NO-crocos sans frontières

Forum d'information et d'échanges entre les supporters du Nîmes Olympique, quelque soit son lieu de résidence, afin de partager la passion pour ce club de football.


    8EME JOURNÉE DE LIGUE 1 CONFORAMA : MHSC / NO

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3518
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: 8EME JOURNÉE DE LIGUE 1 CONFORAMA : MHSC / NO

    Message par Admin le Mar 2 Oct - 15:02

    France Football : on n'a pas aimé

    La gestion des incidents à la Mosson

    Personne n'aime voir ce genre d'images. Et si les supporters ont leurs tords des deux côtés du terrain, il ne s'agit pas ici de les clouer au pilori. Au-delà de ça, ce que l'on peut regretter, c'est la façon avec laquelle les incidents ont été gérés. Gazage des tribunes, faisant fuir les quelques familles, et surtout, en amont, une fouille visiblement assez laxiste, puisque les Nîmois avaient pu faire entrer la fameuse bâche volée. Pourtant, cette histoire était probablement connue des autorités puisque les médias régionaux et nationaux l'avaient pour la plupart évoquée avant la rencontre.
    Cette répression à géométrie variable laisse songeur...


    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3518
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: 8EME JOURNÉE DE LIGUE 1 CONFORAMA : MHSC / NO

    Message par Admin le Mar 2 Oct - 21:13


    NÎMES OLYMPIQUE

    *Le Croco Denis Bouanga a été appelé pour jouer avec les Panthères gabonaises (photo Anthony Maurin / Objectif Gard)
    Daniel Cousin, le nouveau sélectionneur de l’équipe nationale du Gabon a appelé Denis Bouanga, le milieu de terrain du Nîmes Olympique pour la double confrontation contre le Soudan. Ces matches, qui se joueront les 12 et 16 octobre à Libreville (Congo) et à Juba (Soudan), comptent pour les éliminatoires de la CAN 2019.

    *Dans sa lettre hebdomadaire n° 235, l’observatoire du football a dévoilé le classement des clubs des cinq championnats européens majeurs (Angleterre, Allemagne, Espagne, France et Italie) ayant alignés l’équipe la plus jeune, sur un match, depuis le début de la saison. Sur ce classement établi à la moyenne, c’est l'équipe italienne de la Fiorentina (23,79 ans) qui arrive en tête, en deuxième position on retrouve les allemands de Mayence (23,93 ans) et c’est le Nîmes Olympique (24,20 ans) qui complète le podium.

    Source : Objectif Gard
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3518
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: 8EME JOURNÉE DE LIGUE 1 CONFORAMA : MHSC / NO

    Message par Admin le Mer 3 Oct - 8:32

    Les résultats de la J8 et point sur le classement : Nîmes descend à la  14è place !




    [/b]
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3518
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: 8EME JOURNÉE DE LIGUE 1 CONFORAMA : MHSC / NO

    Message par Admin le Mer 3 Oct - 10:36

    La version des incidents du côté d'un supporter Montpelliérain

    Derby Montpellier - Nîmes : "Ils ont cambriolé, nargué, et c’est nous les fautifs ?"

    Après le derby MHSC - Nîmes Olympique du dimanche 30 septembre (3-0), Bouba, alias Cédric Pérez, ultra montpelliérain, livre sa version.


    Vous étiez, dimanche, au match Montpellier - Nîmes. Que s’est-il passé en tribune ?
    Quand nous avons voulu célébrer le premier but, la barrière s’est cassée. Je me suis même blessé à la cheville. Et à aucun moment, elle n’a été refermée. On nous reproche beaucoup de choses mais à moins d’être très cons, les supporteurs, on n’allait pas tout gâcher. Alors, nous, les anciens, nous nous sommes mis devant pour que les jeunes ne passent pas et montrer à la sécurité que personne n’allait descendre sur la pelouse.

    Donc, vous n’êtes fautifs de rien...
    Les Nîmois, ils sont protégés, notamment par les médias. Ils ont quand même réussi à rentrer un message provocateur dans le stade. Nous, on est des sanguins. Dans l’histoire, on sanctionne la réaction, pas la provocation. Alors que ce sont eux qui foutent la merde. À force de faire des trucs comme ça, ça va dégénérer. Ils nous ont cambriolés, ils nous ont nargués, provoqués, et c’est nous les fautifs ? Ce qu’ils ont fait, c’est grave, ils ont cambriolé, de nuit. Et c’est toléré ! Chaque fois, les méchants, c’est nous.

