux. Mais toujours selon nos informations, Nîmes aurait la préférence de l'ancien lensois (2012-2016), qui fut capitaine des Sang et Or.

    Midi Libre

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Ven 9 Juin - 9:56

    9 juin 2017 : Le Mercato est officiellement ouvert !


    Le mercato d’été 2017, c’est parti pour la Ligue 2 !

    C’est le jour-J pour le mercato estival. Ce vendredi 9 juin donne le coup d’envoi du marché des transferts 2017. Un mercato où les mouvements sont attendus dans tous les clubs de Ligue 2. Les signatures n’ont pas attendu ce top départ. Des joueurs libres se sont déjà engagés et d’autres sont en passe de le faire. A ce jour, le NO compte 8 départs (fins de contrats ci dessous) et aucune arrivée, la 1ère devant être officialisée ce vendredi après-midi.

    Nîmes Olympique
    Départs

    Anthony Marin (f.c, AC Ajaccio)
    Gaël Angoula (f.c)
    Karim Aït-Fana (f.c)
    Florian Fabre (f.c)
    Martin Sourzac (f.c)
    Ousmane Cissokho (f.c)
    Christian Kouakou (r.p, Caen)
    Nasser Chamed (f.c.)

    Mercato NO.
    Rendez-vous ce vendredi à partir de 14h30 sur le compte Twitter du club pour la présentation de la 1ère recrue croco.
    Ouverture officielle de la période de mutations : la première recrue nîmoise sera annoncée et présentée EN CONFÉRENCE DE PRESSE à 14h30. S'agira-il d'Umut Bozok ?


    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Ven 9 Juin - 10:08

    Encore un article sympa sur le futur croco !

    Du piano en passant par la ceinture noire de karaté au titre de meilleur buteur de National : la folle histoire d’Umut Bozok

    Paru le  10/03/2017- Il est un homme qui s'éclate en National cette saison. Ce joueur, c'est l'attaquant de Marseille Consolat, Umut Bozok. Pour Foot Mercato, il est revenu sur son parcours et ses ambitions.  

    Son histoire n’a rien de naturel. De la musique, à Consolat, en passant par le Karaté ou au FC Metz, c’est un jeune joueur plein d’ambitions, de talent, et de modestie qui s’est confié à Foot Mercato. « Pour ce qui est de la musique et du karaté, au départ c’est mon père qui aimait ça. Les arts martiaux, il faisait quelques exercices dans le salon et il nous a inscrit mes petits frères et moi au karaté. Petit à petit, j’ai fait des compétitions en Moselle, en Lorraine et en France et aujourd’hui, ça me sert beaucoup. Les gens rigolent quand je dis ça, mais ça m’aide pour les volées, les contrôles, c’est important pour la souplesse. Quand je vois ce que dit Zlatan a ce sujet, je ne peux que le confirmer, c’est une réalité. Pour la musique, mon père faisait de la guitare traditionnelle turque, il en jouait dans des festivals ou des mariages. À trois ans, il m’a mis devant un synthé, c’est médiocre (rires), puis j’ai fait le conservatoire et à 11 ans quelques mariages turcs avec mon père », explique-t-il.
    Puis le foot lui est venu. Même s’il jouait depuis tout petit, il ne s’est pas immédiatement mis à fond dans cet exercice : « à l’âge de 11-12 ans, j’étais petit, un peu gros, je jouais défenseur central dans l’équipe trois de mon club, on ne comptait pas vraiment sur moi (rires). Puis je me suis affiné, j’ai grandi et j’ai commencé à m’intéresser de plus près, c’était l’époque où Lyon raflait tout avec Juninho. Je m’investis plus, je commence à regarder sur le site de la Ligue les classements, les résultats de nos adversaires, je commence à jouer en DHR, en DH, puis j’ai un coup de fil de Metz », détaille-t-il avant de poursuivre.
    « Je m’en rappelle encore, je jouais à FIFA, le mode où l’on créer son joueur et je suis au FC Metz dans le jeu. À cause de la neige, il y a un arrêté préfectoral et je ne peux pas aller à l’école. Le même jour ma mère me dit que le FC Metz a appelé pour que l’on discute et qu’il faut aller au centre de formation dès que l’on peut, se rappelle-t-il. Je ne m’y attendais pas, c’était un rêve qui commençait à se dessiner. C’était en décembre trois options s’ouvraient à moi. Soit je signais tout de suite, soit je restais dans mon club et je m’entraînais une fois par semaine avec le FC Metz. J’ai choisi la troisième solution, celle qui faisait que je vivais à l’internat, que je m’entraînais avec Metz, mais que je jouais le week-end avec mon club amateur ».
    De FIFA au FC Metz en un jour
    C’est alors que le destin d’Umut Bozok était enfin lancé. Il signe alors en tant qu’apprenti trois années puis un contrat stagiaire de deux années avec les Grenats pourtant, il ne sera pas gardé au-delà et son agent, Olivier Davo avait déjà commencé à préparer la sortie. « qu’il faisait le forcing auprès de Marseille Consolat et du coach. J’avais fait des essais à Boulogne et à Sedan,qui se sont avérés concluants mais ça ne s’est pas finalisé. Ensuite, tout est allé très vite. Suite à la défection d’un joueur qui devait rejoindre en stage Consolat, je reçois un coup de fil de mon représentant : . J’apprends le lundi à 17h00 que je dois être en Lozère le mardi à 14h00. Donc je prends le train direction Paris, puis un autre direction Clermont et de là, un bus pour arriver au stage. Je suis mort quand j’arrive (rires). Je n’avais pas de club, je m’entraînais avec des ballons que m’avait donnés mon ancien club puis avec des potes qui me filaient un coup de main, mais je n’avais pas les mêmes sensations. À l’époque, l’entraîneur Nicolas Usaï m’avait dit que si je faisais un bon test de VMA (vitesse maximale aérobie, ndlr) j’allais être pris. J’ai fait le palier 19 et palier 20 sachant qu’un joueur pro doit être à 18 et me voilà à Consolat », se remémore-t-il.
    Mais avec la saison qu’il réalise, bien évidemment, plusieurs clubs sont déjà à l’affût pour récupérer cet attaquant qui se qualifie lui-même, tout en précisant avec la plus grande modestie qu’il n’aime pas trop parler de ses qualités, de « complet, avec un bon jeu dos au but, je peux aussi prendre la profondeur. On m’appelle le caleur au club, car je cale bien les ballons dos au but, je pense être assez fin techniquement ». Pour lui, grand fan de Galatasaray comme son grand-père et globalement toute sa famille, le but est de rejoindre rejoindre l’élite professionnelle même s’il a d’autres rêves : « le premier c’est d’aller voir au stade le match entre Galatasaray et Fenerbahçe. Le second, c’est de jouer ce match sous les couleurs du Galatasaray ». Tout cela avant de réfléchir éventuellement aux sélections nationales. Il a joué avec les moins de 17 ans et les moins de 18 turcs mais il ne se ferme aucune porte. « Ce n’est pas du tout une réflexion à court terme. Ce n’est pas facile, je suis loin de ça. Ça amène à la réflexion, c’est personnel, mais mon entourage peut m’aider. En France il y a peut-être plus de concurrence, mais c’est mon pays. La Turquie, représente mes origines et j’en suis fier », confie-t-il.
    À 20 ans, l’avenir est devant lui. Cet avenir devrait s’écrire loin de Consolat puisqu’ Umut suscite des intérêts concrets. En effet, comme nous l’a confié son agent Olivier Davo : « il y a eu plusieurs sollicitations cet hiver, mais nous avons décidé avec le joueur, et en accord avec les dirigeants de Consolat, qu’il était préférable de faire un exercice plein en National avant de penser à un départ. Les statistiques d’Umut témoignent de son abnégation et de son investissement au quotidien, et c’est une juste récompense que des clubs de L1, L2 et étrangers s’intéressent de près à lui. Il reste un an de contrat à Umut, alors pour l’identité de sa future destination, il faudra encore attendre quelques semaines. Chaque chose en son temps ».

