NO-crocos sans frontières

Forum d'information et d'échanges entre les supporters du Nîmes Olympique, quelque soit son lieu de résidence, afin de partager la passion pour ce club de football.


    EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Partagez

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Message par Admin le Mar 13 Juin - 12:54

    Mathieu Michel

    Après 2 grosses saisons en Ligue 2 sous les couleurs du Nîmes Olympique, le portier Mathieu Michel prenait le chemin du SCO d’Angers, maintenu en Ligue 1. Un contrat de 3 ans à la clé pour celui qui figurait dans l’équipe-type de la saison précédente, et un transfert estimé à 1 million d’euros. Formé au club gardois, le gardien est recruté pour pallier à la blessure d’Alexandre Letellier (ligaments croisés). Pour autant, la tâche n’est pas aisée. Le club coaché par Stéphane Moulin ayant en effet un autre gardien au CV bien rempli en la personne de Denis Petric. D’autant plus que Michel arrive en fin de mercato, alors que Petric a déjà été titularisé dans les cages Angevines.

    Il débute pourtant dès la 3e journée en qualité de titulaire d’un club composé de nombreux joueurs passés par la Ligue 2. Si les résultats du SCO ne sont pas identiques à sa première en Ligue 1, Angers s’en sort très bien en championnat. Au bout des 38 rencontres de championnat, Mathieu Michel a été le plus utilisé dans les cages avec 23 titularisations. Suivent Petric (9) puis Letellier (6).

    Une première saison où le natif de la préfecture gardoise a pris de l’expérience. Et a démontré de belles prestations, avec « seulement » 1,08 but encaissé par match, totalisant 79 parades sur ses 23 rencontres. Interrogé en octobre dernier par MaLigue2, Mathieu Michel nous confiait aborder sa première expérience en Ligue 1 avec « beaucoup d’envie surtout, beaucoup de détermination, mais aussi dans le respect« . Une envie qui a plu aux yeux de Stéphane Moulin, de bon augure pour la suite de la carrière du portier qui fêtera ses 26 ans en septembre. Même si Letellier a retrouvé son poste de numéro 1 en fin de saison, et que Mathieu Michel devra donc essayer de le devancer dans la hiérarchie des portiers angevins.


    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Message par Admin le Lun 3 Juil - 8:22

    Steve Mounié


    Après une grosse saison à Montpellier (L1) , il vient de signer chez les promus de Huddersfield en premier league !

    Pour lui, son passage à Nîmes a été décisif

    Steve Mounié dans une interview sur L'Indépendant :

    « J’ ai passé neuf années tout de même à Montpellier. Une très belle maison. Que de bons souvenirs avec ce titre de champion de France de CFA2. Et puis j’ai aussi participé au sacre de l’équipe une en Ligue 1. Bien sûr que je suis triste de quitter l’Hérault. Mais avec le chèque que va toucher le club, je me dis que c’est un bon renvoi d’ascenseur. Mais pour moi, tout a commencé à Nîmes en Ligue 2 il y a deux ans. Un club qui avait démarré le championnat avec moins 8 points et avec lequel je me suis éclaté en marquant 11 buts. Et puis dans le Gard, quelle passion. Là-bas, je suis arrivé enfant et j’en suis parti homme. »

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Message par Admin le Dim 9 Juil - 19:26

    Bilan : Ces anciens crocos de Ligue 2 partis aux échelons inférieurs
    Alors que le mercato estival 2017 bat son plein, nous vous proposons de revenir sur ces anciens crocos qui ont évolué dans l’antichambre en 2015-2016 avant de rejoindre d’autres clubs français des divisions inférieures. 

    Retour sur les performances de nos ex pensionnaires de Ligue 2.
    Pour mieux finir leur carrière ou pour mieux la débuter, pour aider son club formateur ou pour un simple plaisir en « amateur ». Les raisons qui ont poussé ces joueurs à goûter aux joutes des niveaux plus ou moins inférieurs du football français sont toutes différentes. Si la majorité d’entre eux ont choisi des clubs de National, certains clubs de niveau amateur ont pu bénéficier de l’expérience des ex-professionnels.

    Retrouvez ci-dessous les statistiques de nos anciens crocos de Ligue 2 la saison passée, dans leurs clubs respectifs :

    Rémi Sergio : Nîmes => Marseille Consolat (National) / 32 matchs, 3 buts.