    Pourquoi est-ce que cela a dégénéré ?
    Tout le monde n’a parlé que de Nîmes. La télé, la presse, toutes les conneries qui ont été mises en avant... Mais nous, on s’en fiche des Nîmois. Avant le match, on buvait un coup tranquille. Il y avait 500 flics, on n’allait pas faire n’importe quoi. J’ai 40 ans, j’ai passé l’âge. Après, sur le premier but, la barrière a cassé. C’est le système Wembley. En trente ans, j’ai raté cinq matches. Le système Wembley qui lâche, je l’ai vu quinze, vingt fois. La barrière mesure quatre mètres, ça pousse, les charnières cèdent. Moi, j’ai la cheville en vrac, il y a eu un nez cassé...
    Tout ça à cause du fait que les supporteurs nîmois ont exhibé une partie symbolique de la bâche qu’ils vous ont volée...

    Et encore, j’ai bien regardé la photo. Pour moi, c’est une sale copie. Un tirage. La nôtre, elle avait 20 ans.
    Vous avez peur des sanctions sportives que la Ligue pourrait prendre ?
    Pas au niveau du classement ni du résultat puisque personne n’est allé sur la pelouse. Et puis, regardez l’année du titre, à Auxerre. Il y avait eu des incidents en tribunes auxerroises, mais aucune sanction.

    Le président Nicollin vous a plutôt soutenus.
    Laurent, il fait tout pour nous. Nous avons le meilleur président de France. C’est un passionné. Et pas un Américain ou un Russe qui n’y connaît rien au foot. C’est pour ça que, nous, les anciens, on s’est mis devant pour être sûr qu’il n’y ait pas d’incident. On ne voulait pas être pénalisé. Mais encore une fois, avec une barrière en bon état, il n’y aurait rien eu.

    Et le match, qu’en avez-vous pensé ?
    C’est l’un des plus beaux jours de ma vie de supporteur. Gagner un derby 3-0, c’est la Ligue des champions ! On y a mis des valeurs, de l’envie, de la gnaque. Bravo à tous les joueurs, ils méritent notre respect. Sur le troisième but, on aurait dit le Barça, un régal ! Et puis, quelle ambiance ! Un vrai derby, chaud ! Ici, on fait tout avec passion, c’est La Paillade. Et regardez notre tifo, le boulot que les jeunes ont fait depuis un mois !

    Vous risquez de ne pas pouvoir assister au match retour...
    J’espère qu’on sera autorisé à y aller, comme le préfet de l’Hérault a autorisé les Nîmois à venir.

    La tribune est fermée jusqu’à nouvel ordre, vous en pensez quoi ?
    On s’en doutait. Ça fait surtout chier pour les abonnés de Petite Camargue, au-dessus. Ils n’y sont pour rien. Après, il y a deux poids deux mesures. Quand Fekir lève son maillot à Saint-étienne, il n’y a eu que du sursis. Mais de toute façon, les matches, j’irai les voir. Le stade est grand.

    En bref
    Rachid Alioui en sang quelques minutes après son entrée, s'est vu posé 4 points de suture....
    Bon rétablissement à lui. Midi Libre

    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3518
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: 8EME JOURNÉE DE LIGUE 1 CONFORAMA : MHSC / NO

    Message par Admin le Jeu 4 Oct - 8:00




    Montpellier-Nîmes : les derniers ultras ?      

    L'interruption de la rencontre, dimanche après-midi, entre Montpellier et Nîmes, a semé la consternation chez les commentateurs. Elle a libéré aussi les jugements hâtifs ou caricaturaux dans une bonne partie des réseaux sociaux, ou s'exhibent désormais cette fameuse et impalpable opinion publique. L'envahissement de terrain par les supporters héraultais, désireux d'en découdre avec les visiteurs a surtout révélé, au cœur d'une saison qui s'annonce cauchemardesque pour les ultras français, que le monde des tribunes atteint des points de rupture de plus en plus radicaux avec le reste du foot français. Il ne s'agit plus de parler de débordements ou autres incompréhensions, les raisons en sont simples : les ultras veulent demeurer eux-mêmes, pour le meilleur et le pire.    
                                                                                                                                   