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Ven 9 Juin - 10:10

    Et un résumé sur So Foot

    Umut Bozok, du piano au National

    Article paru sur So foot le samedi 11 mars 2017

    Un jeune Français fait les beaux jours de la Canebière : il s’agit d’Umut Bozok, l’artilleur en chef de Marseille Consolat,. Le goleador de vingt ans est le meilleur buteur de National avec 17 réalisations.

    Arrivé l'été dernier en provenance du FC Metz, qui ne lui a jamais donné sa chance ailleurs que dans son équipe réserve, le joueur d'origine turque a confié à footmercato qu'il avait failli ne jamais jouer au foot : « À l’âge de 11-12 ans, j’étais petit, un peu gros, je jouais défenseur central dans l’équipe trois de mon club, on ne comptait pas vraiment sur moi. Puis je me suis affiné, j’ai grandi et j’ai commencé à m’intéresser de plus près. Je m’investis plus, je commence à regarder sur le site de la Ligue les classements, en DH, puis j’ai un coup de fil de Metz. »

    Umut Bozok est ce qu'on appelle un artiste polyvalent. Avant le foot, il y a eu le karaté et le piano. « Pour ce qui est des arts martiaux, mon père faisait quelques exercices dans le salon et il nous a inscrits, mes petits frères et moi, au karaté. Petit à petit, j’ai fait des compétitions en Moselle, en Lorraine et en France, et aujourd’hui, ça me sert beaucoup. (...) Pour la musique, mon père faisait de la guitare traditionnelle turque, il en jouait dans des festivals ou des mariages. À trois ans, il m’a mis devant un synthé, puis j’ai fait le conservatoire et à 11 ans quelques mariages turcs avec lui » , poursuit-il.

    On connaissait les qualités des « mains de pianiste » . Les pieds de ces gens-là n'ont pas l'air mal non plus.



    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Ven 9 Juin - 14:33

    Officiel : Umut Bozok signe pour 3 ans au NO

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Ven 9 Juin - 15:05

    A la rencontre d’Umut Bozok
    • 9 juin 2017  


    La première recrue du Nîmes Olympique revient sur son arrivée au Club et sur ses attentes.


    Bonjour Umut. Pour commencer, pourrais-tu te présenter à nos supporters ?                                                            
    Bonjour. Je m’appelle Umut Bozok, j’ai 20 ans et je suis français d’origine turque. À part le football, que j’ai commencé à l’âge de 5 ans, j’ai également fait du piano au conservatoire pendant une dizaine d’années, et je suis aussi ceinture noire de karaté ! J’ai un Bac S, et je vais valider mon Bac+2 Management d’une carrière d’un sportif professionnel avant la reprise.

    Peux-tu décrire ton style de jeu ?                      
    Je n’aime vraiment pas parler de mon style de jeu. Mais je vais quand même le faire. Je me considère comme un attaquant moderne, qui décroche beaucoup mais qui est aussi capable de prendre la profondeur. Je pense être plutôt adroit devant le but et intelligent dans mes déplacements.

    Que représente le Nîmes Olympique pour toi ?                                                                          
    Le Nîmes Olympique fait partie du patrimoine du football français et est un club historique ! C’est un honneur pour moi de rejoindre ce club, et j’ai hâte de découvrir le Stade des Costières et la ferveur des supporters nîmois. Il y a eu de nombreuses approches ces derniers mois, qu’il s’agisse de clubs français ou étrangers, mais lorsque la direction du club a pris contact avec moi pour évoquer la possibilité de rejoindre le N.O., la décision a été rapide à prendre !

    Quels sont tes objectifs cette saison ?                        
    En ce qui concerne mes objectifs personnels, ils seront avant tout concentrés dans la volonté commune et collective de porter haut les couleurs du club, de la ville et de ses supporters. D’un point de vue strictement personnel, je suis impatient de faire connaissance avec mes futurs coéquipiers, entraîneurs, staff et de me remettre au boulot. Pour le reste, je ne me fixe aucun objectif à part celui de continuer à travailler avec humilité, de progresser, d’apprendre, et de marquer un maximum de buts.

    Tu vas évoluer pour la première fois de ta carrière dans un Championnat pro. Quel est ton sentiment ?                                    
    Le Championnat de Domino’s Ligue 2 est effectivement une découverte pour moi, comme cela a pu l’être lorsque j’ai découvert le CFA2 au FC Metz, ou le National avec le GS-Consolat. Pouvoir évoluer à ce niveau est une belle récompense par rapport à la saison écoulée, mais c’est aussi un nouveau chapitre qui s’ouvre. Je suis là pour confirmer, et je vais mettre les ingrédients nécessaires pour me mettre au niveau de ce championnat. Pour le reste, ce n’est que du plaisir !

    Pour finir, as-tu un message pour nos supporters ?                                                                    
    C’est un honneur pour moi de faire partie d’un club avec des supporters comme vous. À moi de vous rendre fier et de vous faire vibrer ! En tout cas, vous pourrez compter sur moi ! À très vite aux Costières.

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Lun 12 Juin - 6:52

    Nîmes Olympique : les premiers mots de la recrue Umut Bozok

    La nouvelle recrue Umut Bozok avec le directeur sportif, Laurent Boissier.

    Le club croco a officialisé ce vendredi 9 juin, à 14 h 30, jour d'ouverture du mercato, le nom de sa première recrue : il s'agit bien d'Umut Bozok, attaquant de Marseille-Consolat (National).
    Il n'avait pas pu résister à déclarer sa flamme à Nîmes Olympique et à ses supporters, ces jours derniers sur les réseaux sociaux. Depuis ce vendredi 9 juin, jour de l'ouverture officielle du mercato, Umut Bozok est officiellement croco. Depuis juillet dernier, le joueur était convoité par le club nîmois.
    Un contrat de trois ans avec le club nîmois
    L'attaquant de Marseille Consolat, meilleur buteur du National lors de la saison écoulée (17 buts) et élu meilleur joueur de la division dont il fut la grande révélation, a signé un contrat de trois ans avec NO, contre une indemnité supérieure à 100 000 euros.
    Laurent Boissier, directeur sportif, a été séduit par ce joueur dont c'est le premier contrat pro "capable de remplir la surface et qui est un bon buteur. Je ne veux pas l'enfermer dans un créneau. C'est un profil que Bernard Blaquart aime beaucoup."
    "Nîmes a très vite été ma priorité", Umut Bozok
    Umut Bozok se définit plus comme un joueur qui aime varier son jeu pour perturber les défenses. Il s'est dit séduit par "le premier contact qui s'est bien passé. J'ai eu le feeling. Et puis j'aime la ferveur qu'il y a dans ce club. Nîmes a très vite été ma priorité".
    Ceinture noire de karaté et excellent pianiste
    Ce Franco-Turc né en Moselle aura 21 ans en septembre. Il est ceinture noire de karaté et joue du piano depuis l'âge de 7 ans. Consolat l'a récupéré au centre de formation de Metz. Bozok est international jeunes avec la Turquie. Il a inscrit un doublé pour sa première sélection en Espoirs.
    Avec ce joueur de 1,78 m, Nîmes récupère un autre buteur, qui pourrait faire la paire avec Rachid Alioui dans un 4-4-2 apprécié par Bernard Blaquart. Un vrai bon pari pour l'avenir.