    Romain Elie : Nîmes => Le Puy (CFA) / 22 matchs.

    Kévin Renaut : Nîmes => Marignane Gignac (CFA) / 21 matchs, 1 but.

    Jonathan Lacourt : Nîmes => Albi (DH) / 10 matchs, 2 buts ; puis Blagnac (DH) / 10 matchs, 2 buts.

    Anthony Kasparian : Nîmes => Le Pontet (CFA) / 19 matchs.

    Source : Ma Ligue 2

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Message par Admin le Lun 10 Juil - 7:29

    Gauthier Gallon : « Je veux être à la hauteur »


    Pour la première fois de sa carrière, Gauthier Gallon a quitté le Nîmes Olympique. Le jeune gardien de 24 ans avait fait toutes ses classes dans le Gard. Aujourd’hui à l’US Orléans (domino's Ligue 2), le portier sera en concurrence avec Thomas Renault pour le poste de numéro 1. Apparu à 14 reprises en Ligue 2 la saison dernière, Gallon « a faim », et espère bien se faire sa place à l’US Orléans.

    " J’ai eu une fracture du cinquième métatarse d’un pied, en janvier, à la suite d’un contact anodin à l’entraînement. La cicatrisation a été longue. Et comme les résultats de l’équipe ont été bons, je n’ai plus rejoué« , indique le gardien dans La République du Centre. « J’ai vraiment hâte. J’ai les dents qui rayent le sol. je suis venu ici pour avoir du temps de jeu. Il y a des personnes qui comptent sur moi au club, et je veux être à la hauteur."

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Message par Admin le Mer 12 Juil - 8:27

    Haidar Al Shaïbani        
                                                                                                                   
    Toute la semaine dernière, cahier en mains, il a pris force note et échangé avec l’ensemble du staff. Avant de reprendre l’entraînement avec Le Puy (CFA) où il lui reste un an de contrat, Haidar Al-Shaïbani a suivi avec attention les entraînements à La Bastide, ceux des gardiens comme ceux des joueurs de champ. L’ancien Croco, entre 2009 et 2013, a obtenu en mai dernier le Certificat d’entraîneur de gardien de but. Titulaire du Brevet d’entraîneur de football, il est aussi adjoint de la DH du Puy.


    (planète foot NO)

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Message par Admin le Lun 17 Juil - 8:48

    Gaël Angoula: "Pourquoi j'ai décidé de devenir arbitre"



    A 34 ans, Gaël Angoula, ex-joueur de Bastia, Angers et Nîmes a décidé de mettre un terme à sa carrière de joueur professionnel pour se tourner vers l’arbitrage. L’ancien défenseur était l’invité de l’After ce samedi pour expliquer ce choix assez rare dans le milieu.

    La naissance d’une vocation
    "Mon désir de devenir arbitre s’est fait progressivement. J’ai été vite catalogué comme un joueur caractériel. J’ai été managé d’une manière différente d’un joueur lambda par les arbitres et c’est quelque chose qui m’a attiré et de comprendre pourquoi j’étais géré différemment des autres. C’est le début de mon intérêt pour l’arbitrage. J’ai compris que l’arbitre n’avait pas qu’un rôle de directeur du jeu, mais aussi de psychologue sur le terrain."

    Sa formation d’arbitre
    "J’étais encore sous contrat à Nîmes et j’ai refusé quelques offres pour me pencher sur l’arbitrage et je remercie Nîmes car dès février, j’ai pu me pencher sur l’arbitrage afin de pouvoir diriger mes premiers matchs en Ligue Languedoc-Roussillon. J’ai passé mon examen théorique pour arbitrer en CFA, CFA2, DH et DHR. Ça a été un travail très compliqué mais j’ai réussi grâce à Sandryk Biton que m’a tendu la main. J’étais un joueur contestataire mais on a une ignorance flagrante des lois du jeu. Quand j’ai pu approfondir tout cela, j’ai compris qu’aux yeux des arbitres j’étais un peu bête de contester quelques fois."