    Montpellier-Nîmes : les derniers ultras ?                                                                                                              
    La situation pousserait facilement au romantisme élégiaque. Comme si nous assistions presque au processus d'autodestruction d'un ami d'enfance dont les emportements, autrefois sympathiques, nous échappaient totalement désormais. Les supporters français ne cessent de défrayer la chronique, d'alimenter les polémiques. Ils ont leurs contempteurs ou leurs défenseurs sur les plateaux télé. Des Lillois aux Corses, ils choquent ou dérangent, dépassent les bornes, enfoncent leur club. Aujourd'hui, les interdictions de déplacement, parfois sous des prétextes fallacieux (les Parisiens privés de Côte d'Azur pour cause de visite de la ministre de l'Enseignement supérieur), se multiplient et se banalisent, toujours pour éviter les violences que cette « précaution  » fabrique parfois par effet pervers (le parcage demeure souvent la meilleure des sécurités publiques). Sans parler du dossier des fumis qui, à lui seul, résume un dialogue de sourds sans fin ni solution. Rien ne semble freiner la spirale de la confrontation, et l'invocation des exemples étrangers ne change pas davantage le fond du débat.                        

    Le mur du réel                                                                                                                                                  
    D'un autre coté, quel que soit le contexte, notamment sécuritaire, dans lequel baigne notre société, les ultras semblent incapables de renoncer à leur royaume et leur « code de chevalerie  » , aussi absurde et grotesque puisse-t-il paraître parfois. L'affaire du tract des Bad Gones à l'occasion de la rencontre contre Marseille l'a démontré. Comment imaginer, quand le stade s'est transformé en un décor à selfie, qu'un tel document pouvait, selon les mots du groupe lyonnais, rester « destiné à un public restreint » . De quelle manière concevoir en outre que son contenu serait interprété comme la « partie d'un folklore partagé entre les différents groupes » ? Qui oserait songer que cette prose, ou donc ce dialecte folklorique, ne heurterait personne au-delà des porteurs d'écharpes ? Surtout si l'on considère que ce «  choc » représente une des affiches surexposée d'une Ligue 1 qui se vend un milliard d'euros en droits télé ?                                                                                                                                          
    Comment ne pas se dire, surtout, que dans la France qui vient de (re)découvrir, avec le succès de 120 battements par minute, ce que qu'a été l'épidémie du HIV, que l'humour à base de Sida, – dont toutes les tribunes se délectent malheureusement, y compris les Phocéens avec leur inénarrable « Paris est la ville ou est né le Sida » – passerait tranquillement pour une blague potache ? Les Boulogne Boys avaient pourtant déjà rencontré ce mur du réel – médiatique, politique et sociétal – avec leur banderole sur les Chtis en plein milieu du triomphe du film de Dany Boon. Étrangement, le passage « antiracistes » vs « antifrançais  » des Lyonnais n'a suscité que peu de réactions, alors qu'il fleure finalement bon le contexte actuel zemmourisé. Passons.
                                                                                       
    Sport national consensuel                                                                                                                              
    Revenons à la Mossson. À la Butte Paillade, que Michel Der Zakarian citait juste avant le match en modèle auprès du reste du public. On connaît tous l'équation impossible. Le foot a besoin de cette passion y compris pour se rendre « bankable » – il suffit de regarder comment le PSG s'est battu, y compris auprès des autorités, pour retrouver son « groupe » . Seulement voilà, en retour, dans cet univers qui doit livrer aussi son match, le vol d'une bâche et son exhibition insolente à domicile constituent une injure insupportable, insurmontable. Peu importe la victoire, les trois points perdus sur tapis vert, les huis clos ou les sanctions de la LFP, à chacun sa croix finalement... L'affront était trop sale, surtout quand, pour être honnête, staffs et presses spé ou PQR ont entretenu la tension de ce « derby » jusqu'à l’absurde. Sauf que les fans, les instances du foot, la France (qui a fait du ballon rond son sport national « consensuel  » ), ont juste l'impression qu'on leur gâche la fête, un spectacle qui se paie en outre si cher en abonnement télé.                                                                                                            
    Il serait aisé de dégainer la carte du relativisme. De demander pourquoi les indignations montent bien moins dans les aigus contre le trafic de jeunes joueurs africains ou encore le drame qui se creuse dans les tombes de milliers de travailleurs au Qatar ? Il n'empêche que notre foot arrive sûrement de plus en plus à son point de rupture sur ce sujet. La violence n'est pas acceptable. Et néanmoins rien n'est réglé une fois que l'on a essoré ce lieu commun.