    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Lun 12 Juin - 6:57

    Ligue 2 : pour commencer, un buteur pour Nîmes Olympique
    Umut Bozok s’est engagé trois ans avec Nîmes.

    Première recrue de Nîmes Olympique, Umut Bozok, un Franco-turc de 20 ans, marque, joue du piano et combat (karatéka). Découverte...

    On a rarement vu une recrue de Nîmes Olympique prendre la pose devant tant de photographes lors de sa présentation. Preuve de l'intérêt que suscite le club après une dernière saison et demie exceptionnelle. Et de l'attente que créent les nouveaux Crocos. A commencer, donc, par Bozok, attaquant de 20 ans aux multiples facettes qui a séduit, vendredi 9 juin aux Costières en conférence de presse.

    1. Parce qu'il (re)vient de loin
    Le petit Umut (prononcez “Oumout”) a grandi en Moselle, à Saint-Avold, commune de 15 000 habitants où il est né le 19 septembre 1996. Et où il a commencé le foot : "J'y ai joué dix ans, de 5 à 15 ans, avant d'être recruté par le FC Metz", précise-t-il. Son prénom et son nom sont d'origine turque, comme ses parents. Son père est arrivé en France à l'âge de 8 ans. Il s'y est installé. Le fiston parle la langue, mais ne retourne pas souvent voir sa grande famille, du côté d'Ankara, football oblige. "La dernière fois, c'était en 2010, regrette-t-il. Mais j'y vais pour la sélection."
    L'attaquant est international jeunes et espoir (1 cape, 2 buts). En septembre, il jouera les éliminatoires de l'Euro 2019 espoirs. Il vient de loin, de la Turquie et de la Moselle, et il revient de loin. Car le FC Metz, promu en L1, ne lui a pas proposé de contrat pro après ses années d'aspirant et de stagiaire. "Le club a fait ses choix. Il faut savoir les accepter et rebondir", assume le joueur. Son agent, vendredi à Nîmes, précisait : "Il venait pourtant de marquer une trentaine de buts en U19 puis une quinzaine en CFA2. Mais le club a jugé qu'il n'était pas suffisamment athlétique pour le monde professionnel."

    2. Parce qu'il vient du National
    Umut Bozok a donc signé, mais pas pro, à Marseille Consolat.Il est la grande révélation de la saison de National, meilleur buteur (17 réalisations) et élu meilleur joueur. "C'est le talent et l'avenir, résume Laurent Boissier, directeur sportif nîmois. Il s'inscrit pleinement dans le projet que le président Assaf souhaite mettre en place. Il peut évoluer sur les 4 postes de l'attaque.Il est jeune et maniable. C'est ce qu'on aime, nous !" Le buteur va découvrir la L2.Si l'on regarde l'histoire gardoise récente, le fossé n'est pas si énorme : Cissokho (venu de Rouen), Cordoval (Créteil), Benmeziane (Uzès-Pont) ou Thioub (CA Bastia) se sont mis au niveau.

    3. Parce que c'est un touche-à-tout
    Le Franco-Turc, qui a paraphé un premier contrat pro de 3 ans, sera une attraction.Sur le terrain, d'abord : "Je me définis comme un attaquant moderne, pas stéréotypé.J'aime décrocher, caler les ballons. Je suis là pour bien m'intégrer et marquer des buts. Avec Nîmes, j'ai eu tout de suite le feeling. J'ai senti quelque chose de vrai. Quand je suis venu visiter les installations avec mon père et mon représentant, après la fin du championnat, j'avais déjà l'impression d'être au club depuis cinq ans..." Et en dehors, aussi.Quand il ne tape pas dans un ballon, le garçon joue du piano et pratique le karaté : "J'ai débuté le conservatoire à l'âge de 7 ans, j'ai d'ailleurs eu mon diplôme.Et j'ai été ceinture noire de karaté à 16 ans. Mon père m'a initié à ses passions. Il était d'ailleurs musicien le week-end sur des mariages, etc." Bozok va bientôt déménager. Il n'oubliera pas "mon petit piano, qui me suit partout". Reste à découvrir ses partitions sur les pelouses de Ligue 2.


    Midi Libre

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Lun 12 Juin - 7:38

    Umut Bozok signe pour trois ans au Nîmes Olympique
                                                   
    Le jeune international espoir turc Umut Bozok s'est engagé ce vendredi pour trois ans avec le Nîmes Olympique. Cet attaquant fêtera ses 21 ans en septembre prochain. Il a terminé meilleur joueur et meilleur buteur du championnat national la saison dernière avec le club de Marseille Consolat
    C'est la première recrue des crocos. Le jeune international espoir turc, Umut Bozok, s'est engagé ce vendredi pour trois ans avec le Nîmes Olympique.

    Cet attaquant d'1m78 pour 75 kilos fêtera ses 21 ans en septembre prochain. Il a terminé meilleur joueur et meilleur buteur du championnat national la saison dernière avec le club de Marseille Consolat. Il a inscrit 17 buts, dont 8 sur penalty, en 31 matchs. Il portera le numéro 19 avec sa nouvelle équipe.
    Umut Bozok est né en France de parents turcs qui s'étaient installés en Moselle, à Saint-Avold. C'est là qu'il a effectué ses premiers pas de footballeur, à l'âge de 5 ans et jusqu'à 15 ans, avant de rejoindre le centre de formation du F.C. Metz, qui, finalement, ne l'a pas conservé.
    Pianiste et karatéka émérite
    Umut Bozok était convoité par "plusieurs autres clubs en France et à l'étranger", mais il a choisi le Nîmes Olympique car il a été séduit par le projet des crocos expliquent d'une même voix le joueur et le directeur sportif du Nîmes Olympique, Laurent Boissier, qui apprécie ses talents de buteur, mais aussi sa capacité à évoluer à tous les postes sur le front de l'attaque.
    Umut Bozok n'est pas qu'un footballeur. Il est également un karatéka et un pianiste émérite. Une passion transmise par son papa. Umut a fait le conservatoire ; il emmène son petit piano partout et s'est même déjà produit sur scène "avec un ami humoriste, pour lui donner un coup de main". Il est également ceinture noire de karaté, un sport qu'il a dû un peu mettre entre parenthèses, faute de temps.
    Une nouvelle recrue annoncée ce lundi
    Le Nîmes Olympique annoncera ce lundi la signature d'un nouveau joueur. Aucune information officielle, mais il pourrait s'agir de Pierrick Valdivia. Ce milieu de terrain de 29 ans évoluait la saison dernière à Saint-Trond en Belgique . Mais il connait très bien le championnat de France puisqu'il a également joué à Lens et Sedan.


    FBGL

    Qui est Umut Bozok, nouvel attaquant du Nîmes Olympique ?