    Ses ambitions comme arbitre
    "Je me suis rendu compte que c’était un métier difficile. Les arbitres sont des athlètes et ils courent énormément. Je n’ai pas la prétention d’apporter quelque chose à ce milieu, mais j’ai hâte de découvrir un nouveau monde. Je veux essayer de garder mon sens du jeu. En tant que joueur, je pense que cette qualité-là peut aider. J’ai été accueilli d’une manière magnifique. J’ai un stage qui va arriver sur la région de Toulouse avec des collègues de mon niveau."


    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Message par Admin le Ven 21 Juil - 8:59

    Ousmane Cissokho


    Ousmane Cissokho s’est engagé une saison avec l’US Orléans Ousmane Cissokho sous ses nouvelles couleurs

    Après quatre ans à Nîmes, Ousmane Cissokho a choisi le projet de l’USO pour la suite de sa carrière. Formé à l’AJ Auxerre, cet ailier de 30 ans espère beaucoup apporter au groupe, « pour aller chercher le maintien un peu plus sereinement » que l’an passé.

    entretien

    Ousmane, cela fait dix jours que vous avez rejoint le groupe orléanais. Comment se passe cette intégration ?
    Plutôt bien. Je connaissais déjà quelques personnes ici et j'ai croisé la majorité des joueurs sur les terrains. Je suis content d'être là et je pense que c'est réciproque.

    Vous connaissiez notamment le coach, Didier Ollé-Nicolle.
    Oui, je l'ai eu à Rouen et à Limassol. Mais je connais aussi Pierre (Bouby) et Gauthier (Gallon), avec qui j'évoluais la saison dernière à Nîmes.

    Cela a-t-il influencé votre choix de vous engager à Orléans ?
    Déjà, j'étais en fin de contrat à Nîmes. Je cherchais un nouveau projet. Connaître le coach a facilité ma présence. Maintenant, cela ne compte plus. Je dois faire mes preuves et apporter à mon nouveau club.

    Justement, quel type de joueur êtes-vous ?
    Je joue sur le côté et je centre beaucoup. Parfois je marque quelques buts, mais ce n'est pas trop mon fort (rires). Je suis plus passeur que buteur. Aussi, j'ai les capacités pour temporiser le jeu et je n'hésite pas à revenir défendre.

    Quels sont vos objectifs sur la saison ?
    Faire mieux que l'année dernière. On a un bon groupe, avec des jeunes…

    On sent une certaine hâte de reprendre le championnat.
    Bien sûr. Quand on est joueur de foot et compétiteur, on veut que la saison commence. Ces semaines de préparation sont rythmées par le travail, le travail et encore le travail. La compétition, c'est le plaisir.

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Message par Admin le Lun 24 Juil - 8:27

    Lavigne (RCG) : « Tous les ingrédients sont réunis »

    A 21 ans, Anthony Lavigne a rejoint le RC Grasse, en provenance du Nîmes Olympique. Le capitaine de la réserve gardoise détaille son choix de compléter le groupe de Loïc Chabas. L'ancien milieu niçois revient dans un département qu'il connaît bien.

    A quand remontent les premiers contacts avec Grasse ?
    Le premier contact, c’était début juin, une semaine ou deux après la fin de saison. Le coach (Loïc Chabas) m’a contacté après avoir eu l’entraîneur de Nîmes. On s’est rencontré à Grasse une semaine après. J’habite dans le Var, à Saint-Cyr-sur-Mer. J’avais plusieurs autres clubs proches. Mais j’ai adhéré au projet du coach. Ca correspondait à mon style de jeu. J’avais quelques idées. Le coach m’avait conforté. J’ai donné une réponse positive 3-4 jours après.

    Quels étaient les autres contacts ?
    J’étais proche de Toulon. C’était plus facile par rapport à la situation géographique, mais, par rapport au projet de jeu, j’étais plus proche de Grasse. Ca me correspond plus.

    Vous êtes passé par l’OGC Nice…
    J’ai fait trois ans au centre de Nice et deux ans en CFA. A la fin de mon contrat stagiaire, je n’ai pas été renouvelé. J’ai signé à Nîmes en 2015.

    Comment ça s’est passé là-bas ?
    La première année, de transition, n’était pas évidente. J’étais avec la réserve, pas mal de pros redescendaient. J’avais peu de temps de jeu. L’an dernier, ça s’est bien passé. J’étais capitaine de la réserve. Dès octobre, j’ai fait tous les entraînements avec la Ligue 2 et un match de Coupe de France. Mais pas de banc.