    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3518
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: 8EME JOURNÉE DE LIGUE 1 CONFORAMA : MHSC / NO

    Message par Admin le Jeu 4 Oct - 14:15

    Les incidents de MHSC-Nîmes, un coup dur pour les déplacements de supporters ?



    Les incidents survenus lors du dernier Montpellier-Nîmes (3-0, 8e journée de Ligue 1) ne risquent-ils pas d’inciter les préfets à prendre de plus en plus encore ce genre de situation ?

    Pierre Pouëssel, préfet de l’Hérault, avait lui choisi de maintenir le déplacement des fans nîmois sous condition de fortes mesures de sécurité alors que le contexte s’annonçait déjà tendu avant la partie avec en prime le vol d’une bâche montpelliéraine et un derby attendu depuis 10 ans.

    Au final, le match a été interrompu 30 minutes, période durant laquelle les CRS ont dû intervenir, alors que les supporters montpelliérains sont descendus de la tribune pour réagir à une provocation des Nîmois qui exhibaient un morceau de la bâche volée.

    Avant et après la rencontre, les fans nîmois ont reçu des jets de projectiles. Un porte-parole de la LFP affirme ainsi : « Ces débordements sont bien sûrs inacceptables mais aussi totalement contre-productifs. Tout incident de ce type freinera nécessaire le dialogue, alors même que nous avons enclenché une dynamique vertueuse dans ce domaine au sein de l’instance nationale du supportérisme. »
    Du côté de l’ANS, l’association nationale des supporters, on estime que cela ne doit pas impacter le dialogue : « Beaucoup de gens attendent le moindre incident pour tout remettre en cause. Pour nous, ça montre surtout qu’il y a encore du travail. Cela demande beaucoup plus de courage aux autorités de faire en sorte qu’il y ait un déplacement malgré les risques que de l’interdire », commente le porte-parole James Rophe.

    Depuis le début de la saison, 5 arrêtés ont été prononcés en 8 journées de Ligue 1 pour interdire des déplacements de supporters.

    (Source : L’Equipe)

    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 3518
    Date d'inscription : 08/11/2016
    Age : 54

    Re: 8EME JOURNÉE DE LIGUE 1 CONFORAMA : MHSC / NO

    Message par Admin le Ven 5 Oct - 9:34

    MHSC : Sanctionnés, les supporters dénoncent une justice pro-nîmoise

    Vainqueur du derby contre le Nîmes Olympique (3-0) dimanche, Montpellier risque gros à cause des débordements de ses supporters.

    La rencontre a en effet été interrompue à deux reprises, tout d’abord en raison d’une barrière qui a cédé après le premier but inscrit, provoquant la chute de plusieurs fans. A priori, le public de la Mosson ne sera pas tenu responsable. En revanche, les spectateurs héraultais ont directement causé le second arrêt de la partie en essayant d'envahir la pelouse. La raison ? Les fidèles de Nîmes affichaient fièrement la bâche d’un groupe de supporters montpelliérains volée cet été… C’est pourquoi Cédric Pérez, ultra du MHSC, ne comprend pas pourquoi les rivaux échappent aux sanctions. « Les Nîmois, ils sont protégés, notamment par les médias. Ils ont quand même réussi à rentrer un message provocateur dans le stade, a dénoncé ce supporter au Midi Libre. Nous, on est des sanguins. Dans l’histoire, on sanctionne la réaction, pas la provocation. Alors que ce sont eux qui foutent la merde. À force de faire des trucs comme ça, ça va dégénérer. Ils nous ont cambriolés, ils nous ont nargués, provoqués, et c’est nous les fautifs ? Ce qu’ils ont fait, c’est grave, ils ont cambriolé, de nuit. Et c’est toléré ! Chaque fois, les méchants, c’est nous. » Rappelons que le parcage visiteur de Montpellier en déplacement et deux tribunes de la Mosson sont fermés à titre conservatoire

    Contenu sponsorisé

    Re: 8EME JOURNÉE DE LIGUE 1 CONFORAMA : MHSC / NO

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 16 Déc - 7:44