    Umut Bozok surnommé le "Alexandre Lacazette du National" a  marqué neuf penaltys et 17buts au total en National l'an passé . Il vient de signer au Nîmes Olympique

    Au-delà des comparaisons qui ne sont pas toujours très faciles à soutenir, Bozok a une histoire qui ressemble à tant d’autres. Celle d’un jeune qui a raté le train du professionnalisme à cause d’une blessure et qui a dû cravacher par la suite. Pas forcément une évidence pour quelqu’un à qui tout a souri depuis l’enfance. Portrait d’un joueur qui pourrait sous peu affoler les aficionados de Bwin et autres opérateurs de paris sportifs.
                                                                                                   
    Jeunesse et formation culturelle à Saint-Avold                                                                        
    Curieusement, Umut Bozok n’était pas destiné au foot. Il est né à Saint-Avold, en Moselle, la terre du FC Metz. Ses parents, et notamment son père qui est musicien, le mettent au piano à l’âge de 7 ans. Le ballon, il y joue quand il a le temps avec ses amis. Le père est fan de Galatasaray et le fils commence à aimer le foot. À force de tanner ses parents pour en faire, ces derniers lui prennent une licence. Mais, à neuf ans, il se met aussi au karaté. Il poursuivra son apprentissage de la discipline martiale jusqu’à la ceinture noire, qu’il décrochera à l’âge de 16 ans.                                                                                                                                  
    Petit à petit, le foot prend de plus en plus de place. À l’adolescence, Bozok est petit et gros. On le met donc en défense centrale. C’est bien connu, chez les jeunes, quand on est enrobé, on va derrière. Mais, en fin d’année, le coach le met devant. Résultat : un but, deux passes décisives et la montée. Quelques jours après, le FC Metz l’appelle pour intégrer le centre de formation. Pourtant, le foot est juste un passe-temps pour cet enfant à qui tout semble sourire.

    Sous le maillot de la réserve du FC Metz

    Umut Bozok au centre de formation du FC Metz                                
    Le centre de formation est, d’après ses dires, la meilleure période de sa vie. Il y côtoie un certain Maxwell Cornet, qui est plus vieux. L’apprentissage se fait sans encombre. Il signe un contrat apprenti, puis stagiaire et son premier contrat pro se dessine. Il marque vingt buts avec la CFA. En 2016, il se blesse dans un accident de voiture et Metz lui refuse le précieux sésame. Bozok, qui vient de décrocher un bac S, est en échec.
    Pour autant, puisque le foot n’était pas sa priorité, il ne s’en fait pas. Son agent lui fait passer des tests à Sedan et à Boulogne, mais rien de concret ne se passe. De fil en aiguille, il se retrouve à Marseille Consolat et convainc de suite le coach Nicolas Usai. Il s’intègre très facilement. Conscient de la chance qu’il a, il se professionnalise très vite. Sa famille et ses proches font d’énormes concessions pour qu’il réussisse. Il travaille son physique, son mental et sa technique d’arrache-pied. Six mois plus tard, il devient le meilleur buteur de National.

    Après une saison complète et aboutie en National,  l’attaquant de Marseille-Consolat, s'engage au Nîmes Olympique en Domino's Ligue 2
    À la différence du prototype du footballeur qui ne vit que par le foot, Bozok a eu une formation complète. Le piano et le karaté lui ont appris à se discipliner ainsi qu’à savoir faire son autocritique. Ce n’est un secret pour personne : les joueurs qui ont plusieurs cordes à leur arc sont avantagés. Il a aussi une grosse qualité : il est humble. Là aussi, ce n’est pas compliqué de se rendre compte que lorsqu’on s’attaque au solfège à sept ans, on comprend ce que gravir une montagne veut dire.
    En général, les dix meilleurs buteurs du National montent un, voire deux, échelons en fin d’exercice. C'est donc tout logiquement qu'il vient de parapher un contrat de 3 ans  avec un club de Domino's Ligue 2,  le Nîmes Olympique. On  lui souhaite de réussir tout autant en Domino's Ligue 2 qu'en National la saison dernière, tant c’est un garçon à la tête bien faite, attachant et professionnel.


    Dernière édition par Admin le Mar 13 Juin - 10:33, édité 5 fois

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Lun 12 Juin - 7:39

    NÎMES OLYMPIQUE Umut Bozok, une première recrue qui a de l’avenir

    Umut Bozok est la première recrue du Nîmes Olympique. Cet attaquant vient de Marseille Consolat (National) et promet un mercato animé du côté des Crocos.
    Voilà une recrue qui dénote! Umut (entendez oumout) Bozok est un attaquant âgé de 20 ans (né le 19 septembre 1996). 1996? Oui, oui, il est né quelques mois après l'incroyable épopée nîmoise en Coupe de France! De parents Turcs installés depuis leur adolescence en Moselle, Umut Bozok a d'abord joué dans le petit club de Saint-Avold avant d'intégrer le FC Metz en tant qu'apprenti puis stagiaire.
    Alors que ce club monte en Ligue 1, le contrat de notre futur attaquant n'est pas reconduit. Umut Bozok s'en va donc en quête de temps de jeu à Marseille, du côté de Consolat, pour faire ses premiers pas en National, championnat qui permet d'accéder à la Ligue 2 où évolue le Nîmes Olympique.
    Une recrue issue d'un championnat inférieur? Les Crocos en ont pris la bonne habitude. Peu onéreux, ce genre de recrutement est intelligent car il mise sur l'avenir. Laurent Boissier, directeur sportif du Nîmes Olympique avait en ligne de mire son petit chouchou depuis le mois de juillet dernier... "C'est la première recrue officielle du club! Il a signé pour trois ans, c'est le meilleur buteur de National. C'est un jeune plein de promesses, de talent et d'avenir qui se fond parfaitement dans le projet du club et du président Rani Assaf". Avec 31 match joués pour 17 buts inscrits (penaltys inclus), le néo croco n'a pas été facile à débusquer. "Je dois dire un grand merci à Umut, à son agent et à Marseille Consolat même si la négociation a été dure. Tout le monde a tenu parole, ce qui est très rare dans le milieu. De plus, nous n'étions pas les premiers sur la liste car nous sommes arrivés tard je pense que quelque chose s'est passé, le feeling a été bon tout de suite. En tout cas, beaucoup de clubs de Ligue 2 ou étrangers étaient sur lui. C'est normal, quand on a 20 ans, qu'on marque des buts et qu'on est international...!" poursuit Laurent Boissier.
    En plus d'une excellente première saison en National avec Marseille Consolat, Umut Bozok a intégré l'équipe nationale turque des U17 où il a joué cinq match et marqué trois buts. Quand on aime on ne compte pas, rebelote, Umut est sélectionné une fois en U18 avant de rejoindre les U21 où il a joué un match et inscrit deux buts! "C'est un profil que Bernard Blaquart (NDLR entraîneur croco) n'a pas. C'est un garçon de surface, d'appui, un buteur qui est capable de remplir la surface. C'est une bonne chose quand on pense à l'an passé! Comme toujours, c'est un pari mais je ne veux pas brûler les étapes, il faut être patient même si le public ne l'est pas trop. Rendez-vous le 21 juin à la Bastide pour la reprise mais c'est une solution

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Lun 12 Juin - 7:42

    Mercato : trois talents crocos ciblés dans le même club

    Bien décidé à monter en Ligue 1 l’an prochain, le RC Lens courtiserait trois des meilleurs joueurs nîmois de la saison au mercato.
    Le mercato du RC Lens serait-il orienté plein sud ? Après avoir enregistré l’arrivée de Mouaad Madri en provenance de l’AC Ajaccio, les dirigeants artésiens auraient désormais un œil sur trois joueurs évoluant à Nîmes. Leur nom : Anthony Briançon, Teji Savanier et Rachid Alioui. C’est le Midi Libre qui dévoile l’information.
    Âgé de 22 ans, le premier est titulaire en défense depuis deux ans déjà et fait preuve d’une efficacité étonnante, comme en témoignent ses six buts en 34 rencontres cette saison. C’est avec ses passes décisives que Téji Savanier (25 ans) s’est illustré, délivrant treize caviars au fil du championnat. Un total inégalé en L2, auquel s’ajoutent 8 buts.
    Nîmes ne serait pas vendeur…
    Enfin, Alioui affichait lui aussi des statistiques ronflantes (13 buts et six passes décisives en 26 apparitions) avant de se blesser le 10 mars face au Red Star. Bref, le RC Lens a choisi ce qui se fait de mieux en Ligue 2. Seul problème, les dirigeants nîmois auraient signifié aux Sang et Or qu’aucun des trois hommes n’était à vendre…


    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Lun 12 Juin - 7:43

    Mercatos (arrivées).
    Bernard Blaquart souhaite quatre recrues pour la reprise. Bozok, c’est fait. Valdivia, milieu de 28 ans de Saint-Trond (D1 belge) et ancien cadre lensois, cela devrait se faire, dès lundi 12 juin. Et après ? Pablo Martinez avait le profil du défenseur idéal (latéral-axial gauche), mais Laurey veut le récupérer à Strasbourg, promu en L1. Le cas Vlachodimos est débattu en interne. Des profils comme celui d’Autret (qui vient de signer à Brest) sont suivis. Nîmes devrait recruter en L1 ou L2, pourquoi pas en prêt.