    C’est une déception ?
    La petite déception, c’est que je devais signer mon contrat. Ca ne s’est pas fait pour plusieurs raisons que je ne souhaite pas expliquer. Mais je suis content de venir à Grasse.

    Vous revenez dans un département familier.
    Je connais bien les Alpes-Maritimes. Pendant cinq ans, j’y étais. Je vais être à 1h15 de chez moi. Ca permet de rentrer dans ma famille souvent.

    Vous allez disputer un championnat (N2), que vous connaissez aussi.
    Quand j’ai joué en CFA avec l’OGC Nice, j’étais jeune. J’avais 17 ans. J’ai fait une quinzaine de matches. A Nîmes, la réserve est en CFA 2. C’est bien. C’est une forme de progression. Il y a peut être un peu moins de duels, mais plus de ballon. Il y a plus de réserves, donc plus de foot. A Grasse, il y a un projet de jeu. Tous les ingrédients sont réunis pour faire une bonne saison.

    Qu’avez-vous appris depuis votre passage à Nice ?
    L’expérience en plus m’a permis de grandir en tant que joueur et qu’homme. J’ai pris pas mal d’expérience. Même si l’objectif final ne s’est pas concrétisé, je sais sur quoi m’améliorer. Je ne prends pas ça comme un échec, car je n’ai aucun regret. C’est une étape de franchie, d’autres sont à accomplir.

    Sur quels aspects avez-vous progressé à Nîmes ?
    Au niveau mental. Rester cinq ans dans un club et ne plus s’y retrouver, ce n’est pas évident. Ca m’a forgé un caractère. J’ai progressé dans l’impact physique. A Nice, c’était plus technique, à base de ballon dans les pieds. A Nîmes, il y a plus de duels. C’est ce qu’il me manquait. Mais je dois progresser un peu encore. Je manquais de régularité dans le jeu, en ayant fait une saison complète, c’est mieux. Même si on progresse toujours jusqu’à tous les âges (sourires).


    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Message par Admin le Lun 24 Juil - 8:31

    Jonathan Parpeix « Je travaille dur pour retrouver le monde pro »

    Jonathan Parpeix, ex-milieu défensif du Nîmes olympique , évolue aujourd'hui aux Etats-Unis, en PDL, avec le Fc Miami City. Le joueur nous raconte son changement de vie et nous dévoile ses ambitions. Interview.

    Jonathan, pouvez-vous nous résumer votre parcours professionnel ?
    Lors de l’exercice 2011/2012, je signe pro 2 ans en National avec le Nîmes Olympique. On gagne le championnat avec 33 matchs joués et le club me prolonge jusqu’en juin 2015.

    Avant votre transfert aux USA, avez-vous été courtisé par des clubs français ?
    J’étais sous contrat avec Martigues et une clause m’a permis de partir pour cette aventure. Je n’ai donc pas vraiment été courtisé par d’autres clubs car  je suis parti début avril.

    Vous avez signé au Miami FC City, comment se sont passés les premiers contacts ?
    Très bons ! Je m’étais entretenu avec le coach et le manager général du club. Ils me faisaient confiance pour apporter mon professionnalisme et mon expérience pour atteindre les objectifs.

    Le Miami FC City a été fondé par Wagneau Éloi, Éric Rabésandratana et Ravy Truchot, comment sont-ils au quotidien ?
    Avoir des français à la direction de cette franchise était un plus dans votre décision de venir aux USA ?
    Évidemment, c’est plus simple ! Quand j’étais en Grèce en 2015-2016, ce n’était pas facile pour une 1ère expérience à l’étranger. Mais ce sont des personnes professionnelles qui se donnent les moyens de réussir et de gros compétiteurs. Ma décision était de venir ici, de me faire connaître et de réussir à retrouver une structure pro.

    A l’avenir, faire partie d’une franchise MLS est un objectif pour vous ?
    Évidemment, en MLS ou ailleurs ! Mais je travaille dur pour retrouver le monde pro.

    Quelle est la différence entre le jeu à Miami et le jeu en France et dans les Bouches-du-Rhône ? A quel niveau d’un championnat français cela correspondrait ? Vous a-t-il fallu un temps d’adaptation ?
    La grosse différence est dans l’impact. Il est plus rugueux ici. Le climat est plus difficile aussi (chaud et humide). Par contre, c’est moins tactique qu’en France et le rythme est moins élevé. Pour certaines équipes comme la notre, c’est un niveau qui correspondrait à une CFA en France. Il ne m’a pas fallu de temps d’adaptation. J’étais prêt de suite ! Avec beaucoup de français, c’est plus facile.


    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Message par Admin le Mar 1 Aoû - 15:06

    Les six vies de Gaël Angoula
    (FIFA.com) 01 août 2017


    Après la boxe thaï, la prison et le football professionnel, Angoula entame une carrière d'arbitre
    Il a disputé 64 matches de Ligue 1 entre 2013 et 2016
    "Je repars pour un nouveau parcours du combattant. Mais pourquoi pas viser le top ?", annonce-t-il


    Toute fin de saison marque l’entrée en retraite de footballeurs professionnels. 2017 n’a pas dérogé à la règle et des joueurs aux carrières incroyables ont raccroché, on pense évidemment à Philipp Lahm, Xabi Alonso, Martin Demichelis, Frank Lampard et... Gaël Angoula. Oui, Gaël Angoula.

    Car si l’ancien défenseur passé notamment par Nîmes, Angers, et Bastia a une armoire à trophées moins garnie que les stars précitées, il n’en a pas moins un parcours aussi extraordinaire. "Extraordinaire" au sens "atypique".

    D’abord spécialiste de la boxe thaï, cet ancien délinquant passé par la case prison en 2003, a gravi sur le tard les échelons menant jusqu’au football professionnel. Il atteint le sommet de sa carrière en 2012, en foulant les pelouses de Ligue 1. Il prend sa retraite en mai 2017 et entame une reconversion pas banale pour un joueur : celle d'arbitre. Le sixième chapitre d'une histoire pas banale.

    1. Thaï patron
    Né au Havre en 1982, Gaël Angoula a grandi dans un quartier réputé difficile. S’il apprécie le football et y joue occasionnellement, c’est surtout en boxe thaïlandaise qu’il brille dans un premier temps. "J’ai dû arrêter la discipline suite à des blessures à répétition au tibia", explique-t-il au micro de FIFA.com. "Au départ, je n’avais pas l’ambition d’être footballeur professionnel, bien que j’aie toujours apprécié ce sport. Je jouais au 'football de rue', avec les copains du quartier. L’ambition de devenir joueur de foot est venue avec le temps et au hasard des circonstances".

    2. Case prison
    Il faut un passage en prison pour que le joueur d’origine camerounaise prenne son destin en main. "J’ai eu une période où j’étais très influençable. J’ai touché le fond", élude-t-il lorsqu’on lui demande les raisons pour lesquelles il a connu cette période d’enfermement. "Plus que sur mon entrée en prison, je préfère m'appesantir sur ma sortie. Cela a été un nouveau départ pour moi. C'est à cette époque que j'ai réalisé que le football était une porte de sortie possible".

    3. Projet réinsertion
    Le dirigeant d’un club de CFA2, Jacky Colinet, lui tend la main à sa sortie de prison et le sort de son quartier. Angoula se réinsère en remplissant tâches diverses et variées dans un petit club, du secrétariat à l’entraînement des jeunes en passant par le ramassage des ordures les lendemains de match. Parallèlement, Angoula joue, et plutôt bien.

    "Lors de ma 2ème année de CFA, j’ai eu l’opportunité de faire un essai à Auxerre. C’était en marge d’un match de Coupe d’Europe, et je me suis entraîné avec les joueurs qui n’avaient pas été convié à ce match et les autres issus de la réserve. C’était un autre niveau, l’essai n’a pas été concluant, mais je ne m’étais pas senti ridicule", raconte-t-il. "Je me suis dit qu’avec l’envie, je pensais pouvoir combler mes manques par rapport à ces gars-là. Cela m’a boosté. Dès lors j’ai progressé, changé de clubs, monté de divisions, jusqu’à signer pro à Bastia en National".

    4. Le football pour profession
    Avec Bastia, Angoula continue sa progression vers les cimes du football français. Il est promu en Ligue 2 puis en Ligue 1 la saison suivante où il affronte Zlatan Ibrahimovic, Thiago Silva et consorts. "C’est dingue ! Mais mon meilleur souvenir reste mon premier match de Ligue 1 à Sochaux. Cela m’a vraiment bizarre de me retrouver là en L1. C’est là que je me suis rendu compte du chemin réalisé". Il dispute 64 matches de Ligue 1 sous le maillot corse puis celui d’Angers, entre 2013 et 2016.