    Mercatos (départs).

    En vrac : Toulouse lorgne sur Savanier et Troyes sur Ripart. Nîmes a reçu un mail de Lens faisant part de l’intérêt sang et or pour pas moins de trois Crocos ! Briançon, Savanier et Alioui selon nos sources. Mais NO n’est pas vendeur. Azouni a une proposition de Zulte-Waregem. Il réfléchit. Sissoko ne sera pas à la reprise le 21 juin à la Bastide. Il est sur la liste des transferts mais sera laissé libre. Depres, Bobichon et Garcia seront eux présents. Ils devront faire leurs preuves.


    Midi libre

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Lun 12 Juin - 7:44

    Pierrick Valdivia officiellement nîmois ce lundi
    Valdivia Vendredi, le Nîmes Olympique a présenté sa première recrue en la personne d’Umut Bozok, meilleur buteur de National avec Marseille Consolat. « Un jeune joueur de talent et d’avenir« , commentait Laurent Boissier, le directeur sportif gardois. Ce lundi, c’est au tour d’un milieu expérimenté d’officiellement être présenté par le NO. En effet, on le disait en contact avec le récent sixième de Ligue 2. Pierrick Valdivia, ancien de Sedan et du RC Lens, arrive libre de Saint-Trond après avoir résilié son contrat. Le milieu de 29 ans aura à coeur de se relancer dans un championnat qu’il connaît à la perfection. Présentation à partir de 15h30.

    Pierrick Valdivia à Nîmes ce lundi
    Evoquée depuis quelques jours, l'arrivée de Pierrick Valdivia au Nîmes Olympique ne devrait pas tarder à se concrétiser. Selon notre site partenaire MaLigue2.fr et L'Equipe, l'ancien Lensois sera officialisé très rapidement, dès ce lundi normalement, après avoir résilié son contrat avec Saint-Trond.
    En fin de contrat l'été dernier avec le RC Lens, l'ex-Sang et Or avait rejoint la Belgique et Saint-Trond. Après des débuts intéressants, Pierrick Valdivia avait été écarté depuis le printemps et cherchera donc à rebondir dans son nouveau club cette saison.


    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Lun 12 Juin - 16:56


    L'ancien Lensois Valdivia, recrue de poids pour Nîmes

    Le milieu de terrain de 28 ans, qui a résilié son contrat avec Saint-Trond (D1 belge), s'est engagé avec Nîmes Olympique ce lundi.
    Comme Umut Bozok, la première recrue du mercato, Nîmes Olympique était sa priorité. Preuve de la nouvelle attractivité du club gardois, remarquable 6e de la saison écoulée de Ligue 2.
    Pierrick Valdivia, 28 ans, 170 matches de L2 et une saison complète de L1 avec Lens (35 matches en 2014-2015), a signé un contrat avec NO ce lundi après-midi, après avoir satisfait à la visite médicale à la mi-journée.
    Il est une recrue de poids. Les Crocos manquaient d'expérience et de taille ? Pierrick Valdivia devrait leur apporter tout cela dans l'entrejeu, en relayeur et récupérateur probablement aux côtés de Teji Savanier, puisque Larry Azouni a des envies d'ailleurs.
    Sollicité par plusieurs équipes de haut de tableau de Ligue 2, le Lyonnais d'origine a préféré le jouer avec Nîmes. Une bonne nouvelle pour la formation de Bernard Blaquart.


    midi libre


    Dernière édition par Admin le Mar 13 Juin - 8:21, édité 1 fois

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Mar 13 Juin - 8:21

    la signature jusqu'en juin 2020 de Pierrick Valdivia à travers une revue de presse

    Laurent Boissier (coordinateur sportif et Pierrick Valdivia, néo croco

    Nîmes : Un ancien de Ligue 1 en renfort (off.)            
    Retour à la case départ. Un an après son transfert du RC Lens vers Saint-Trond, en Belgique, le milieu défensif Pierrick Valdivia retrouve la Ligue 2 en signant au Nîmes Olympique.                                                    
    Pierrick Valdivia avait quitté le RC Lens l'été dernier pour rejoindre le K St-Trond VV                                                            
    lundi 12 juin 2017 - Alors qu'il affiche 35 matches de Ligue 1 mais aussi 170 de Ligue 2 au compteur, Pierrick Valdivia va retrouver le championnat de France cet été.                                                
    Il y a quelques minutes, le Nîmes Olympique a confirmé la signature pour trois saisons du milieu de terrain de 29 ans. Valdivia, formé à Lyon, ancien de Sedan et Lens, évoluait en Belgique ces derniers temps, du côté de Saint-Trond.
                                                             
    Pierrick Valdivia signe à Nîmes pour trois ans
    Trois jours après Humut Bozok, Nîmes enregistre l'arrivée du milieu de terrain Pierrick Valdivia, 29 ans. Le milieu de terrain, qui évoluait la saison dernière à St Trond en Belgique, a signé jusqu'en 2020.                                                                                                          
    Après Théo Valls, et Humut Bozok, le Nîmes Olympique continue de façonner son effectif pour la saison prochaine avec l'arrivée de Pierrick Valdivia (29 ans). Le milieu de terrain, qui s'est engagé pour trois ans avec Nîmes, évoluait à Saint-Trond (première division belge) lors de l'exercice 2016-2017. Il y a disputé 13 matches de Jupiler League et son équipe a terminé à la 12e place. Avant son expérience belge, il avait passé cinq ans au RC Lens.                                                                                                            
    « Pourquoi Nîmes ? Pour son Histoire, son stade, ses supporters, a expliqué Pierrick Valdevia lors de sa présentation. J'ai à cœur de porter ce maillot, de le mouiller. J'ai hâte de commencer il y a vraiment une belle ambiance ici. »
                                                                             
    Le Nîmes Olympique recrute un ancien de Ligue 2              
    Le Nîmes Olympique accueille sa seconde recrue. Cette fois-co, c'est le Français Pierrick Valdivia qui a donné son accord et quitte le club de St-Trond. Il connaît bien la Ligue 2 car il a joué sous le maillot du RC Lens. Il s'engage jusqu'en juin 2020 et est âgé de 29 ans.
    Pierrick Valdivia pour 3 ans !                          
    L’ancien de Sedan, Lens et Saint-Trond Pierrick Valvidia s’est engagé au Nîmes Olympique pour 3 ans.
                                                                         
    Officiel - Valdivia rejoint Nîmes                                                                                                                            
    L'ancien joueur du RC Lens, Pierrick Valdivia, va retrouver les terrains de l'Hexagone. Un an tout juste après son départ pour Saint-Trond (Belgique), le milieu de terrain a décidé de rejoindre le Nîmes Olympique jusqu'en juin 2020. "Cela fait plus d’un an que nous sommes en contact. J’ai vibré la saison dernière. J’ai à cœur de porter ce maillot, de le mouiller" déclare-t-il sur le site du NO.
                                                                                                             
    Mercato - Nîmes : Valdivia en renfort (Officiel)                  
    Le Nîmes Olympique engage Pierrick Valdivia, le milieu de terrain de Saint Trond.
    Le joueur de 29 ans a paraphé aujourd'hui un contrat de trois années avec les Crocos.
                     