    5. L’arbitrage pour reconversion
    A 35 ans, Angoula choisit de tirer le rideau sur sa carrière de joueur alors qu’il évolue en Ligue 2 au Nîmes Olympique pour se lancer dans une nouvelle aventure : l’arbitrage. "J’étais arrivé à un âge où il fallait que je pense à ma reconversion même si j’étais encore sous contrat à Nîmes. Là-bas, j’ai côtoyé un arbitre international. Je lui posais pas mal de questions, cela m’intéressait", raconte-t-il.

    "Me concernant, en Ligue 1 et 2, j’étais catalogué parmi les joueurs caractériels... et j’étais 'managé' d’une manière différente par les arbitres. Ça m’a plu. Nous, joueurs, on voit l’arbitre comme un simple directeur de jeu. Mais je me suis rendu compte que c’était plus que ça. Il y a une vraie dimension psychologique. Et puis il y a une préparation d’avant-match, un travail d’équipe, etc... Je m’y suis intéressé de plus près et eu la chance de rencontrer M. Sandryk Biton, qui m’a beaucoup aidé et éclairé sur la fonction", explique Angoula.

    6. Nouvel horizon
    Avec l’aide d’Eric Borghini, président de la CFA et Pascal Garibian, président de la DTA, Angoula a pu arbitrer son premier match, en U-17, et passer son examen théorique qu’il a obtenu en juin. "Je prends énormément de plaisir. C’est la découverte d’un nouveau monde", assure-t-il. "Je ne me fixe pas d’objectifs précis. Entre monde amateur et monde professionnel, la marche est aussi grande chez les arbitres que chez les footballeurs. Je repars pour un nouveau parcours du combattant. Mais pourquoi pas viser le top ? La vie est un défi !"


    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Message par Admin le Lun 7 Aoû - 8:35

    Robert Malm (ex croco, consultant BeIn Sports)


    Selon toi quelles sont les points forts du Nîmes Olympique cette saison et les crocos peuvent-ils prétendre à jouer la montée ?
    Je vais être franc. Déjà le point positif c’est que le club a réussi à garder une grosse partie de l’ossature de la saison dernière. Rachid Alioui on ne sait pas s’il va rester car les rumeurs l’envoient du côté d’Amiens, est ce que Nîmes pourra lutter ? ça je ne sais pas… Il faut quand même savoir qu’il y a eu deux saisons extraordinaires du côté de Nîmes : la première a marqué tous les esprits car démarrer avec moins 8 points et se maintenir je dirais même « haut la main » car sans ses – 8 points ils seraient peut-être en Ligue 1… Puis une saison extraordinaire où Nîmes à lutter jusqu’à la 38ème journée pour tenter de monter. C’était deux saisons extraordinaires. Ma crainte aujourd’hui c’est toute l’énergie qui a été mise pendant ses 2 saisons et qu’aujourd’hui une petite usure psychologique apparaisse.

    Justement, le fait d’avoir gardé cette ossature tu ne penses pas que ça puisse avoir un effet positif ?
    Si ça peut avoir un effet positif également mais j’ai une petite crainte. C’est juste un ressenti maintenant je peux me tromper et j’espère me tromper. Azouni est partie en Belgique, c’était un maillon important, peut être que Rachid Alioui va quitter le club. Il faudra vite les remplacer par des joueurs de qualité.

    Quels souvenirs gardes-tu de ton passage au club ? Un moment, un match, un but … ?
    La première saison passée à Nîmes a été extraordinaire. Tout me réussissait, on est revenu un peu de nul part. Quand j’arrive l’équipe avait déjà commencé un bon parcours puis on l’a fini de façon exceptionnelle. Pour moi on a passé un cap après avoir fait match nul face à Cherbourg à la maison où on menait 2/0 et Cherbourg égalise à la 92ème et on fait match nul 2/2. Le samedi qui suit on joue à Sète et on gagne3/1 là-bas, on battait un concurrent direct à la montée et je pense que ça a été pour nous un vrai déclic qui nous a permis de vivre la fin de saison incroyable avec ce dernier match face à Laval. Puis la deuxième saison passée au club, on a lutté pour se maintenir, on a été relégable quasiment toute la saison et on a été gagné à Brest 2/1 et on est sorti de la zone rouge au dernier moment. C’est des souvenirs qui m’ont marqué même si j’en ai plein d’autres …