    Pierrick Valdivia est Nîmois !
    Trois jours après l’arrivée d’Umut Bozok, c’est au tour de Pierrick Valdivia (29 ans) de rejoindre le Nîmes Olympique. Le milieu de terrain, qui évoluait la saison dernière à St Trond en Belgique, a signé jusqu’en 2020.                                                                                            
     « J’ai à cœur de porter ce maillot, de le mouiller. J’ai hâte de commencer il y a vraiment une belle ambiance ici » a déclaré Pierrick Valdivia.
                                                                               
    Officiel : Pierrick Valdivia s’engage avec le Nîmes Olympique                                  
    La semaine passée, nous vous annoncions le retour très possible de Pierrick Valdivia en Ligue 2. L’ancien milieu de terrain du RC Lens avait rejoint la Belgique, et Saint-Trond, l’été dernier. Depuis plusieurs jours, il se trouvait en discussion avec plusieurs clubs de l’antichambre, comme Reims, Auxerre ou encore Sochaux et Nîmes.                    
    C’est finalement dans le Gard que l’ancien Sedanais va poser ses valises. Valdivia a pour lui une solide expérience en Ligue 2. Il a déjà disputé 170 matchs avec Sedan et les Sang et Or, mais aussi 35 matchs de L1. A 29 ans, il aura comme objectif de se relancer dans une équipe ambitieuse. Pierrick Valdivia est désormais lié au Nîmes Olympique jusqu’en 2020.
     
    L2 – Nîmes : Pierrick Valdivia jusqu’en 2020                  
    Le milieu de terrain français Pierrick Valdivia, libre de tout contrat, s’est engagé avec le Nîmes Olympique.
                                                               
    Pierrick Valdivia est de retour en France, à Nîmes .                                                                                                                                        
    Un an après son départ à Saint-Trond, en Belgique, le milieu de terrain français de 29 ans s’est engagé lundi avec le Nîmes Olympique. Formé à Lyon et passé ensuite par Sedan et Lens, le natif de Paris avait résilié son contrat avec St-Trond, où il a disputé 13 matchs (0 but) en 2016-17.    
                                                                           
    Pierrick Valdivia signe à Nîmes pour trois ans                                                                              
    Trois jours après Humut Bozok, Nîmes enregistre l'arrivée du milieu de terrain Pierrick Valdivia, 29 ans. Le milieu de terrain, qui évoluait la saison dernière à St Trond en Belgique, a signé jusqu'en 2020.                                                                                                                        
    Après Théo Valls, et Humut Bozok, le Nîmes Olympique continue de façonner son effectif pour la saison prochaine avec l'arrivée de Pierrick Valdivia (29 ans). Le milieu de terrain, qui s'est engagé pour trois ans avec Nîmes, évoluait à Saint-Trond (première division belge) lors de l'exercice 2016-2017. Il y a disputé 13 matches de Jupiler League et son équipe a terminé à la 12e place. Avant son expérience belge, il avait passé cinq ans au RC Lens.                                                                                                                            
    « Pourquoi Nîmes ? Pour son Histoire, son stade, ses supporters, a expliqué Pierrick Valdevia lors de sa présentation. J'ai à cœur de porter ce maillot, de le mouiller. J'ai hâte de commencer il y a vraiment une belle ambiance ici. »

    Les déclarations de Laurent Boissier (coordinateur sportif croco)                                                                                                
    L.B : "Bernard souhaite avoir l'intégralité de son groupe le 21. Il nous reste 9 jours pour compléter l'effectif."
    L.B : "Je le redis, aucun joueur n'est transférable au Nîmes Olympique. On suit notre ligne de conduite."
    L.B : "Il faut être cohérent dans ce que l'on fait. On ne peut pas changer 4-5 joueurs tous les ans."
    L.B : "Pierrick était le choix numéro 1, Umut Bozok était le choix numéro 1. On avance sur d'autres dossiers."                                                                                                                                    
    L.B : "Cela fait un moment que le joueur est sur les tablettes du Club."
    L.B : "Il correspond parfaitement aux attentes de Bernard et de nos supporters."
    L.B : "C'était le choix numéro 1 de Bernard et le mien. On est heureux de son arrivée."
    L.B : "L'important c'est le carré vert. On ne recrute pas pour une carte de visite. On ne gagne pas des matches avec des noms."
    L.B : "Pierrick avait le choix, ça c'est fait au feeling. Il avait d'autres clubs sur lui."
    L.B : "Aujourd'hui le club est lancé sur un projet, on sait avec qui on veut le faire."
    L.B : "Je ne crois qu'au travail, c'est aux recrues de s'adapter à notre groupe."                              

    Les déclarations de Pierrick Valvidia                                                                                                                          
    P.V : "Pourquoi Nîmes ? Pour son Histoire, son stade, ses supporters."
    P.V : "Ça fait plus d'un an que nous sommes en contact, j'ai vibré la saison dernière."
    P.V : "J'ai à cœur de porter ce maillot, de le mouiller."
    P.V : "À Lens c'est une autre ambiance. En Belgique l'ambiance et l'engouement m'ont manqué."
    P.V : "J'ai hâte de commencer, il y a vraiment une belle ambiance ici."
    P.V : "La L2 est un Championnat très difficile. C'est un marathon, il y a plusieurs étapes."
    P.V : "Je vais tout faire pour me donner au max. pour cette équipe. Je vais essayer d'apporter ma touche pour faire le petit plus
    P.V : "Je suis un mauvais perdant. C'est un défaut mais pour moi c'est une qualité."

    Laurent Boissier (coordinateur sportif croco): A Nîmes, « aucun joueur n’est transférable »                                                                                                                                
    Alors que le RC Lens par exemple  s'est renseigné sur les trois joueurs de Nîmes Rachid Alioui, Teji Savanier et Anthony Briançon, le club nîmois ferme la porte à des transferts lors de ce mercato estival. Le directeur sportif du club gardois, Laurent Boissier, confie sur le site du NO (relayé par notre site partenaire MaLigue2.fr) qu'aucun départ n'est envisagé cet été au sein de l'effectif nîmois, mettant ainsi un sérieux frein à l'intérêt des Sang et Or notamment .
                                                                                                       
    Rachid Alioui, Téji Savanier, Anthony Briançon, Larry Azouni… De nombreux joueurs du Nîmes Olympique sont sollicités cet été, dans le cadre du mercato estival. Mais très peu partiront. Voire aucun. Laurent Boissier, le directeur sportif gardois, ferme d’ailleurs la porte à tout départ :                                                                                                                                      
    « Il faut être cohérent dans ce que l’on fait. On ne peut pas changer 4-5 joueurs tous les ans. Je le redis, aucun joueur n’est transférable au Nîmes Olympique. On suit notre ligne de conduite. Bernard (Blaquart, Ndlr) souhaite avoir l’intégralité de son groupe le 21. Il nous reste 9 jours pour compléter l’effectif. »

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Mar 13 Juin - 8:26

    NÎMES OLYMPIQUE Pierrick Valdivia, clé de voûte du jeu croco? 