    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Message par Admin le Lun 28 Aoû - 15:36

    Ex crocos de 2016-2017

    Nasser Chamed (UNFP FC), Karim Ait-Fana (UNFP FC) et Slimane Sissoko (Libre) n'ont toujours pas trouver de club !
    Bon courage à eux

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Message par Admin le Lun 11 Sep - 11:08

    DEPART : Diabaté, sur le côté et affûté

    Les Chamois ont enregistré la venue de l’arrière gauche de Nîmes Zié Diabaté qui présente l’avantage de l’expérience et d’un fort temps de jeu. Solide sur ses bases, l'Ivoirien Zié Diabaté n'hésite pas à monter sur son côté gauche et même a frappé au but.

    De la peau de crocodile à la peau de chamois. C'est le troc qui a concerné Zié Diabaté lors du dernier jour de mercato. L'arrière gauche du Nîmes Olympique arrive en prêt aux Chamois niortais.
    Pas d'option d'achat dans l'affaire puisque l'Ivoirien de 28 ans sera libre de tout contrat en fin de saison. Une aubaine donc pour les dirigeants niortais qui cherchaient depuis le départ de David Kiki à Brest un nouveau joueur pour occuper le flanc gauche de la défense. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Niort n'a pas pris un novice. Zié Diabaté (1,78 m ; 73 kg) a déjà beaucoup voyagé et joué titulaire dans différentes contrées.
    De la Ligue Europa à la Ligue 2
    A commencer par la Roumanie et le club du Dinamo Bucarest. C'est dans cette prestigieuse formation que l'international ivoirien en sélection jeune (moins de 17 ans et moins de 20 ans) a fait ses premiers pas en Europe chez les professionnels en 2007. Il y jouera quatre saisons avec notamment dix matchs en Ligue Europa avant de découvrir l'hexagone et la Ligue 1 à Dijon. Après une saison en Bourgogne et quinze rencontres disputées, il est ensuite prêté deux ans en Belgique au Standard de Liège puis à La Gantoise. Des expériences qui lui apportent peu de temps de jeu et après une dernière année anecdotique à Dijon (4 matchs en 2014-2015), l'Ivoirien finit par se relancer en 2015 à l'AC Ajaccio (L2) où il réalise une saison pleine de 30 matchs. De quoi attirer les convoitises du Nîmes Olympique qui lui font signer un contrat de deux ans en juin 2016. Titulaire indiscutable lors de la belle saison dernière des Crocodiles, il était reparti avec le même statut en ce début de saison de Ligue 2 avec déjà trois matchs et autant de titularisation au compteur. Oui mais voilà, la donne a changé avec l'arrivée tardive en prêt du jeune et talentueux Olivier Boscagli en provenance de Nice.
    À un an de la fin de son contrat, Zié Diabaté part donc montrer ses qualités de puissance, de solidité et d'agressivité dans les Deux-Sèvres : « C'est un plaisir de rejoindre les Chamois. J'ai beaucoup discuté avec Karim Fradin, qui m'a convaincu du projet du club. Il y a des ambitions. J'ai pris un temps de réflexion puis j'ai donné mon accord car je ne voulais pas laisser passer cette occasion Avec mon expérience, j'espère pouvoir apporter des choses à Niort », a-t-il déclaré sur le site des Chamois.
    Il a fait sa première apparition sous les couleurs niortaises pour la réception du Paris FC
    Des débuts délicats avec Niort
    Arrivé donc en toute fin de mercato pour prendre la place laissée libre par le départ de Kiki à Brest, Zié Diabaté a vécu une première plutôt compliquée à René-Gaillard (défaite de Niort 2-0 face au Paris FC),. D'abord placé à son poste de prédilection, celui de latéral gauche, il a été en souffrance face à la vivacité parisienne et notamment Nomenjanahary, très en vue. Le premier but vient d'ailleurs de son couloir, où il a été pris de court. Avant de finir la rencontre dans l'axe suite au remaniement tactique. « J'ai dépanné, et j'ai essayé de faire de mon mieux », évoquait-il, sans que ça soit criant. Mais nul doute -après cette 1ère délicate 1ère titularisation- qu'il il vendra chèrement sa peau…

    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Message par Admin le Mar 12 Sep - 7:46

    Toifilou Maoulida : «Personne ne me fera arrêter»


    L'attaquant Toifilou Maoulida, désormais sans club, n'a pas l'intention d'arrêter sa carrière, malgré ses trente-huit ans. Il explique pourquoi.


    Toifilou Maoulida, sous le maillot de Nîmes. (S.Thomas/L'Equipe)

    «Aujourd'hui que vous vous retrouvez sans club à trente-huit ans, songez-vous à raccrocher définitivement les crampons ?

    Non. Personne ne me fera arrêter. C'est seulement moi qui déciderai. Je compte bien fêter mes vingt ans de carrière professionnelle, le 17 octobre. Ça bouge souvent en septembre pour nous, les joueurs libres.


    Et pas avant ?

    Si. J'ai eu des opportunités à l'étranger, notamment de la part d'un promu suédois et de Chine. Mais je n'avais que quatre ou cinq jours pour prendre une décision et partir pour six mois en Chine. C'était trop court.


    Se retrouver au chômage vous inquiète-t-il ?

    Si j'avais dix ans de moins, j'aurais ce stress. Pas à trente-huit ans. L'an passé, j'avais signé à Tours (L2) fin septembre et j'étais de suite entré dans le moule. Le marché des transferts va s'ouvrir en Inde, en octobre. Ensuite, ce sera au tour du mercato d'hiver. Il n'y a donc pas de raison que je m'inquiète.

    «Les exemples de Nivet et Hilton me motivent»

    Même si votre âge risque de freiner l'envie des clubs ?

    Mais il existe des contre-exemples parfaits à cette mentalité française. Regardez Benjamin Nivet. À mes yeux, il était encore le meilleur joueur de Ligue 2 la saison passée. Cette saison, il a quarante ans et il est toujours titulaire en Ligue 1. Pareil pour Hilton. Leurs exemples me motivent. À mon âge, un club a plus tout à gagner qu'à perdre en me prenant. L'expérience n'est pas négligeable. Un club ne peut pas s'en passer. J'ai quatorze ans de Ligue 1 et six de Ligue 2 derrière moi. J'ai vécu trois montées et trois maintiens improbables. Où je vais, il se passe toujours quelque chose. Des joueurs ont ce petit truc. Et moi, je l'ai.


    Et au niveau du physique ?

    Il est primordial et il ne se perd pas. Je suis revenu vivre du côté de Nîmes et de Montpellier, où je possède une maison. Un préparateur physique m'a donné un programme à faire et je la suis à la lettre. Je n'ai jamais été gravement blessé dans ma carrière. Je peux encore rendre service. Il appartient maintenant à un club de prendre ce pari avec moi.


    Et dans le cas contraire ?

    Je continuerai à jouer. Ca, c'est sûr. J'ai reçu des offres de National 1,2 et 3 au début du marché des transferts d'été. Je n'avais pas dit oui à l'époque. Aujourd'hui, si un challenge me fait vibrer et qu'il est à long terme, c'est-à-dire avec une reconversion derrière, pourquoi ne pas continuer à jouer en amateur. Il faudra aussi que l'entraîneur me fasse confiance. Je ne vais pas non plus accepter tout et n'importe quoi. Mais quoi qu'il arrive, et je le répète : je serai encore footballeur cette saison. Je reste motivé, ambitieux et un compétiteur né.»


    Admin
    Admin

    Messages : 1262
    Date d'inscription : 08/11/2016

    Re: EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Message par Admin le Lun 18 Sep - 14:10

    Fabien TCHENKOUA

    Remis d'une blessure au genou et libre depuis la fin de son contrat avec Saint-Trond (D1 Belge), Fabien Tchenkoua est actuellement à l'essai à Bourg-en-Bresse. Passé par Sedan, Grenoble ou Nîmes, le milieu offensif s'entraîne avec le club bressan depuis maintenant trois semaines et pourrait se voir proposer un contrat.

    Contenu sponsorisé

    Re: EX CROCOS : QUE SONT-ILS DEVENUS ?

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 16 Déc - 19:34