    Sur une pelouse qu'il connaît bien pour y avoir marqué un but, Valdivia semble à son aise.
                                                                               
    13 juin 2017-La nouvelle recrue, deuxième (des quatre souhaitées par Bernard Blaquart), est un soldat de choc. Véritable joueur d'expérience et ancien capitaine du RC Lens, Pierrick Valdivia promet de devenir un cadre de la formation nîmoise version 2017-2018.                                                                                                                                          
    "Pierrick a signé pour trois ans avec le Nîmes Olympique, c'est un milieu de terrain libre d'engagement et qui est depuis longtemps sur les tablettes du club. Nous nous étions manqués l'année dernière, nous avons gardé contact et nous ne voulions pas nous rater une seconde fois. C'aurait pu traîner, ça n'a pas été le cas, le club s'est lancé dans un projet et Pierrick y rentre pleinement. Il a évolué au plus haut niveau, a de l'expérience et un bagage technique solide. Il correspond parfaitement à nos attentes. C'était le premier choix de Bernard Blaquart, c'était mon premier choix aussi. Comme pour Umut Bozok qui était lui aussi un premier choix, quand on arrive à faire signer nos premiers choix c'est qu'on fait du bon boulot. Nous sommes à deux premiers choix, on dit jamais deux sans trois!" annonce Laurent Boissier, directeur sportif du Nîmes Olympique qui laisse entendre la signature d'une future recrue.                                                                                                    
    Pierrick Valdivia est né le 14 avril 1988 non loin de Lyon. Il mesure 1,88m et pèse 77kg. C'est un gros coup que signe le Nîmes Olympique sur le marché des transferts. Une belle affaire qui a mis du temps à se dessiner mais qui révèle l'intérêt mutuel des deux parties pour la chose. Après être passé par l'Olympique Lyonnais où il n'a pas joué (2008-2009), par le CS Sedan (2009-2012) pour lequel il a joué 111 matchs et marqué 10 buts et le RC Lens (2012-2016) où il a disputé 116 matchs et inscrit 19 buts, avant de venir au Nîmes Olympique, Pierrick Valdivia est allé faire un tour du côté de Saint-Trond en D1 Belge où il a joué 13 matchs la saison dernière.                                                                    
    Pour Laurent Boissier, rien n'est facile mais on fait avec les moyens du bord... "Nous avons le 14ème budget du championnat, nous voulons grandir, faire évoluer et améliorer l'effectif chaque année. Nous affichons nos ambitions, le joueur est là mais on ne gagne pas avec des noms! Il va falloir mettre et mouiller le maillot. Je ne crois qu'au travail". Et le travail, Pierrick Valdivia est impatient de le découvrir sous ses nouvelles couleurs. "J'aime l'histoire, le club, le stade et les supporters. Nîmes m'a toujours attiré., J'adorais venir y jouer pour l'engouement spécial qu'il y règne, c'est chaud! L'an dernier, j'ai suivi le parcours de l'équipe et j'ai vibré. Le wagon est repassé cette année et je ne voulais pas le manquer, j'ai foncé et j'ai à coeur de porter le maillot et de le mouiller. Je suis heureux et très fier, j'ai hâte de commencer l'entraînement".                                                                                                                      
    Un entraînement qui débutera le 21 juin prochain à La Bastide. D'ici là, Laurent Boissier et Bernard Blaquart espèrent trouver leurs pépites manquantes, un milieu gauche et un défenseur polyvalent... Plus que 8 jours!                
    De retour de Belgique où le compétiteur voulait voir si l'herbe était plus verte, Pierrick Valdivia retrouve la Ligue 2 qu'il connaît parfaitement. "C'est un championnat très difficile, un peu comme un marathon mais c'est aussi très physique. J'ai eu Bernard Blaquart au téléphone à plusieurs reprises, il ne fait que monter et il montre son talent grâce à ce qu'il est en train de faire à Nîmes, c'est énorme! Sa personnalité m'a donné envie de venir".                            
    Venir pour faire quoi? Certainement dans le 11 de départ, Valdivia connaît l'équipe et sait ce qu'il peut y apporter. "Le groupe est jeune, ils vont aller à 2000 à l'heure et il me faudra suivre! L'équipe est complète, le groupe est resté invaincu pendant longtemps. Devant, avec Alioui qui est un super attaquant, ça marque mais l'équipe est encore jeune et sans pression. Je vais surtout essayer d'apporter mes qualités pour amener ce petit plus qu'il manque pour... Non, on ne dit pas le mot. Passons à autre chose, j'ai horreur de perde, je suis un compétiteur mais c'est pas avec moi qu'on améliorera notre position au classement du fair play!".                      
    Un parcours sportif sans trop d'embûches, un garçon sérieux, Nîmes accueille une deuxième bonne recrue qui se soucie du cadre et qui préfère le pré... "Il n'y a qu'à voir les villes dans lesquelles j'ai joué! Le sportif prime sur le reste" sourit Valdivia qui portera le numéro 8, cher à un certain Maoulida. Co-meilleur buteur de son équipe pour sa première saison lensoise avec 13 réalisations dont 11 en championnat et six penaltys, "Qu'il faut quand même mettre!", Pierrick Valdivia a aussi fait une saison en Ligue 1 où il joué 35 match en y allant de son petit but (pour ne pas gâcher le plaisir... Face à Montpellier!).                                          
    "J'aime toucher le ballon et à la récupération, c'est l'endroit où on le touche le plus alors je m'y sens bien. Je peux également jouer plus haut. Pour le rôle de capitaine qui était le mien dans certaines équipes, je ne suis pas le mieux placé pour en parler, mais je suis franc, honnête et si je passe à travers d'un match, ce qui peut arriver, on ne me reprochera pas de ne pas mouiller le maillot, ça c'est sûr!" conclut le nouveau croco de choc.

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Admin le Mar 13 Juin - 10:23


    Pierrick Valdivia : « J'ai hâte de commencer, il y a vraiment une belle ambiance ici ! »

     
    A 29 ans, Pierrick Valdivia a retrouvé la forme physique. Celle qui lui avait manqué lors de sa 4e et dernière saison au RC Lens (2015-2016). L’ancien milieu de Sedan (2009-2012) puis de Lens (2012-2016) avait rejoint Saint-Trond (Jupiler League) l’été dernier. Il vient de signer au Nîmes Olympique (2017-2020).            
                             
    Pierrick, on vous avait quitté en Ligue 2 sur une très longue convalescence. Alors, aucune originalité, comment allez-vous et qu’aviez-vous ?
    Je vais très bien. L’an dernier, j’ai été pas mal absent. En réalité, et je ne m’attarderai pas dessus car c’est le passé, j’avais attrapé un gros hématome de 17 centimètres qui s’est calcifié au niveau du flanc droit. Après l’avoir enlevé, il y a eu des complications. J’ai été très bien pris en main par le Professeur Khiami. C’est d’ailleurs lui qui a permis à Julien Quercia, l’ancien Lorientais, de pouvoir rejouer au Luxembourg. Je ne le remercierai jamais assez.                            

    Vous avez rejoint Saint-Trond, et vous avez terminé la saison régulière à la 12e place. Une déception ?  
    Sur le plan collectif, nous allons disputé les play-offs 2. A vrai dire, ce n’était pas l’ambition du club au début de saison. Nous voulions titiller les cadors. On m’avait recruté avec ce discours. Puis, cela s’est avéré un peu plus difficile. Nous nous sommes vite penchés sur l’objectif du maintien. Il ne faut pas oublier, non plus, que c’est la deuxième année en Jupiler League pour le club. On dit toujours que la deuxième est la plus difficile. Pour moi, cela reste un petit échec car je voulais titiller les gros…              

    Du coup, jouer les play-offs 2… ça manque de saveur ?
    Carrément. Cela aurait été tout autre chose. En play-offs 1, on aurait pu jouer l’Europe. Vous me direz, en poule 2 aussi, mais c’est d’un compliqué… Il faut finir premier de notre poule, jouer un aller-retour contre le premier de l’autre poule 2, puis disputer un match de barrage contre le 4e de la première poule… Je ne sais pas qui a inventé ce championnat, mais c’est très compliqué (rire). J’ai mis un petit moment à comprendre. C’est leur système.                                                                      

    Que vous a-t-il manqué pour disputer le play-offs des grands ?
    Si j’avais eu la recette, je l’aurais appliquée… Il nous a manqué un buteur, je pense. Nous avons de bons jeunes attaquants, mais aucun killer. Quoi que nous en avons récupéré un au mercato hivernal, qui a directement fait ce que l’on attendait de lui. Personnellement, il a manqué un peu plus de concurrence… Le coach a un peu ses protégés.

    Justement, vous n'avez disputé que 13 matchs... Méforme ? Blessures ?                                    
    Tout d’abord, je suis arrivé blessé. J’ai dû refaire une préparation intégrale. Je savais pertinemment que je pouvais pas débuter de suite la saison. Mais, par la suite, je pensais davantage jouer. Le coach avait son équipe en place. Il a fini par me lancer dans le bain. J’ai pu aligner de bonnes performances. Vers la fin d’année civile, j’ai commencé à être sollicité. Je devais partir cet hiver à l’Apoel Nicosie. Je voulais y aller. Jouer l’Europe, c’est une ambition légitime. On ne peut pas me l’enlever. Du coup, je suis entré un peu en conflit avec le club. Je ne jouais plus. Au départ, il faut savoir que mon entraîneur était d’accord que je m’en aille. Il comprenait bien la chance qui se présentait à moi.                                

    Et il a changé d’avis ?  
    Au retour du stage hivernal, il ne voulait plus me laisser partir, me promettant de jouer. Finalement, depuis, je ne joue plus. Je ne suis même plus dans le groupe. Le club s’est montré gourmand alors que je suis arrivé libre.                                                          

    Essayez-vous d’en savoir davantage ?  
    On dirait que je suis un méchant garçon. Plus personne ne veut me dire la raison pour laquelle je ne suis plus dans le groupe. Mon agent Gad Cohen a essayé d’appeler le club, ça ne répond pas. C’est davantage extra-sportif… Maintenant, je veux retrouver le plaisir de jouer, tout simplement. Entre l’an dernier, ma blessure à Lens, et le fait que je ne joue plus aujourd’hui… Je veux m’éclater de nouveau.

    Déçu, du coup, d’avoir tenté l’aventure belge ?  
    Du tout ! J’ai appris. J’ai découvert une autre culture. J’ai eu la chance de faire mes 13 matchs contre les plus grosses écuries du championnat. Je me suis régalé. En face, il y avait de très gros joueurs.                                            

    Mais que pouvez-vous nous dire sur votre découverte de ce championnat ?
    Il y a un vrai bon niveau. Je ciblerais la Jupiler League entre le très haut de tableau de Ligue 2 et le milieu de tableau de Ligue 1. Il y a de grosses écuries, comme Genk ou Bruges, qui représentent la Belgique en Ligue des Champions. Bon, ces équipes sont du standing de Lyon, Marseille et Saint-Etienne. Le championnat en lui-même est très bien. Ca joue au ballon, il y a des petits stades, mais toujours pleins !                                                          

    Pas comme en France…
    Quand je regarde la Ligue 1, je vois des stades comme le Vélodrome, pas vraiment rempli… ça fait con.  

    Malgré votre départ en Belgique, que pensez-vous de la Ligue 2 ?
    C’est un championnat vraiment très homogène mais très difficile. C'est un marathon, il y a plusieurs étapes.                                                                        

    Pas surpris de voir Strasbourg et Amiens accéder en Ligue 1 ?  
    Ces 2 promus ont su parfaitement recruter. De l’expérience. Il ont surfé sur une réelle dynamique, comme Bourg l’an passé, ou Niort il y a deux ans. Strasbourg a recruté des joueurs d’expérience de L2. Mais aussi des jeunes, comme Baptiste Guillaume, un très bon attaquant, un joueur que j’adore. Aujourd’hui, l'accession de ces deux clubs ne me surprennent pas. Après, je suis vraiment content pour Strasbourg. Ce stade, cette ambiance, ça ne peut être qu’au plus haut niveau français.                                                              

    Revenons à votre longue période lensoise. Vous avez disparu un peu mystérieusement du paysage lensois après 3 très bonnes saisons, dont une première à 11 buts… Y a-t-il eu un manque de reconnaissance ?
    Non… C’est toujours dur de revenir à du foie gras quand que tu as donné du caviar. Dans un grand club comme Lens, ce n’est pas simple. Mais je tiens à rappeler que lors de ma première année, j’étais électron libre. Coach Siko (Eric Sikora) me laissait faire ce que je voulais. Derrière, j’avais des gars comme Jérôme (Le Moigne, Ndlr) qui défendaient pour moi. Antoine Kombouaré, à son arrivée, m’a mis en 6 pour alimenter les attaquants. Il y a beaucoup de gens qui n’ont pas compris. Mais, à la base, je n’ai jamais été un buteur (rire). Ma meilleure saison, en termes de stats, reste 2012-2013. Ma plus belle, c’était en Ligue 1, avec 36 titularisations. Je me suis régalé, même si cela a été dur…                    

    Le tout dans une période lensoise très particulière…
    Lorsque je suis arrivé, je savais dans quoi je m’embarquais. Mais j’avais un accord moral avec Gervais Martel. Il avait d’ailleurs avoué qu’il ne serait plus président. Puis, l’année d’après, il revient. Lens, ça a été Dallas pendant 4 ans. Heureusement que dans l’équipe, nous étions très soudés. Cela aurait pu partir en sucette ! L’année où nous montons, nous allons jouer à Amiens… A Bollaert, nous aurions gagné plus de matchs. Après, il y a eu Mammadov, pas Mammadov. Des joueurs qui devaient rester, etc…  J’ai fait mon boulot. J’ai passé 4 années magnifiques à Lens, en exceptant ma blessure lors de la dernière saison…                                                        

    C’est à dire ?  
    J’ai été un peu laissé de côté. Pas des joueurs, non. Des gens, en interne, n’ont pas eu le courage de venir vers moi. C’était petit. Mais ça ne m’étonne pas. C’est le football. J’avais une blessure. Je savais que je n’étais pas fini. Et pourtant, on s’est permis de me salir. De dire que j’avais mis un terme à ma carrière. Je n’ai pas apprécié.                                  

    Pourtant, à 29 ans, vous avez encore toute la carrière devant vous ?
    Je suis à 100% de mes capacités pour bien reprendre avec mon nouveau club. je voulais revenir en France, , je kiff la Ligue 2.  Mais je veux reprendre du plaisir. J’ai toujours la joie de vivre. Je n’attends que ça. Et puis l’ambiance, aussi, c’est vrai. A Saint-Trond, il y en a un peu. Mais quand tu as goûté Lens, c’est difficile d’avoir mieux.                                                                            

    C’est un peu la même histoire que le foie gras et le caviar, ça, non ?
    (Rire) C’est la même !                                                                  

    Pourquoi avoir signé au Nîmes Olympique ?
    Pourquoi Nîmes ? Pour son Histoire, son stade, ses supporters. Cela fait plus d’un an que nous sommes en contact. J’ai vibré la saison dernière. J’ai à cœur de porter ce maillot, de le mouiller.  

    Contenu sponsorisé

    Re: MERCATO CROCO 2017-2018

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 17 Oct - 1:50